Tout nouveau, tout beau, la techno

Introduction5 précédentes
5 suivantesConclusion
II-101305 MP-1974.118 II-103637 MP-0000.25.254.2 VIEW-24718 II-107596.1 II-111369 MP-1985.31.167 VIEW-8453
 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Photographie
Étalage de montres photographié pour Desbarats Printing, 1929
Wm. Notman & Son
1929, 20e siècle
Gélatine argentique
24 x 19 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
VIEW-24718
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  divers (2917) , Photographie (77678)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

À la fin du XIXe siècle, les Canadiens prennent de plus en plus conscience de l'importance de bien gérer leur temps.

En 1865, le Français Pierre Martin met au point la production d'acier fin, comme celui utilisé dans les rouages de montre. Autrefois objets de luxe, les montres portatives, que l'on attache à une chaîne et que l'on range dans une poche du gilet, deviennent progressivement des objets plus courants.

Ces montres existent en divers modèles miniaturisés. On en trouve même incorporées à des portefeuilles, rappelant ainsi que « le temps, c'est de l'argent ».

Il faudra toutefois attendre 1904 pour que la Maison Cartier, de Paris, invente la montre-bracelet.

Les horaires de travail variables, la vitesse de production, l'intensification des échanges internationaux, les horaires des transports en commun : chacun est soudain pris dans un tourbillon d'activités nécessitant une rigoureuse gestion du temps. Désormais, personne ne peut plus se passer de montre.

  • Quoi

    Au centre de cet étalage, en haut, on reconnaît le modèle Santos, la première montre-bracelet dessinée par Louis Cartier en 1904, à Paris, pour l'aviateur brésilien Alberto Santos-Dumont.

  • Dans son imprimerie de Montréal, G.-É. Desbarats s'adonne à une passion personnelle : l'horlogerie. Il possède une magnifique collection d'horloges. Quoique cet étalage date de 1929, on sait que Desbarats expose dès les années 1880 des montres et des horloges dans la vitrine de son atelier montréalais.

  • Quand

    Le Daily Graphic, fondé en 1873 par G.-É. Desbarats à New York, est le premier journal à publier des photographies. Passionné par toutes les innovations technologiques, Desbarats fonde aussi à Montréal le Canadian Illustrated News (1869), le Canadian Patent Office Record (1873) et le Mechanic's Magazine (1879) et le Dominion Illustrated (1888).

  • Qui

    Georges-Édouard Desbarats, éditeur et imprimeur, et son graveur, William Leggo, inventent la photographie en similigravure en 1869.