Utilisez la commande fichier > imprimer pour imprimer cette page.

M983.52.76
© Musée McCord
Impression
Le Marché Bonsecours la veille de Noël, 1870
1870, 19e siècle
Encre sur papier
40.1 x 55.5 cm
Don de Mr. Charles deVolpi
M983.52.76

Clefs pour l'histoire:

Si la frénésie de consommation précédant la fête de Noël n'est pas nouvelle, ce phénomène est toutefois particulièrement palpable dans les marchés publics montréalais à la fin du XIXe siècle.

En milieu urbain, les préparatifs du « temps des fêtes » commencent vers la mi-décembre. Il faut acheter les aliments nécessaires à la préparation des différents plats qui seront servis lors de repas marqués par l'abondance et la variété. Au cours de cette période de réjouissance, chaque famille, riche ou pauvre, s'organise à la mesure de ses moyens pour garnir sa table des plats les plus appétissants.

Les marchands profitent de l'occasion pour offrir pendant les semaines précédant la fête de Noël une grande variété de produits importés et de fruits frais.

Quoi:

Cette illustration sur le thème de Noël parut sur deux pages complètes de l'hebdomadaire « L'Opinion publique ». Les collectionneurs utilisaient ces illustrations à titre de décoration.

Où:

Les marchands du marché Bonsecours réservaient et louaient leurs espaces de vente selon un système d'enchères. Les étals qui donnaient sur la rue Saint-Paul étaient les plus convoités et les plus chers.

Quand:

Tout comme aujourd'hui, les consommateurs faisaient surtout leurs courses entre le 21 et le 24 décembre.

Qui:

La légende précise : « Il faut voir ces ménagères, ces respectables pères de famille, avocats, médecins, marchands [...] allant, le panier sous le bras, préparer le festin de Noël ».

© Musée McCord Museum