Mots-clés :
 
 Inclure images des partenaires







Fonds Sir John Richardson (P248)

1826-1912. - 15 cm de documents textuels.

Histoire administrative - Notice biographique :

Médecin, explorateur, naturaliste et ichtyologiste, John Richardson est né le 5 novembre 1787 à Dumfries, en Écosse. Il est le fils aîné de Gabriel Richardson, un brasseur prospère, et d'Anne Mundell. Richardson étudie la médecine et obtient son diplôme de l'Université d'Édimbourg en 1807. Il s'enrôle peu après comme volontaire dans la marine royale britannique. Pendant les guerres napoléoniennes, il est en service sur six navires différents et est témoin de nombreux combats navals. En 1814, on le nomme médecin des Royal Marines en Amérique du Nord et il est stationné à Halifax. Une fois les guerres terminées, Richardson tombe à demi-solde et en profite pour terminer son doctorat. Il est reçu docteur en médecine en 1816 et pratique ensuite la médecine à Leith.

En 1819, il est désigné pour participer à l'expédition du capitaine Franklin à titre de médecin et naturaliste. Cette difficile expédition terrestre se termine en 1822, et Richardson procède ensuite à la rédaction de trois sections du récit narratif de l'expédition, soit celles sur la zoologie, la géologie et les aurores boréales. Entre 1825 et 1827, Richardson participe à la seconde expédition terrestre de Franklin à titre de commandant en second. Il explore, avec 11 hommes, la côte située à l'est de l'embouchure du Mackenzie. De retour en Angleterre, Richardson rédige de nouveau un compte rendu de sa participation à l'expédition.

En 1828, Richardson est nommé médecin-chef au Melville Hospital de Chatham où il demeure en poste pendant 10 ans. En 1838, il est muté au Royal Naval Hospital de Haslar, près de Portsmouth. Il y demeure encore 17 ans et aura pendant plusieurs années comme supérieur William Edward Parry, un autre explorateur de l'Arctique. Richardson participe alors à la mise sur pied d'une bibliothèque et d'un musée d'histoire naturelle.

C'est en 1848-1849 qu'il effectue son dernier voyage dans l'Arctique, alors qu'il prend le commandement d'une expédition terrestre en compagnie du Dr John Rae. Bien que n'ayant rien trouvé de l'expédition de Franklin, l'expédition réalise de nombreux relevés scientifiques et conduit Richardson à publier An Arctic Searching Expedition en 1851.

En 1855, Richardson quitte le service actif et s'établit à Grasmere avec sa famille. On sollicite toutefois son expertise à l'occasion sur des questions touchant l'Arctique. Il siège ainsi sur l'officieux « Arctic Commitee » aux côtés d'éminents collègues comme Back ou Parry. De plus, il a alors acquis une réputation d'érudit et ses travaux en science naturelle et en médecine le placent parmi les plus importants scientifiques de son temps. Ses premiers travaux lui ont valu d'être élu à la Royal Society de Londres en 1825. Il fut aussi nommé chevalier en 1846, compagnon de l'ordre du Bain en 1850 et a reçu la médaille de la Royal Society en 1856. Richardson décède le 5 juin 1865. Il s'est marié trois fois : en 1818 à Mary Stivens, en 1833 à Mary Booth (la nièce de Franklin) et en 1847 à Mary Fletcher. Il a eu au moins sept enfants.

(Source : Dictionnaire biographique du Canada)

Portée et contenu :

Le fonds Sir John Richardson porte principalement sur l'expédition terrestre de 1848 en Arctique dont le but était de retrouver des traces de l'expédition de sir John Franklin. Le fonds porte aussi sur les années subséquentes que Richardson a passées en Angleterre.

Le fonds contient de la correspondance échangée avec des officiels de l'Amirauté britannique, avec des dirigeants et des employés de la Compagnie de la Baie d'Hudson, de même qu'avec diverses personnes rattachées au monde de la navigation et de l'exploration. On y trouve aussi des comptes, factures et listes liés à des provisions et du matériel achetés à la Compagnie de la Baie d'Hudson, de même que des relevés des frais de transport et des salaires des équipages anglais et canadiens de l'expédition.

Le fonds contient de plus un journal de 11 pages tenu par le Dr John Rae, l'un des dirigeants de l'expédition avec Richardson, et quelques lettres échangées entre David Ross McCord et John Booth Richardson, un descendant de sir John Richardson.

Le fonds est divisé selon les séries et sous-séries suivantes :

  • P248/A : Sir John Richardson
    • P248/A.01 : Correspondance
    • P248/A.02 : Matériel : Comptes, reçus, listes
  • P248/B : Journal, Dr John Rae
  • P248/C : Major-général John Booth Richardson