Utilisez la commande fichier > imprimer pour imprimer cette page.

29666
Cet artefact appartient au : © Musée du Nouveau-Brunswick
Robe
1900-1910, 20e siècle
29666

Clefs pour l'histoire:

Au début du XXe siècle, on observe de profonds changements dans plusieurs secteurs de la société néo-brunswickoise, notamment dans le domaine de la mode. Les femmes commencent à adopter des tenues plus légères, plus extravagantes, richement garnies de dentelle. Cette évolution est favorisée par l'industrialisation. Auparavant, seules les femmes les plus fortunées de la société pouvaient s'offrir d'élégantes dentelles, broderies et guipures. Désormais, un nombre croissant de femmes peuvent acheter des vêtements confectionnés en usine, mais néanmoins élégants. Une nouvelle ligne est en train d'apparaître, déterminée en autres par le corset qui donne au corps sa forme en sablier si populaire à l'époque de l'Art nouveau.

Quoi:

Au lendemain du règne de la reine Victoria (1819-1901), les femmes commencent à adopter des tenues plus légères, plus extravagantes, richement garnies de dentelle.

Où:

Une élégante robe en soie comme celle-ci était portée dans des occasions spéciales ou des sorties plus formelles comme un goûter dînatoire ou une visite « à domicile ».

Quand:

Durant l'époque edwardienne (1901-1910), les styles des robes connaissent une profonde transformation; les soies légères au bord richement ornementé deviennent très à la mode.

Qui:

Cette robe fabriquée à partir d'une robe longue en soie de 1860 appartenant à Mary Jane Dinsmore Sinclair (1840-1921) a probablement été portée par sa nièce, Annie E. MacKenzie (née en 1875). Le tissu a peut-être été recyclé pour des raisons économiques ou sentimentales.

© Musée McCord Museum