Utilisez la commande fichier > imprimer pour imprimer cette page.

M985.230.5356
© Musée McCord
Impression
Montréal - Les inondations printanières - La crue des eaux, esquisse réalisée à Griffintown
Edward Jump
1873, 19e siècle
Encre sur papier - Photolithographie
40.5 x 27.5 cm
Don de Mr. Colin McMichael
M985.230.5356

Clefs pour l'histoire:

Entre les communautés franco-catholique et anglo-protestante s'insère la communauté irlandaise, qui a un pied dans le monde anglophone et un autre dans l'univers catholique ; son importance est cependant en déclin. La petite communauté juive, qui se distingue elle aussi par sa langue et sa religion, constitue également un groupe spécifique, qui s'agrandira lors de l'arrivée d'une première vague d'immigrants en provenance d'Europe de l'Est dans les années 1880.

Malgré ce cloisonnement ethnique et religieux qui paraît étanche, les groupes et les individus sont en interaction constante dans la ville - dans les lieux de travail, les magasins, la rue et les espaces publics - et les échanges sont nombreux. La coexistence en milieu urbain est un processus dynamique. Les clivages sociaux ajoutent à la diversité, chaque groupe ayant ses bourgeois et ses travailleurs, ses élites et sa masse. À certains moments, ce sont les solidarités ethniques ou religieuses qui priment, tandis qu'à d'autres, les solidarités sociales prennent le dessus.

Quoi:

Cette caricature décrit certains effets désagréables des inondations printanières dans un quartier populaire de Montréal. Elle transmet aussi certains stéréotypes à propos de la population irlandaise qui habite ce quartier.

Où:

Griffintown est une zone industrielle et ouvrière située à l'ouest du Vieux-Montréal, dans le quartier Sainte-Anne. La majorité de la population y est d'origine irlandaise.

Quand:

Au printemps, le Saint-Laurent déborde souvent et inonde les parties basses de la ville en bordure du fleuve, comme Griffintown. La crue la plus élevée survient en 1886. Le problème des inondations ne sera réglé qu'au début du XXe siècle.

Qui:

En 1871, Montréal compte 25 376 personnes d'origine irlandaise, soit près du quart de la population. Les Irlandais sont même plus nombreux que les Anglais et les Écossais réunis.

© Musée McCord Museum