Mots-clés :
 
 Inclure images des partenaires







Fonds John et Hannah Robson (P008)

1819-1849. - 1 cm de documents textuels (12 documents manuscrits).

Histoire administrative - Notice biographique :

John Robson est originaire du comté de Northumberland, en Angleterre, où il exerce le métier de cordonnier. Il immigre au Canada en 1819 dans l'intention d'y gagner sa vie. Son navire est probablement arrivé à Québec vers le mois de septembre, car nous savons qu'il s'est embarqué sur le navire Malsham en direction de Montréal le 26 septembre de la même année.

Il s'établit à Montréal et travaille comme « fabricant de chaussures et de bottes » au 60 de la rue Notre-Dame. Au début des années 1840, il déménage rue Saint-Laurent, près de La Gauchetière, et ensuite au 43 de la rue McGill. Nous savons d'après ses archives qu'il s'est enrôlé en 1838 dans les Loyal Volunteers, une milice levée par les autorités britanniques au Canada. Il a épousé après 1825 Hannah Ranson, elle aussi originaire d'Angleterre. Ils ont eu des enfants, dont une fille, Elizabeth. D'après la correspondance reçue par son épouse, John Robson serait décédé vers 1846.

Portée et contenu :

Ce fonds porte sur John et Hannah Robson, notamment sur l'immigration du premier au Canada, et sur leurs relations avec les membres de leur famille. On y trouve aussi quelques informations de nature financière.

Le fonds contient des lettres envoyées à Hannah Robson par divers membres de sa famille : sa nièce Elizabeth, M. Hudson (le mari de celle-ci), un neveu nommé Halliday et son frère John qui vivait à Hull en Angleterre. Le fonds contient aussi une promesse de paiement faite à Mme Robson pour l'utilisation d'une maison. Le fonds renferme par ailleurs quelques documents concernant John Robson, soit un certificat émis en son nom avant son départ pour le Canada, une lettre qu'il a envoyée à sa soeur, un compte avec un certain M. Boston et un reçu pour du matériel militaire des Loyal Volunteers. Trois lettres échangées par des membres de la famille Bell, dont deux de Francis Bell qui était cultivateur à Berthier et une de James Bell à sa soeur, complètent le fonds.