Utilisez la commande fichier > imprimer pour imprimer cette page.

VIEW-1498
© Musée McCord
Photographie
Débâcle, rue des Commissaires, Montréal, QC, vers 1884
Wm. Notman & Son
Vers 1884, 19e siècle
Plaque sèche à la gélatine
20 x 25 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
VIEW-1498

Clefs pour l'histoire:

La débâcle se produisait au printemps, quand le fleuve devenait mouvant et charriait d'importants blocs de glace.

Le fleuve étant étroit et peu profond à la hauteur de Montréal, la débâcle s'est longtemps accompagnée de la formation d'embâcles, c'est-à-dire d'amoncellements de glaces, qui formaient un véritable barrage. Si l'embâcle ne cédait pas rapidement, l'eau montait et inondait une partie de l'île. En mars 1871, l'hebdomadaire The Canadian Illustrated News rapporte que l'inondation des rues de Montréal causée par la débâcle met l'humeur des citadins à rude épreuve.

Au XIXe siècle, Montréal est aussi un port en pleine expansion qui tente d'attirer un nombre croissant de navires commerciaux. Dans ce but, la voie navigable du Saint-Laurent subit toutes sortes de travaux d'aménagement et le fleuve est progressivement creusé et élargi. Ces améliorations mettent un terme aux inondations annuelles.

Quoi:

Malgré l'aménagement de la voie navigable, le risque d'embâcles serait toujours présent aujourd'hui si des brise-glace puissants ne sillonnaient pas le fleuve tous les hivers à partir du mois de février.

Où:

Les embâcles - barrages formés par des blocs de glace - se forment surtout dans les sections étroites ou sinueuses des cours d'eau.

Quand:

Dès 1848, une série de canaux ainsi que le creusage progressif du lit du Saint-Laurent rendent le fleuve navigable depuis l'Atlantique jusqu'aux Grands Lacs.

Qui:

Le président de la Commission du Havre, John Young (1811-1878), encourage si activement les travaux d'aménagement de la voie navigable du Saint-Laurent qu'il passera à l'histoire comme le père du port de Montréal.

© Musée McCord Museum