Les bals costumés : Beaux atours et artifices
Cynthia Cooper, Musée McCord



Les carnavals de patin et les bals costumés attirent des personnes de toutes les couches de la société victorienne. Les collections de photographies renferment de nombreux portraits de personnes en costumes, qui contrastent fortement avec les portraits officiels, beaucoup plus sérieux, de l'époque. Peu de costumes nous étant parvenus, les photographies constituent le meilleur moyen d'étudier la passion victorienne pour les bals costumés.

L'interprétation des photographies de costumes nous permet de mettre en lumière certains aspects de la culture canadienne du 19e siècle. Les sources d'inspiration pour les personnages favoris nous donnent un aperçu de l'imaginaire victorien; le choix des costumes témoigne des valeurs morales, des goûts et des tabous en vigueur, de même que des stéréotypes et convictions d'usage concernant les sexes et les races. Bien que l'attrait essentiel du déguisement repose sur un sentiment de permissivité et d'évasion, ce type d'amusement est soumis à un ensemble complexe de restrictions morales. Vers la fin du siècle, les bals costumés sont investis d'un but plus noble. Ainsi, les invités photographiés lors d'un bal tenu à Montréal en 1898 sont habillés en personnages historiques du Canada. Un des objectifs derrière la tenue de ce bal aurait été d'approfondir les connaissances historiques du public.

Les bals costumés et les carnavals présentent le côté léger de la vie à l'époque victorienne. Ils révèlent toutefois l'importance que revêt l'intégrité morale même au cours de ces quelques heures de libération des strictes conventions vestimentaires et comportementales qui dirigent la société.