Mots-clés :
 
 Inclure images des partenaires







Fonds Peter Warren Dease (P241)

1836-1839. - 3 cm de documents textuels.

Histoire administrative - Notice biographique :

Peter Warren Dease, explorateur et négociant de fourrures, est né le 1er janvier 1788 à Mackinac (Mackinac Island, Michigan). Il est le fils du Dr John B. Dease, capitaine et surintendant adjoint au département des Affaires indiennes, et de Jane French, que l'on croit être une Agnier catholique de Caughnawaga (aujourd'hui Kanawake). Il reçoit ce nom à la naissance en l'honneur de l'amiral anglais Peter Warren, qui a capturé Louisbourg en 1745 et qui était apparenté à son père.

Élevé à Montréal, Dease part pour les territoires du Nord-Ouest alors qu'il s'engage dès l'âge de 13 ans dans la Compagnie XY pour une période six ans. Il devient ensuite commis pour la Compagnie du Nord-Ouest et est affecté à divers postes dans la région du fleuve Mackenzie et du Grand lac des Esclaves. C'est après la fusion avec la Compagnie de la Baie d'Hudson qu'il devient, avec son frère John Warren, chef de poste et qu'il reçoit son affectation dans le district d'Athabascan.

Peter Warren Dease joue un rôle dans les explorations de l'Arctique de John Franklin (1824-1825, 1825-1826, 1826-1827). Il fournit notamment vivres et renseignements à Franklin par le biais des Amérindiens de l'endroit. En 1825, il supervise la construction du fort Franklin au Grand lac de l'Ours. De 1827 à 1830, il a son quartier général au fort Good Hope. Il est promu agent principal en 1828 et se voit muté au lac Fraser à New Caledonia (Colombie-Britannique) en 1830.

En juin 1836, Dease est désigné par la Compagnie de la Baie d'Hudson pour aller explorer les régions arctiques du continent afin de combler les lacunes dans les connaissances acquises avant lui par Franklin, Beechey et Back dans leur recherche du passage du Nord-Ouest. Dease est secondé par Thomas Simpson, un cousin de George Simpson. L'équipe qu'il mène est composée de 12 hommes et doit explorer vers l'ouest à partir de l'embouchure du fleuve Mackenzie, et vers l'est à partir de Turnagain Point, sur la presqu'île de Kent.

Le groupe part le 1er juin 1837 et atteint Barrow Point le 4 août. Passant l'hiver au fort Confidence, sur le Grand lac de l'Ours, ils reprennent leurs explorations en 1838, mais sans grand résultat à cause du froid et de la « durée extraordinaire des glaces ». Ils ont néanmoins fait un relevé de la côte sur 100 milles (160 kilomètres) et ont baptisé la terre de Victoria et le cap Pelly. Après un deuxième hiver au fort Confidence, Dease et Simpson tentent à nouveau d'explorer du côté est. Le 16 août, ils atteignent lîle Montreal où ils découvrent une cache laissée par George Back. Ils ont ainsi comblé les lacunes dans les connaissances du territoire et rempli leur mandat.

Un congé est ensuite accordé à Dease en 1840-1841. En juin 1840, la reine Victoria lui accorde, de même qu'à Simpson (qui se suicide peu après), une rente annuelle de 100 livres pour leurs services rendus. Une rumeur voulait aussi que Dease soit nommé chevalier, un honneur qu'il refusera par la suite. Il prend finalement sa retraite en 1843. En 1841, il s'était installé dans une ferme à Montréal, sur la Côte-Sainte-Catherine.

Dease a épousé le 3 août 1840 Élizabeth Chouinard, une Métisse qui avait été sa compagne auparavant et avec qui il avait déjà eu quatre fils et autant de filles. Dease était admiré de ses compatriotes : on le disait amaible, chaleureux et sociable. George Simpson l'a décrit comme assidu en affaires, excellent dans la traite avec les Amérindiens (il parlait plusieurs de leurs langues), d'une grande correction dans le caractère, mais plutôt indolent et peu ambitieux. Dease passera 20 ans dans une retraite « confortable et très respectée » à la Côte-Sainte-Catherine. Il y est décédé le 17 janvier 1863.

(Source : Dictionnaire biographique du Canada)

Portée et contenu :

Le fonds Peter Warren Dease porte sur ses activités d'explorateur dans l'Arctique canadien. Le fonds est constitué d'un journal de son expédition dans la région du passage du Nord-Ouest en compagnie de Thomas Simpson entre 1826 et 1829. Le journal contient aussi deux lettres, l'une écrite par Dease au Dr John Richardson en 1840 dans laquelle il discute de ses voyages, et l'autre écrite en 1910 par Margaret Hingston, adressée à David Ross McCord, dans laquelle elle lui offre le journal de Peter Warren Dease.

Le journal lui-même commence avec une copie de la lettre que George Simpson a envoyée le 2 juillet 1836 à Peter Warren Dease et Thomas Simpson, dans laquelle il leur commande l'expédition. La suite est une description quasi quotidienne de leur expédition.