Mots-clés :
 
 Inclure images des partenaires







Fonds Sir John Ross (P245)

1787-1854. - 5 cm de documents textuels.

Histoire administrative - Notice biographique :

John Ross, officier de marine, explorateur et auteur, est né le 24 juin 1777 à Balsarroch, en Écosse. Il est le fils du révérend Andrew Ross et d'Elizabeth Corsane. Ross s'engage dans la marine royale britannique en 1786 comme volontaire de première classe et prendra du grade au fil des ans, accédant au rang de capitaine de frégate en février 1812. À 39 ans, il avait navigué pendant près de 30 ans, avait participé à de nombreuses batailles navales et avait été blessé pas moins de 13 fois.

Suite au regain d'intérêt pour l'exploration polaire et la recherche du passage du Nord-Ouest, Ross reçoit une lettre de l'Amirauté le 11 décembre 1817 lui annonçant qu'il a été choisi pour commander une expédition qui doit se rendre dans le détroit de Davis afin de trouver un passage vers l'océan Pacifique. Parmi ses officiers se trouvent William Edward Parry et son neveu, James Clark Ross.

L'expédition se met en branle en avril 1818. Ross et son équipage explorent les contours du détroit de Davis, mais ne réussissent pas à trouver de passage vers l'ouest. L'expédition confirme les découvertes faites par Baffin au 17e siècle, mais une controverse éclate au retour de Ross en Angleterre, plusieurs opposants, dont John Barrow, second secrétaire de l'Amirauté, doutant de certains éléments de son récit. Bien que Ross soit promu au rang de capitaine le 7 décembre 1818, sa réputation est maintenant entachée et il ne reçoit plus de commandement de la part de l'Amirauté.

Ross réussit néanmoins à faire financer un nouveau voyage d'exploration par Felix Booth, riche marchand brassicole. Le navire choisi est le Victory, un vapeur de 125 tonneaux. L'expédition, avec à sa tête Ross et son neveu (qui occupe le poste de commandant en second), quitte Londres le 23 mai 1829. Bien que le petit navire éprouve des problèmes mécaniques tôt en chemin, il arrive néanmoins à rejoindre l'Arctique et à pénétrer dans le détroit de Lancaster, puis dans le golfe de Boothia, où il se retrouve bloqué par les glaces. L'expédition passe les quatre années suivantes emprisonnée dans les glaces. Profitant de ce séjour forcé et de l'aide des Inuits, les membres de l'équipage explorent les environs. Le 1er juin 1831, James Clark Ross situe le pôle Nord magnétique. En 1832, Ross et ses hommes abandonnent leur navire toujours pris dans les glaces et réussissent finalement à rejoindre des baleiniers en 1833.

Ayant établi un record de survie dans l'Arctique et réalisé des découvertes notoires, Ross devient une célébrité en Angleterre et reçoit de nombreux honneurs, prix et médailles. Cependant, comme en 1818, une controverse éclate suite au retour de Ross. Ses commentaires sur le peu de fiabilité des machines du Victory lui attirent l'ire du fabricant, John Braithwaite. Il se querelle aussi avec son neveu sur le crédit de la découverte du pôle Nord magnétique.

De 1839 à 1846, Ross agit comme consul de Grande-Bretagne à Stockholm. De retour en Angleterre, il prend la tête, en 1850-1851, d'une expédition financée par la Compagnie de la Baie d'Hudson pour retrouver John Franklin, explorateur disparu depuis 1845. L'entreprise est un échec et ce troisième voyage sera le dernier pour Ross, qui avait alors 72 ans. L'année suivante, il est nommé contre-amiral et demeure peu actif en raison de sa santé fragile. Il décède à Londres le 30 août 1856. Il avait été marié à deux reprises et eut un fils de sa première union.

(Source : Dictionnaire biographique du Canada)

Portée et contenu :

Le fonds Sir John Ross porte sur la carrière et les activités personnelles et familiales de ce dernier, et contient des renseignements sur les affaires navales, militaires et diplomatiques. Les documents offrent de l'information sur les années que Ross a passées comme officier dans la marine royale et sur les conflits auxquels il a pris part. Le fonds contient aussi de l'information sur les explorations dans l'Arctique, autant celles réalisées par Ross que par ses contemporains, comme sir John Franklin. On trouve notamment plusieurs documents portant sur les récits écrits par Ross suite à ses voyages et sur la controverse qu'ils ont suscitée. Enfin, le fonds offre de l'information sur la période au cours de laquelle Ross occupait le poste de consul de Grande-Bretagne en Suède, à Stockholm.

Le fonds contient deux types de documents : de la correspondance reçue par Ross, qui compose la majorité des documents du fonds, et des billets d'admission à la galerie (aussi appelée « Stranger's Gallery ») de la Chambre des communes britannique. Les lettres ont été reçues par Ross tout au long de sa carrière et traitent de sujets divers. Par exemple, une lettre annonçant la visite du duc de Clarence sur son navire, avant son départ pour son expédition en 1818; une lettre de félicitations pour avoir obtenu le commandement de l'expédition arctique de 1818; des offres de service; une invitation du consul de Russie à aller inspecter un nouveau type de sous-marin; une lettre sur les délais dans l'installation de câbles sous-marins; une invitation à examiner un moteur à vapeur préparé par les ingénieurs de l'Amirauté; des invitations à dîner; des lettres sur des affaires familiales et personnelles; des témoignages d'amitié; des lettres sur la navigation et sur des traités liés au sujet; des lettres de félicitations reçues suite au retour de Ross de son deuxième voyage (après 4 ans d'absence); une lettre sur une prochaine présentation par le roi de France au palais des Tuileries; une lettre sur les recherches pour retrouver John Franklin; une lettre demandant l'aide de Ross pour compléter un dictionnaire « Eskimo »; des lettres sur les faits d'armes de la marine royale et sur les conflits du début du 19e siècle; des lettres en relation avec les différents commandements occupés par Ross à l'époque, comme sur le Navire de sa Majesté Briseis en mer Baltique ou sur le Navire de sa Majesté Driver; des lettres sur les récits d'exploration rédigés par Ross; une lettre de félicitations pour sa nomination comme consul à Stockholm; une lettre concernant le portrait de Lady Ross et enfin, de la correspondance sur la biographie écrite par Ross sur Lord Saumarez.

La correspondance provient de sources diverses, comme les amiraux Moore, Martin et Greig, les capitaines Griffiths, Dalrymple et Hugh Cook, Lord Granville, Lord de Grey, William Leake et sir George Cockburn. Enfin, le fonds contient deux copies d'une traduction anglaise d'un récit de voyage d'un interprète inuit concernant les navires de Franklin et d'autres navires vus dans l'Arctique en 1850-1851. L'interprète y mentionne sir John Ross et en parle en des termes élogieux. Une copie est manuscrite, tandis que l'autre est dactylographiée.

Le fonds est divisé selon les séries suivantes :

  • P245/A : Correspondance reçue par sir John Ross
  • P245/B : Billets d'admission à la Chambre des communes
  • P245/C : Récit de voyage de Adam Beck, interprète inuit