Utilisez la commande fichier > imprimer pour imprimer cette page.

A53.70
Cet artefact appartient au : © Musée du Nouveau-Brunswick
Table
Vers 1850, 19e siècle
93.5 x 144 cm
Don de Mrs. W.R. Miles
A53.70

Clefs pour l'histoire:

Les artisans asiatiques, dont les habiletés de tailleurs de pierre étaient adaptées aux matériaux exotiques comme le teck et le bois de rose, satisfont parfaitement aux penchants de l'époque victorienne pour un mobilier foncé, massif et très orné. Ces meubles, habituellement importés en Grande-Bretagne et en Amérique du Nord, reflètent plutôt les goûts occidentaux que ceux de leurs pays d'origine.

Il semble que cette table en bois de rose et en marbre ait été faite par des prisonniers birmans à Bombay et exposée à la Grande Exposition de Londres en 1851. Elle a été achetée par un riche marchand et expédiée à Ceylan. De nombreuses années plus tard, un agent de la Red Rose Tea Company, de Saint John, l'a envoyée au propriétaire de l'entreprise, M. Estabrooks.

Source : circuit web 'Le vent dans les voiles' de Musée du Nouveau-Brunswick (Voir sous l'onglet Liens)

Quoi:

Les motifs sculptés représentent des personnages chinois, un choix étrange si l'on considère que la table provient de Bombay.

Où:

Le fait que le représentant de l'entreprise ait été à Ceylan reflète le changement de goût des Occidentaux pour le thé, qui passe du thé vert de Chine aux thés noirs d'Inde au début du 20e siècle.

Quand:

La Grande Exposition de 1851 a été la première grande exposition internationale. La présentation de cette table est représentative de l'importance que revêtait l'Inde pour la Grande-Bretagne au 19e siècle.

Qui:

Bien que la table ait été destinée au propriétaire de la Red Rose Tea Company, c'est le goûteur de thé de l'entreprise, Walter Miles, qui l'a conservée.

© Musée McCord Museum