Le dernier recours ! Les soins hospitaliers au Canada
Denis Goulet, Université de Sherbrooke



L'hôpital est aujourd'hui un lieu très fréquenté par l'ensemble de la population canadienne. Il nous paraît tout à fait normal d'y naître et d'y mourir. Mais il n'en a pas toujours été ainsi.

Au milieu du 19e siècle, les hôpitaux canadiens, peu médicalisés, ont surtout une vocation caritative. Les patients pauvres y reçoivent des soins gratuits et sont répartis, selon les sexes, dans deux grandes salles communes. Il y a bien quelques médecins qui visitent les malades, à l'occasion, mais l'univers quotidien du patient se limite généralement aux soignantes ou aux soeurs hospitalières. Et puis, l'adage « On n'y entre que pour y mourir » est fortement ancré dans la population.

La vocation des hôpitaux se modifie autour des années 1870. Les médecins, les chirurgiens et les infirmières sont plus nombreux et jouent un rôle accru dans l'organisation des soins. Le patient est soumis à des observations médicales plus fréquentes et mieux structurées. On l'interroge, on le regarde, on l'ausculte, on le palpe. On mesure aussi sa température, ses pulsations cardiaques et bientôt sa tension artérielle. À l'aide de nouveaux instruments, on cherche les signes de sa maladie. Peut-être pourra-t-on le guérir-

Avec l'invention de l'anesthésie et l'implantation de nouvelles méthodes de désinfection, les interventions chirurgicales sont plus fréquentes. On aménage des salles opératoires, ainsi que des salles d'autopsie. À la fin du 19e siècle, on croit que les rayons X font des miracles, et les premiers radiologistes bombardent leurs patients de particules radioactives.

Bientôt, ces transformations permettent aussi de soigner les blessés, très nombreux dans les usines. Mais encore faut-il les amener à l'hôpital. On assiste alors à l'utilisation des premières ambulances, tirées par des chevaux, au grand déplaisir des protecteurs des animaux.

Enfin, certains hôpitaux, débordés, refusent des patients. À l'orée du XXe siècle, l'hôpital moderne est bien implanté!