Utilisez la commande fichier > imprimer pour imprimer cette page.

971.062-B47
Cet artefact appartient au : © Musée du Nouveau-Brunswick
Livre
Le premier ministre s'adresse à la population : message radiophonique du premier ministre diffusé en janvier, retranscrit sous forme imprimée
1935, 20e siècle
23 x 15.5 cm
971.062-B47

Clefs pour l'histoire:

En janvier 1935, le premier ministre Bennett (1870-1947) entreprend une série d'émissions radiophoniques qui annonce une nouvelle vision conservatrice pour le pays. Bennett y défend des réformes existantes comme la Banque du Canada. S'inspirant du New Deal du président américain Franklin Roosevelt (1882-1945), il présente aussi un train de réformes comportant des dispositions sur l'assurance-chômage, l'aide au fermiers, la fin du travail des enfants, une plus grande sécurité des conditions de travail, l'égalité des salaires et une semaine de travail maximale.

La population canadienne est sous le choc. Les discours à la radio de Roosevelt ou « discussions au coin du feu » qui visent à rassurer une population inquiète, sont chose courante pour le peuple américain. Mais c'est la première fois que les Canadiens entendent un de leurs dirigeants s'exprimer sous une forme aussi libre. Surtout, les membres du Parti conservateur se plaignent, estomaqués par ce changement manifeste d'orientation de la part du premier ministre. La presse, déjà sévère avec Bennett dans les bons jours, dénonce le manque de cohérence de ce changement de politique, qu'ils voient comme un effort ultime du premier ministre pour sauver sa carrière politique en cette année d'élection.

Quoi:

Le jour de la radiodiffusion de la cinquième émission de la série, quelque 800 000 Canadiens sont à l'écoute pour entendre le premier ministre.

Où:

Un studio de radio d'Ottawa produit les émissions d'une demi-heure, qui sont retransmises par trente-huit autres stations de radio à la grandeur du pays.

Quand:

En 1932, le gouvernement de R.B. Bennett a créé la Commission canadienne de radio-diffusion, l'ancêtre de la Société Radio-Canada.

Qui:

Le premier ministre assume personnellement les coûts du temps d'antenne de ses discours à la radio.

© Musée McCord Museum