Sous l'oeil de la caméra, 1840-1867
Nora Hague, Musée McCord



Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi les gens de l'époque victorienne ont l'air si sérieux- Il existe une excellente raison derrière cette mine renfrognée : le temps de pose. Rester tout à fait immobile pendant 90 secondes n'est pas aussi facile qu'il ne le paraît. La photographie prend du temps, et de la lumière. Son histoire est en fait celle de l'interaction entre ces deux éléments sur la plaque photographique et à l'intérieur de l'appareil photo. Et c'est aussi l'histoire des efforts entrepris pour tirer le meilleur parti des deux.

La photographie est un art relativement jeune. Elle fut inventée en 1826, lorsque Nicéphore Niépce, après de nombreuses tentatives, réussit enfin à prendre une photo de son jardin au moyen d'une plaque d'étain enduite de bitume. Si la photo est très floue et qu'elle nécessita pas moins de huit heures de temps de pose, il s'agit néanmoins de la première image photographique permanente au monde. Toutefois, avec un temps de pose de huit heures, cette technique n'est pas très pratique; et prendre des portraits est tout à fait exclu.

Louis-Jacques Mandé Daguerre, un collègue de Niépce, poursuit les expériences jusqu'à ce qu'il découvre une méthode plus rapide. En 1839, le daguerréotype, dont l'image est fixée sur une plaque de cuivre argentée, fait son entrée à Paris. Il s'agit du premier procédé photographique commercialement viable. Si Niépce avait été encore vivant, peut-être que l'histoire aurait retenu le nom de niépcéotype! Le daguerréotype connaît une popularité instantanée, malgré son coût assez élevé.

On pourrait dire que la suite de l'histoire est une course effrénée pour réduire le temps de pose et rendre la photographie moins laborieuse. En 1866, une visite dans un studio de photographie « pour se faire tirer le portrait » signifie qu'il faut rester de marbre pendant 10 à 90 secondes, selon la lumière disponible. Un dispositif spécial appelé « support de posture » aide les gens à ne pas bouger durant la prise de la photo. L'ordre impératif du photographe - « Regardez le petit oiseau » - incite les gens à ne pas même bouger les yeux, ce qui aurait causé un effet de flou. Le moindre mouvement des yeux donne en fait l'impression d'un regard vide sur le portrait fini.

Le procédé photographique s'améliore grandement en 1888 avec l'arrivée de l'appareil pour instantanés qui permet aux gens de prendre leurs propres photos. La technologie a fait beaucoup de chemin depuis : le film fait désormais de plus en plus place à des cartes de mémoire dans des appareils numériques. La photographie fait tellement partie de la vie moderne que la plupart des gens ont du mal à imaginer le monde sans elle. Le cinéma, la télévision et Internet n'existeraient pas, puisque tous tirent leur origine dans la photographie. Niépce et Daguerre étaient loin de se douter de ce qu'ils avaient déclenché.