Utilisez la commande fichier > imprimer pour imprimer cette page.

MP-0000.25.971
© Musée McCord
Photographie, diapositive sur verre
Donald Smith, devenu Lord Strathcona, enfonçant le dernier crampon, CP, Craigellachie, C.-B., 1885, repr. vers 1910
Alexander Ross
1885, 19e siècle
Plaque sèche à la gélatine
8 x 10 cm
Don de Mr. Stanley G. Triggs
MP-0000.25.971

Clefs pour l'histoire:

Au matin du 7 novembre 1885, l'honorable Donald Smith, de la compagnie de chemin de fer Canadien Pacifique, enfonce le dernier crampon sur la voie de la première ligne ferroviaire transcontinentale du pays .

Cette cérémonie toute simple a lieu à Craigellachie, en Colombie-Britannique . Quelques dignitaires du Canadien Pacifique viennent d'arriver dans des voitures ferroviaires officielles . Ils sont entourés des cheminots qui, à l'aube, ont installé les rails pour compléter le dernier kilomètre de voie. Une fois posé le crampon symbolique, William Van Horne, directeur du CPR, prononce ces quelques mots : « Tout ce que je peux dire, c'est que le travail fut bien fait en tous points.»

Après les félicitations d'usage, les dignitaires poursuivent leur chemin vers Port Moody en Colombie-Britannique, le terminus ouest de la ligne. Un immense chantier vient de se terminer : il avait mobilisé pendant presque cinq ans des milliers de travailleurs, dont des ingénieurs ferroviaires, des arpenteurs, des cheminots.

Quoi:

Par superstition, William Van Horne réclama un simple crampon de fer pour la cérémonie, au lieu de l'habituel crampon d'or ou d'argent.

Où:

À cette époque, installer un mille (2,5 kilomètres) de voie ferrée dans les montagnes Rocheuses pouvait coûter jusqu'à un demi-million de dollar .

Quand:

Le 28 juin 1886, un premier train de passagers emprunta la nouvelle voie du Canadien Pacifique à partir de Montréal pour atteindre Port Moody, en Colombie-Britannique, le dimanche 4 juillet.

Qui:

Donald Smith, William Van Horne, Thomas Shaughnessy et George Stephen, figurant sur la photographie, comptent parmi les grands financiers qui ont investi une bonne partie de leur fortune personnelle ou de leur réputation dans l'aventure des chemins de fer.

© Musée McCord Museum