Mots-clés :
 
 Inclure images des partenaires







Fonds de la Seigneurie de Rouville (P107)

1695-1896. - 30 cm de documents textuels. - 1 plan.

Histoire administrative - Notice biographique :

L'interprète et milicien Joseph-François Hertel de La Fresnière est né dans la région de Trois-Rivières en juillet 1642. Son mariage avec la belle-soeur de Jacques de Chambly, Marguerite de Thavenet, lui permet d'hériter de la seigneurie de Chambly dont il rend foi et hommage le 11 octobre 1694. Le 19 mai 1701, il rend à nouveau foi et hommage, mais cette fois pour deux lieues en la seigneurie de Rouville. Les lettres de noblesse que Louis de Buade, comte de Frontenac, tente de lui obtenir dès 1689 ne lui seront accordées qu'en 1716. Joseph-François Hertel décède à Boucherville en mai 1722.

Jean-Baptiste Hertel est le troisième fils de Joseph-François et de Marguerite de Thavenet, né le 26 octobre 1668 à Trois-Rivières. Pour le remercier de ses exploits militaires, le gouverneur Frontenac offre à Jean-Baptiste Hertel une seigneurie à Rouville attenante à celle de son père. C'est la seconde épouse de Jean-Baptiste, Marie-Anne Baudoin, qui rendra foi et hommage pour la seigneurie de Rouville en 1724, soit deux ans après le décès de Jean-Baptiste Hertel. Les deux fils de celui-ci ont été seigneurs de Rouville, en l'occurrence, Jean-Baptiste-François Hertel (1709-1773) et René-Ovide (1720-1792). À ce dernier ont succédé Jean-Baptiste-Melchior (1748-1817), marié à Marie-Anne Hervieux, puis leur fils, Jean-Baptiste-René (1789-1859), qui a épousé Charlotte de Labroquerie en 1816.

Grâce à son droit d'aînesse, Jean-Baptiste-Melchior Hertel hérite en 1792 de la moitié de la seigneurie de Rouville et d'une partie de celle de Chambly. La seconde moitié de la seigneurie de Rouville sera acquise en 1797. La presque totalité de ses terres sont léguées à son fils Jean-Baptiste-René par voies testamentaires mais ne seront acquises qu'au décès de Marie-Anne Hervieux en janvier 1819. Jean-Baptiste-René a été le premier de la famille Hertel à élire domicile dans la seigneurie de Rouville, ainsi que le dernier à la gérer. En effet, à la fin de sa vie, Jean-Baptiste-René Hertel est affecté physiquement et moralement, ce qui nuit à sa manière d'administrer la seigneurie. Il confie donc la vente de la seigneurie à son gendre, le médecin Jean-Baptiste Brousseau. Celui-ci conclut la transaction le 16 avril 1844 au profit de l'homme d'affaires Thomas Edmund Campbell. Le fils de celui-ci, Edmund Alexander Charles, hérite de la seigneurie en 1872 puis la vend à ses frères en 1884. En 1892, les curateurs des biens de Mabel Gertrude Campbell acquièrent la seigneurie de Rouville qui sera finalement rachetée par la famille Campbell dans les années 1950.

Portée et contenu :

Les documents du fonds font état de l'administration et des concessions des terres de la seigneurie de Rouville depuis la fin du 17e siècle jusqu'au-delà de l'abolition du régime seigneurial (18 décembre 1854). Dans une moindre mesure, il est parfois question des terres de la seigneurie de Chambly. Un autre volet du fonds concerne la production et la vente de différents grains du moulin de Rouville.

Le fonds se compose principalement de copies d'actes notariés (vente, concession et bail à louer), de listes d'habitants, de procès-verbaux d'arpenteurs, de reconnaissances de titres et d'un plan d'arpentage. Le fonds comprend finalement quelques documents personnels (une lettre signée Hertel et un journal de notes personnelles, de poèmes et de comptes) et des livres de comptes tenus par les meuniers de Rouville, Joseph Rousseau et F. Lahaise. On y trouve enfin un texte tapuscrit de 99 pages, « Les seigneurs de Rouville », écrit par J.-Armand Cardinal.

Le fonds est divisé selon les séries suivantes :

  • P107/A : Terres de la seigneurie de Rouville
  • P107/B : Moulin à grain de Rouville