Utilisez la commande fichier > imprimer pour imprimer cette page.

L'évolution des arts

Voir le circuit

Introduction:

L'évolution des arts

Quels objets de collection seraient les plus représentatifs des diverses évolutions qu'ont subies les arts durant la deuxième moitié du dix-neuvième siècle ? C'est à cette question que nous tentons de répondre en composant notre propre collection d'objets d'art ancien.

Comme première réponse à la question, nous serions tentés de dire que les formes d'arts qui ont pu évoluer le plus durant cette période sont le théâtre, l'artisanat et l'écriture, étant donné la modification des valeurs et des idées qu'a dû entraîner l'urbanisation et l'industrialisation.

Audrey Roy-Poirier
François Daunais

Polyvalente Chanoine-Armand-Racicot
16 mai 2002


M987.241.2
© Musée McCord
Peinture
La Sainte Famille et Saint Jean-Baptiste
Miss E. Belcourt
Vers 1884, 19e siècle
Huile sur toile
40.5 x 56.2 cm
Don de Mr. Peter Rickaby
M987.241.2
© Musée McCord

Commentaires:

Même dans la deuxième moitié du dix-neuvième siècle, on dénote une présence très importante de l'Église au sein de la société, qui se traduit bien dans l'art où l'on hésite encore un peu à traiter de sujets nouveaux. L'Église n'encourage en effet que les artistes qui s'occupent de promouvoir la religion. Elle ne se gêne pas pour censurer ceux qui veulent exprimer des valeurs contradictoires à celles qu'elle prône.


II-19937
© Musée McCord
Photographie
Groupe de chiens photographiés pour M. Sandham, Montréal, QC, photographie composite, 1875
William Notman (1826-1891)
1875, 19e siècle
Plaque de verre au collodion humide
25 x 20 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
II-19937
© Musée McCord

Commentaires:

Cette photographie composite représente un peu l'ancêtre des montages photographiques et cinématographiques. Elle témoigne de l'évolution de l'art en relation étroite avec l'avancement technologique.

Description:

Non contents de se faire prendre en photo, beaucoup de clients de Notman voulaient des photographies de leurs animaux favoris. Parmi les animaux photographiés par Notman figurent des chiens, des chats, des chevaux, des perroquets et même une moufette. Cependant, les gens apportaient surtout leurs chiens. En fait, il y en avait tellement qu'Henry Sandham, qui dirigeait alors le service artistique du studio, avait fait un tri dans les livres de photos couvrant une période de quinze ans, choisi les photographies de douze chiens, fait exécuter de nouvelles épreuves à partir des négatifs de verre et réalisé une image composite. L'épreuve finale, qui présentait un fond peint à la manière du peintre écossais sir Edwin Landsee, était un article apprécié du public, qui la faisait encadrer ou l'insérait dans des albums.


MP-1985.10.1.12
© Musée McCord
Photographie
Mlle Susanna Savage, Montréal, QC, photographie peinte, vers 1860
Anonyme - Anonymous
Vers 1860, 19e siècle
Aquarelle sur papier
Don de Miss Eleanor Savage
MP-1985.10.1.12
© Musée McCord

Commentaires:

Avec l'arrivée de la photographie accessible en noir et blanc, la peinture et le dessin se sont trouvé une toute nouvelle utilité, celle de colorer ces photographies. Malgré ce qu'on pourrait croire, la photographie a plus servi que nuit aux artistes en leur permettant d'être rémunérés pour leur travail, plutôt que de seulement survivre grâce à la vente de leurs tableaux. Ainsi, à cause de la très forte popularité de ces photographies composites, les studios de photo engagent des dizaines d'artistes pour combler la demande.

Description:

Les Archives photographiques Notman contiennent plus de 500 photographies dans des boîtiers, incluant des daguerréotypes, des ambrotypes et des ferrotypes. Datant de 1841 à 1865, ces images sont parmi les plus anciennes photographies prises au Canada. Les images étaient parfois retouchées avec de la peinture, et dès 1860, les portraits photographiques coloriés à la main étaient devenus si populaires que le studio Notman dut mettre sur pied un important service artistique pour répondre aux commandes qui se multipliaient. Cette copie photographique peinte d'un daguerréotype (également dans la collection) représente Susanna Savage, âgée de 21 ans, membre d'une importante famille montréalaise. Elle était la benjamine de trois soeurs qui ont toutes été victimes de la tuberculose.


II-92757
© Musée McCord
Photographie
Missie Peterson, Montréal, QC, 1890
Wm. Notman & Son
1890, 19e siècle
Plaque sèche à la gélatine
17 x 12 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
II-92757
© Musée McCord

Commentaires:

Les premiers portraits photographiques qui ont été réalisés étaient plutôt classiques et peu imaginatifs. En fait, à ses débuts, la photographie était plus un outil qu'un art. Mais vers la fin du dix-neuvième siècle, la photo est devenue plus accessible et les photographes se mettent à prendre leurs sujets avec plus de fantaisie. C'est à partir de cette période que la photographie devient vraiment un art, car il faut savoir trouver le décor idéal pour le sujet que l'on a choisi. Cette photo démontre bien que l'environnement dans lequel le sujet est posé a une grande influence sur le résultat de la photo.

Description:

Les registres détaillés que tenaient les photographes de Notman sont l'une des raisons pour lesquelles la collection Notman est une source de renseignements si précieuse au point de vue historique. Pour chaque négatif produit, une épreuve supplémentaire était collée dans un album par ordre numérique, le modèle étant identifié par son nom et son titre. Il existe plus de 200 de ces albums, portant sur les 78 années d'activité du Studio Notman. Il y avait également des index alphabétiques, ce qui permettait de retracer et d'identifier n'importe quelle photographie Notman prise au studio de Montréal. Grâce à ce système, la famille de « Missie Peterson » pouvait commander une épreuve supplémentaire, comme on le fait aujourd'hui pour les photos de nos enfants.


I-8387.1
© Musée McCord
Photographie
Salle de bal du prince de Galles, aquarelle attribuée à James Duncan, copiée en 1863
William Notman (1826-1891)
1863, 19e siècle
Sels d'argent sur papier monté sur papier - Papier albuminé
5 x 8 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
I-8387.1
© Musée McCord

Commentaires:

La danse, quant à elle, s'est beaucoup enrichie au cours du dix-neuvième siècle grâce à la création de nombreuses écoles de danse dans la province. Toutes les danses populaires en Europe ont été importées au Québec. Menuets, gavottes, strathspeys, reels écossais et irlandais ainsi que l'art de valser de toutes les manières possibles. Les danses étrangères gagnent peu à peu de la popularité, au détriment des danses traditionnelles.


M980.194.1
© Musée McCord
Sculpture - dragon
1888, 19e siècle
86 cm
Don de Mrs. Arthur T. Henderson
M980.194.1
© Musée McCord

Commentaires:

Ce genre d'ornements est souvent employé dans la décoration de demeures bourgeoises car il crée une ambiance et un style particuliers très prisés à l'époque. Cette sculpture (et probablement plusieurs autres) constituait d'ailleurs un élément important dans l'architecture de la maison et avait une place toute désignée, comme si elle faisait partie de la bâtisse.

Clefs de l'histoire:

Ces deux sculptures de grès (M980.194.1 et .2) ont été réalisées en 1888 par le sculpteur montréalais Henry Beaumont afin d'orner les pignons de la demeure de Sir George Drummond (1829-1910). Elles représentent un dragon et un griffon. Le griffon est une créature mythologique formée d'un corps de lion, avec ou sans ailes, surmonté d'une tête d'oiseau (généralement un aigle) . Les éléments architecturaux de ce type étaient souvent employés dans la décoration des riches demeures bourgeoises.

Ces deux statues de grès rouge aux yeux sombres ont connu un parcours mouvementé. Elles ont d'abord décoré la demeure de Sir George Drummond de 1888 à 1930, année où la somptueuse résidence de la rue Sherbrooke fut démolie. Conservées par la famille Drummond, ces deux sculptures ont ensuite été intégrées à une clôture en pierre. Puis dans les années 1960, elles ont été déplacées pour faire partie des éléments décoratifs d'un jardin. Finalement, elles ont été offertes au Musée McCord en 1980 par Mme Helen Henderson, une descendante de la famille Drummond.

Quoi:

Le grès rouge qui a servi à la création de ces sculptures provient probablement de Sackville, au Nouveau-Brunswick.

Où:

Dessinée par l'architecte Andrew Taylor, la maison Drummond était située à l'angle des rues Sherbrooke et Metcalfe, en face du campus de l'Université McGill.

Quand:

Lorsqu'elles ont été offertes au Musée McCord en 1980, ces deux statues ont nécessité un travail de restauration important, pour contrer les effets néfastes de leurs fréquents déménagements, des intempéries et... du temps!

Qui:

George Drummond (1829-1910) avait reçu une formation d'ingénieur chimique à Édimbourg. Il est venu à Montréal pour assurer la gestion technique de la raffinerie de sucre Redpath. Il a également fait de la politique et il est devenu l'un des hommes les plus influents du Canada après sa nomination au poste de président de la Banque de Montréal.

M22476
© Musée McCord
Figurine
John Bell
Vers 1856-1870, 19e siècle
38 x 28 x 13 cm
Legs de Miss Sophia L. Elliott
M22476
© Musée McCord

Commentaires:

Cette figurine représente bien la contradiction entourant l'évolution des arts pendant cette période. En effet, les arts sont de plus en plus populaires et reconnus par la population, mais les gens hésitent à vraiment changer de mentalité et préfèrent le style classique instauré depuis des lustres. C'est le retour à la simplicité et ce qui est recherché est en fait une adaptation de ce qui se faisait durant la renaissance.

Description:

Cette sculpture représente de façon exemplaire l'ensemble de la porcelaine statuaire néoclassique produite au milieu du dix-neuvième siècle. Cet objet est, en fait, une réduction de la sculpture en marbre produite par Johann Heinrich Dannecker (1758-1841). De nombreuses familles victoriennes s'offriront des modèles réduits de façon à exprimer leur enthousiasme pour l'art classique. Bien que le modèle original soit considéré comme l'une des sculptures les plus achevées du dix-neuvième siècle, il est important de souligner que ce sont les modèles réduits qui l'ont fait connaître.


M985.114.1-5
© Musée McCord
Surtout
Vers 1872, 19e siècle
Métal
78 cm
Don du Presbyterian College
M985.114.1-5
© Musée McCord

Commentaires:

On remarque avec évidence en observant cet objet de décoration pratique que l'art est orienté vers de nouvelles cultures, comme si la culture canadienne-française était à court de variété et d'originalité. De nombreux objets de ce genre sont importés d'Europe (en particulier d'Angleterre) et d'Asie, illustrant bien le besoin d'exotisme ressenti à l'époque.

Description:

Le terme épergne est un néologisme anglais du début du XVIIIe siècle, dérivé du verbe français épargner. Puisque cet objet est composé de corbeilles à plusieurs niveaux portées par des branches permettant de maximiser l'espace destiné à recevoir différents plats. Cet objet commémorant le révérend Daniel J. Fraser (1866-1948), servait à décorer la table. Il démontre bien les goûts orientalistes de l'époque par son décor élaboré, et surtout par les trois bustes de girafes.


M986.58.2.1.1-3
© Musée McCord
Maison de poupée
Percival and Bennet and Lewis
1850-1900, 19e siècle
57 x 63 x 29 cm
Don de Mrs. Elizabeth Lewis
M986.58.2.1.1-3
© Musée McCord

Commentaires:

L'architecture de cette maison de poupée illustre bien l'architecture typique de l'époque victorienne. Les corniches et moulures particulièrement élaborées et peintes en blanc, la croix qui surmonte le pignon principal ainsi que la symétrie des éléments sont d'ailleurs caractéristiques au style victorien.

Description:

Les modèles miniatures de maison étaient très populaires à l'époque victorienne. On retrouvait souvent des modèles miniaturisés de la maison familiale avec lesquels les enfants pouvaient s'amuser. Cette « maison mère » miniature semble toutefois avoir été initialement un modèle transformé par la suite en maison de poupée dans les années 1960.


M979.87.5041
© Musée McCord
Impression
La Maison des Récollets
1872, 19e siècle
Encre sur papier - Photolithographie
27.5 x 40 cm
Don de Charles deVolpi
M979.87.5041
© Musée McCord

Commentaires:

Cet édifice commercial est construit dans une architecture inspirée des palais italiens. Vers 1900, les édifices commerciaux de style élaboré (que l'on surnomme "palaces" commerciaux) sont de plus en plus populaires, puisqu'ils donnent envie aux gens d'entrer pour faire du lèche-vitrines et incitent à la consommation.

Clefs de l'histoire:

Toujours sise à l'angle des rues Notre-Dame et Sainte-Hélène, la Maison des Récollets fut construite sur l'emplacement de l'ancienne église des Récollets, érigée en 1693.

Lorsque les Récollets, branche réformée de la famille franciscaine , sont forcés de quitter Montréal en 1760, l'église devient une propriété de l'État . Par la suite, elle sert de lieu de culte pour diverses congrégations avant d'être vendue en 1867 aux marchands Lewis, Kay and Co., importateurs en gros de mercerie et de produits haut de gamme, pour ensuite être démolie . Au début des années 1870, la Maison des Récollets est construite sur ce site dans le style des palais italiens , s'harmonisant ainsi avec le nouveau visage de ce quartier qui se transforme en secteur commercial.

Cette gravure illustre le nouvel édifice commercial appartenant à la compagnie Brown and Claggett. Des années 1850 à 1870, la rue Notre-Dame est la principale artère commerciale de la ville, alors que les détaillants et les manufacturiers y construisent des magasins-entrepôts avec des salles d'exposition destinées à allécher la clientèle.

Quoi:

Cette gravure sur bois représente la compagnie Brown and Claggett, des importateurs et grossistes en « marchandises britanniques, étrangères et américaines de qualité supérieure ».

Où:

La Maison des Récollets est située à l'angle sud-est des rues Notre-Dame et Sainte-Hélène, dans le Vieux-Montréal.

Quand:

À la fin du XIXe siècle, le terme « palace » était souvent employé pour décrire les édifices commerciaux de style élaboré, comme celui-ci .

Qui:

Les « palaces » commerciaux, comme le magasin illustré dans cette gravure, créaient une atmosphère qui transformait le magasinage en une activité sociale plaisante, se déroulant dans un cadre agréable.

I-20726.1
© Musée McCord
Photographie
Cathérale Christ Church, rue Sainte-Catherine, Montréal, QC, 1866
William Notman (1826-1891)
1866, 19e siècle
Papier albuminé
8 x 5 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
I-20726.1
© Musée McCord

Commentaires:

Cette cathédrale de style néo-gothique a été reconstruite en 1859, après avoir été ravagée par un incendie. La façade de cette imposante construction démontre bien que l'architecture classique influence beaucoup les créateurs de l'époque. Le néo-gothique et le néo-classique sont d'ailleurs les deux styles principaux dont tous les autres vont s'inspirer de près ou de loin.


Conclusion:

Contrairement à ce que nous croyions au départ, les arts qui ont le plus évolué durant la deuxième moitié du dix-neuvième siècle sont probablement la peinture et le dessin. Étonnement, ils ont beaucoup plus profité que souffert de l'apparition de la photographie. L'influence de plusieurs pays européens et asiatiques dans tous les domaines artistiques n'est pas négligable non plus. Les gens paient en effet de petites fortunes pour les objets d'art importés. Probablement parce qu'ils proviennent de pays lointains et presque exotiques pour les gens de l'époque, témoignant certainement du désir d'évasion de chacun. L'architecture s'est, elle aussi, développée énormément puisqu'elle est maintenant beaucoup plus influencée par le côté esthétique que le côté pratique. On assiste à l'éclosion presque simultanée d'une multitude de styles architecturaux faisant tous appel, de près ou de loin, au passé comme source d'inspiration. La danse et le théâtre ont gagné en popularité, mais leur évolution est plutôt mince. Pour ce qui est de la littérature, elle n'en est encore qu'à ces premiers balbutiements, mais les thèmes ont déjà légèrement évolués, suivant les nouvelles idées qu'ont apportées l'urbanisation et l'industrialisation. En somme, les arts ont survécu et même bénéficié de cette fin de siècle plutôt mouvementée.

Muséopolis Outaouais Canada. http://www.museopolis.com/ah01_n4b.htm (page consultée le 8 mai)

Danse du Canada. http://www.geocities.com/lefolklore/danseduCanada.html (page consultée le 7 mai)

Victorian station. http://www.victorianstation.com/vicarch.html (page consultée le 7 mai 2002)

Christ church cathedral. http://www.montreal.anglican.org/cathedral/ ( page consultée le 7 mai 2002)


© Musée McCord Museum