Utilisez la commande fichier > imprimer pour imprimer cette page.

M998.51.163
© Musée McCord
Dessin, caricature
Dion milite pour la société distincte ou comment se refaire une image
Serge Chapleau
1996, 20e siècle
Mine de plomb sur papier
43.3 x 35.7 cm
Don de M. Serge Chapleau
M998.51.163

Clefs pour l'histoire:

"L'art de contourner son boss... La première fois que j'ai dessiné Stéphane Dion en rat, je l'ai montré à Lise Bissonnette, ma directrice. Elle m'avait dit alors : « C'est effectivement très drôle mais ne le fais plus en rat. » Cette caricature a été publiée quelques jours plus tard..."

Serge Chapleau

Quoi:

Pour se réconcilier avec l'électorat francophone, certains leaders fédéralistes ont développé le concept de « foyer principal de la langue et de la culture françaises en Amérique » comme solution de rechange au concept de « société distincte » présent dans l'accord du lac Meech. Ce « nouveau » concept est interprété par la plupart des dirigeants politiques québécois comme une tentative de repositionnement artificielle et essentiellement cosmétique.

Où:

Contrairement aux neuf autres provinces canadiennes, le Québec est majoritairement francophone. Cette spécificité a été l'objet de plusieurs revendications des différents gouvernements québécois, tant souverainiste que fédéralistes, afin de protéger cette particularité identitaire unique en Amérique du Nord.

Quand:

En avril 1996, l'aile québécoise du Parti libéral du Canada (PLC) propose un concept alternatif à celui de la « société distincte » que l'on retrouvait dans l'accord du lac Meech. Défendue par le gouvernement de Brian Mulroney, la notion de « société distincte » avait été vivement critiquée par les libéraux de Jean Chrétien. Ces critiques et celles provenant de plusieurs provinces avaient provoqué l'échec de cette réforme constitutionnelle en 1990.

Qui:

Stéphane Dion, politicien libéral, ministre canadien des Affaires intergouvernementales de 1996 à 2003. Il est reconnu comme le défenseur d'une position « dure » à l'endroit du nationalisme québécois.

© Musée McCord Museum