Une communauté en guerre : North Vancouver et la construction navale
North Vancouver Museum and Archives



Lors de la Seconde Guerre mondiale, les chantiers navals de Vancouver-Nord jouent un rôle essentiel dans la victoire alliée. Ils produisent presque la moitié des 354 cargos construits au Canada pour remplacer les navires détruits par les sous-marins allemands. Les effectifs augmentent rapidement et la cadence ininterrompue de la production contribue à modifier le cours de la guerre.

En raison du rôle crucial que jouent les cargos dans le transport des produits nord-américains vers les zones de conflit, le gouvernement fédéral assure la coordination de la production industrielle de cargos de 10 000 tonnes. Grâce à la douceur du climat qui permet un travail à l'année longue, les chantiers de l'ouest se hissent au premier rang national.

Clarence Wallace, président du Burrard Dry Dock, décide de dépasser les attentes. Il exploite quatre cales de construction, plus quatre autres dans un nouveau chantier ouvert dans l'anse Burrard du côté de Vancouver. Le North Vancouver Ship Repairs, un chantier naval concurrent, agrandit également ses installations. Comme tous les constructeurs alliés, ces chantiers utilisent un seul modèle aux pièces normalisées. Les ouvriers forment et découpent les plaques d'acier par milliers. Celles-ci sont rivetées avec des tiges d'acier brûlant, une technique qui différencie les Victory ships canadiens des Liberty ships américains, assemblés par soudage. De petites équipes emploient des outils pour chauffer, passer, prendre et fixer les rivets.

En 1942 et 1943, 14 000 ouvriers se pointent quotidiennement à Burrard Dry Dock. Les femmes, qui assemblent l'équipement et travaillent en équipes de riveteurs, représentent 7 % de l'effectif. À la fin de la guerre, c'est avec regret qu'elles quitteront le meilleur emploi de leur vie.

Le bulletin de l'entreprise, Wallace Shipbuilder, offre de l'information technique et encourage l'effort de guerre. Les ouvriers forment des équipes sportives et les chantiers navals tiennent des rassemblements pour promouvoir les bons de la Victoire. La population de Vancouver-Nord double avec l'emménagement des employés dans les nouveaux logements. La communauté est à pied d'oeuvre et la vie est modulée par l'horaire du chantier. Chacun doit voir à la sécurité, et même les enfants s'entraînent en prévision de raids aériens.

La production de navires marchands, nommés d'après des forts et des parcs canadiens, diminue après 1943. En 1951 Burrard Dry Dock achète son concurrent, North Vancouver Ship Repairs, et s'affirme comme le principal chantier naval de la côte Ouest du Canada.