Utilisez la commande fichier > imprimer pour imprimer cette page.

II-109594.1
© Musée McCord
Photographie
Portrait d'un homme chinois inconnu, Montréal, QC, 1895
Wm. Notman & Son
1895, 19e siècle
Sels d'argent sur papier monté sur papier - Papier albuminé
8 x 5 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
II-109594.1

Clefs pour l'histoire:

La diversité de la main-d'oeuvre présente un défi énorme pour le mouvement ouvrier. Les syndicats sont en effet aux prises avec des barrières linguistiques et ethniques qui freinent leurs efforts de mobilisation. Les employeurs, quant à eux, ont vu très tôt l'avantage qu'il y avait à recruter une main-d'oeuvre multiraciale et polyglotte, moins apte à nourrir une solidarité ouvrière. À la fin du XIXe siècle, les travailleurs syndiqués soupçonnent que l'immigration soit un outil pour briser les grèves et semer la pagaille au sein de leurs organisations. Ils réclament des amendements au Alien Labor Act visant à interdire l'importation de travailleurs à contrat et d'ouvriers orientaux. Cette position, teintée de chauvinisme et de racisme, mène en Colombie-Britannique à la formation de la Ligue d'exclusion asiatique. En 1907, ces tensions mènent à de graves émeutes contre la communauté chinoise de Vancouver.

Quoi:

Entre 1880 et 1885, le Canadien pacifique fait appel à 15 000 journaliers chinois pour construire son chemin de fer. Par la suite, ces derniers se répandent aux quatre coins du pays, fondant des petites communautés dans les villes canadiennes.

Où:

La communauté chinoise de Montréal s'installe dans l'axe de la rue De La Gauchetière, donnant ainsi naissance au quartier chinois.

Quand:

Ce portrait d'un homme chinois de Montréal date de 1895, alors qu'une partie de la population d'origine française, britannique ou juive commence à migrer vers la périphérie, laissant ses anciennes maisons à la disposition des nouvelles populations immigrantes.

Qui:

Les immigrants chinois rencontrent des difficultés croissantes pour faire venir leurs futures épouses ou leur parenté restées en Chine. Le droit d'entrée, imposé à chaque Chinois depuis 1885, passe en effet à 100 dollars en 1900 et à 500 dollars en 1903.

© Musée McCord Museum