L'essor de l'artisanat chez les Hurons-Wendats du 19e siècle à nos jours
Linda Sioui, Conseil de la Nation huronne-wendat



Texte en version Wendat [PDF 50 ko]

Au début du 19e siècle, mes ancêtres les Hurons-Wendats font face à diverses situations qui mettent en péril leur mode de vie, voire leur survie même. Établis à Lorette, à quelques kilomètres au nord-ouest de Québec, les Hurons-Wendats se voient restreindre l'accès à leurs territoires traditionnels de chasse par les habitants de Valcartier et des environs. Par la suite, la colonisation des terres de Stoneham et Tewkesbury par des Irlandais et des Canadiens français force les Hurons-Wendats à voyager beaucoup plus loin pour pratiquer la chasse et la pêche assurant leur subsistance. Mais les produits de l'agriculture, comme le maïs et les pommes de terre, le gibier et le poisson sont bien souvent insuffisants pour nourrir les nombreuses bouches de la communauté qui a connu une forte croissance démographique. S'ajoute plus tard à cela la création du parc des Laurentides et de clubs privés de chasse et de pêche (Tourilli et Triton) qui restreignent davantage les activités traditionnelles du peuple.

Parallèlement, le village de Lorette, appelé plus tard Village-des-Hurons et aujourd'hui connu sous le nom de Wendake, devient un endroit touristique prisé des nombreux visiteurs qui affluent à Québec. Ces derniers, en quête d'exotisme, viennent visiter les Hurons-Wendats. La population du village s'affaire donc à produire des objets utilitaires comme des mocassins, des mitaines, des raquettes, des paniers de frêne et des souvenirs, qu'elle vend aux visiteurs. Au fil du temps, les techniques artisanales des femmes se raffinent et la broderie au crin d'orignal teint de différentes couleurs commence à dominer largement la production. Tantôt travaillée sur du cuir, tantôt sur de l'étoffe rouge, noire et même sur de l'écorce de bouleau, la broderie au crin d'orignal devient une spécialité et les objets fabriqués sont de plus en plus élaborés. Vers la deuxième moitié du 19e siècle, grâce à l'esprit d'initiative et d'entrepreneurship de Marguerite « Lawinonkié » Vincent et de Paul « Hudawathont » Picard, la production artisanale connaît un essor tel que les familles du village sont en mesure d'assurer leur subsistance et qu'aujourd'hui, le village de Wendake est reconnu pour ses nombreux produits que mon peuple a su adapter aux temps modernes, tout en conservant, dans une large part, la connaissance des savoir-faire traditionnels, témoins de son identité.