Utilisez la commande fichier > imprimer pour imprimer cette page.

VIEW-12777
© Musée McCord
Photographie
Immeuble d'appartements Linton, rue Sherbrooke, Montréal, QC, 1912-1913
Wm. Notman & Son
1912-1913, 20e siècle
Plaque sèche à la gélatine
20 x 25 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
VIEW-12777

Clefs pour l'histoire:

Vivre comme à l'hôtel

Au début du 20e siècle, les immeubles d'appartements se répandent dans les villes canadiennes . Ces grands immeubles sont conçus pour répondre aux attentes d'une clientèle spécifique, et la distribution des pièces sur un même niveau simplifie l'entretien de la demeure. Attirés par les commodités de ces nouveaux logements, les ménages aisés y voient une solution de rechange aux grandes maisons dont l'entretien nécessite une armée de personnel domestique de plus en plus difficile à recruter.

Ceux qui choisissent ce mode de vie profitent de plusieurs innovations et services intégrés à l'immeuble qui leur rendent la vie très confortable : ascenseur, chauffage central, garage, sonnerie électrique, central téléphonique, services de concierge, de teinturier et de traiteur complété par un système de monte-plat. C'est comme vivre à l'hôtel !

En ce qui concerne le téléphone, le taux d'équipement d'un immeuble comme le Linton à Montréal est très supérieur à la moyenne de la ville. En 1910, près de 75 p. 100 des résidants sont abonnés, alors qu'on ne compte que 6 téléphones pour 100 habitants à l'échelle de l'agglomération urbaine.

Quoi:

Conçu par les architectes Samuel Arnold Finley et David Jerome Spence, l'immeuble Linton est érigé entre 1906 et 1907. On y compte 90 appartements. C'est le plus vaste à Montréal au moment de sa construction.

Où:

La rue Sherbrooke à Montréal est une rue résidentielle de prestige où les immeubles collectifs remplacent les résidences bourgeoises.

Quand:

Avant la Première Guerre mondiale, plusieurs immeubles d'appartements sont construits dans les grandes villes canadiennes.

Qui:

Plusieurs occupants du Linton, notamment des femmes, y vivent en solo.

© Musée McCord Museum