Utilisez la commande fichier > imprimer pour imprimer cette page.

Cesar

Voir le circuit

M10673
© Musée McCord
Sculpture
Anonyme - Anonymous
1773-1820, 18e siècle ou 19e siècle
Bois
82 x 44 cm
Don de Messrs. Papineau
M10673
© Musée McCord

Description:

Les séraphins ornent de nombreuses églises catholiques romaines du Québec. Ces deux séraphins en bois sculpté et doré proviendraient de l'intérieur de la chapelle Notre-Dame-de-Bonsecours dans le Vieux Montréal. La première chapelle brûla en 1754 et fut reconstruite entre 1771 et 1773. De nombreuses rénovations y furent apportées entre 1886 et 1892, et c'est à cette époque que les séraphins furent retirés de la chapelle. Les séraphins, qui font partie de la hiérarchie des anges personnifiant l'Amour divin, sont souvent représentés avec trois paires d'ailes et peints en rouge ou doré, comme c'est le cas ici.

Clefs de l'histoire:

Le séraphin orne plusieurs églises catholiques romaines du Québec. Ces deux séraphins de bois sculptés et dorés (M10673 et M10675) proviendraient de l'intérieur de la chapelle Notre-Dame-de-Bons-Secours dans le Vieux-Montréal. Datant de 1670, la chapelle d'origine brûla en 1754 et fut reconstruite entre 1771 et 1773. De nombreuses rénovations y furent apportées de 1886 à 1894, et c'est apparemment à cette époque que les séraphins furent retirés de la chapelle .

Les séraphins sont les gardiens surnaturels du seuil du sanctuaire de Iahvé. De taille généralement imposante, ces anges, qui personnifient l'Amour divin, sont représentés avec six ailes. Ils sont traditionnellement peints en rouge ou en couleur or, comme c'est le cas ici .

Quoi:

Ces sculptures ont été sculptées dans du bois et dorées.

Où:

Appartenant à la première hiérarchie des troupes célestes, constamment au service de Dieu, il est fort probable que ces séraphins étaient placés de chaque côté du tabernacle contenant le pain consacré.

Quand:

Il est possible que ces sculptures aient été réalisées dès 1773, au moment de la construction de l'église, ou lorsque des modifications y furent apportées ultérieurement.

Qui:

Ces deux sculptures ont été offertes au Musée en 1929 par les frères Papineau dont la résidence montréalaise était située sur la rue Bonsecours, juste au nord de la chapelle. Ils en firent probablement l'acquisition en 1886 lorsque débutèrent les travaux de rénovation de la chapelle.

M10970
© Musée McCord
Médaille
1860, 19e siècle
Métal
4 cm
Don de Miss Harriet J. McDonnell
M10970
© Musée McCord

Description:

Cette médaille en argent a été frappée pour commémorer la visite au Canada de S.A.R. Albert Edward, prince de Galles (1841-1910), en août 1860. Il s'agissait de la première visite outre-mer de l'héritier au trône, et pour les villes canadiennes qu'allait honorer la tournée officielle, cela signifiait beaucoup de réjouissances à planifier dans une atmosphère de grande fébrilité. Le principal but de la visite du prince était l'inauguration officielle du pont Victoria de Montréal, considéré à l'époque comme la plus grande réussite de l'ingénierie moderne.


M15909
© Musée McCord
Tabatière
1800-1825, 19e siècle
5 cm
Don de Mr. David Ross McCord
M15909
© Musée McCord

Description:

Utilisé pour la première fois par les aborigènes d'Amérique du Sud, le tabac à priser ou tabac en poudre, qui provient de la plante Nicotiana tabacum, est introduit en Europe au seizième siècle. Priser du tabac devient rapidement une activité très à la mode en Europe, et au cours des siècles suivants, on produit toute une gamme de contenants les plus sophistiqués pour que les hommes puissent transporter leur tabac avec eux. Cette tabatière en forme de globe est un bel exemple d'émail anglais Battersea. Elle a appartenu à John Samuel McCord (1801-1865), le père du fondateur du Musée, David Ross McCord.

Clefs de l'histoire:

Le tabac à priser, sorte de tabac en poudre, fut introduit en Europe au XVIe siècle après que les Européens y furent initiés par les peuples autochtones d'Amérique du Nord. L'usage du tabac à priser se répandit rapidement en Europe, et au cours des siècles suivants, on produisit toute une gamme de contenants permettant aux hommes de le transporter sur eux.

Cette tabatière en forme de globe terrestre a appartenu à John Samuel McCord (1801-1865), père de David Ross McCord (1844-1930), fondateur du Musée McCord. David Ross McCord a ajouté la tabatière de son père à sa collection d'objets historiques car il considérait les artefacts comme des sujets de recherche essentiels à la découverte de la vérité scientifique . Ayant appris de son père comment constituer et préserver une collection, il maintenait toujours une documentation minutieuse afin d'établir la provenance de ses artefacts .

Au milieu du XIXe siècle, priser du tabac était une activité réservée aux gentlemen. Priser était un art sophistiqué qui consistait à aspirer par le nez une pincée de ce tabac spécial, opération qui était suivie d'un éternuement discret.

Quoi:

Cette tabatière est un exemple d'objet en émail de Battersea. Une couche d'émail blanc a été appliquée sur les deux hémisphères en cuivre, sur lesquelles on a ensuite imprimé une mappemonde par transfert. Le tout a été recouvert de peinture.

Où:

Cette tabatière est recouverte d'émail de Battersea, ainsi nommé d'après la manufacture de York House dans le quartier de Battersea, à Londres, d'où proviendrait ce type d'émail.

Quand:

Au XIXe siècle, les hommes de goût portaient sur eux une petite boîte décorative comme celle-ci dans laquelle ils transportaient du tabac à priser.

Qui:

John Samuel McCord (1801-1865), avocat et juge de Montréal, était le père de David Ross McCord (1844-1930), fondateur du Musée McCord.

© Musée McCord Museum