Mots-clés :
 
 Inclure images des partenaires







Fonds de la famille Greenshields (P011)

1812-1962. - 275 cm de documents textuels et autres documents.

Histoire administrative - Notice biographique :

La famille Greenshields était bien en vue dans le cercle des affaires et le milieu artistique de Montréal à la fin du 19e siècle et au début du 20e. L'entreprise familiale, fondée en 1833 sous la dénomination de S. Greenshields and Son, a prospéré dans le commerce des marchandises sèches jusqu'en 1933 sous le nom de Greenshields Limited. Le plus ancien membre de la famille représenté dans ce fonds est Samuel Greenshields (?-1888). Lui et son épouse, Mary Cassils, ont eu quatre fils et une fille. Au moins deux des fils, John (?-1867) et David James (?-1882), ont joué un rôle important dans l'entreprise familiale.

John Greenshields a épousé Elizabeth McCouloch Craw Black (1828-1890), fille du révérend Edward Black (1793-1845) de Montréal. Ensemble, ils ont eu un fils et trois filles. Leur fils, Edward Black Greenshields (1850-1917), s'est joint à l'entreprise familiale en 1869 et il en était l'unique propriétaire en 1893. Dès lors, il a dirigé jusqu'à sa mort la Greenshields Limited qui fut constituée en société par actions en 1903. Il a épousé Eliza Eleonor Brodie Cook (?-1935), fille du révérend John Cook, en octobre 1876. Ils ont eu un fils, Edward John Moray (1888-1962), et une fille, Elizabeth Muriel. Celle-ci a épousé Charles Graham Drinkwater en 1910.

Portée et contenu :

Les papiers de la famille Greenshields portent sur la vie privée et familiale des membres de la famille et sur leurs activités culturelles.

Les papiers d'Edward Black Greenshields contiennent des ébauches et des versions imprimées de poèmes, des essais manuscrits et imprimés, des discours, dont « Two Speaking Portraits » sur Andrew MacPhail, ainsi qu'une version préliminaire de « Landscape Painting and Modern Dutch Artists ». Il y a également de la correspondance portant principalement sur la critique d'art, datant de 1904-1915, ainsi qu'un album contenant de la correspondance sur la poésie d'Andrew MacPhail. Le fonds comprend aussi des journaux personnels sur les activités quotidiennes de Greenshields à Montréal et sur ses voyages en Europe (1894-1913). Les papiers d'Eliza Cook Greenshields portent sur sa vie privée et familiale et comprennent des journaux personnels décrivant brièvement ses activités quotidiennes et ses voyages, datant de 1897-1919, et des livres de comptes domestiques, datant de 1922-1923 et 1931-1934.

Les papiers de Muriel Greenshields Drinkwater reflètent son intérêt pour la poésie et contiennent un volume de poèmes manuscrits et deux albums de poèmes imprimés. On y trouve également de la correspondance de son père E. B. Greenshields, (v. 1898-1916), ainsi qu'un carnet détaillant l'achat d'actions (v. 1955-1957).

Les papiers de Charles Graham Drinkwater contiennent un journal manuscrit en trois volumes sur une expédition en bateau jusqu'à la baie d'Hudson effectuée en 1897.

Les papiers d'Edward John Moray Greenshields contiennent de la correspondance, des carnets de notes et des albums. Ils reflètent son intérêt pour différents passe-temps populaires, sports et voyages à l'étranger, ainsi que ses relations avec la communauté du divertissement.

Cet ensemble de papiers regroupe également des documents juridiques et financiers, dont des contrats, des testaments, des certificats de placements et des polices d'assurance de différents membres de la famille, datant de 1822-1920.

Le fonds comprend deux séries : les papiers d'affaires de l'entreprise de marchandises sèches de la famille et les papiers personnels de différents membres de la famille. Les documents de la première série se divisent en deux sous-séries : l'entreprise de marchandises sèches des Greenshields et l'entreprise de marchandises sèches apparentée de Chamberlain et Thompson. La deuxième série est également divisée en sous-séries portant sur les membres individuels de la famille Greenshields et sur d'autres personnes ayant eu des liens avec ceux-ci.