Mots-clés :
 
 Inclure images des partenaires







Fonds de la famille Trent (P022)

Extrait du carnet de notes de George Norris Trent (détail), vers 1836. Fonds Famille Trent P022, P022/C1.3.1 © Musée McCord

À la recherche d'une vie meilleure

« Malle aux cheveux blancs
Un jeu de Back Gammond [sic] contenant environ 6 douzaines de poissons de nacre
Des coquillages, une tabatière dorée
[Une] paire d'écrans à main[,] six portraits
Des étuis en argent
2 boîtes à ouvrage, une planchette de cribbage
2 autres boîtes avec décoration féminine
[...]
18 napperons, un flacon de sels
Et des amusements d'enfants »

En cet été 1836, George Norris Trent se prépare à entreprendre ce qui sera, sans doute, le plus important voyage de sa vie. Profondément marqué par les guerres napoléoniennes (auxquelles il a pris part à titre de lieutenant dans la Marine royale britannique), par la mort de sa femme survenue six ans plus tôt, et par la crise économique qui fait rage en Europe, Trent décide de s'établir au Canada avec ses deux enfants. Ils sont loin d'être les seuls à s'offrir un nouveau départ puisque cette même année, ce sont près de 27 000 immigrants en provenance des îles britanniques qui débarquent au port de Québec.

Le contenu disparate de cette malle en cuir (recouverte d'une peau dont les poils n'ont pas été enlevés) s'ajoute aux nombreux biens familiaux que Trent compte emporter lors de ce voyage. Son carnet en dresse un inventaire qui s'étend sur une vingtaine de pages. Vêtements, bijoux, armes, outils agricoles, semences de fleurs et de légumes, meubles, quincaillerie, ferronnerie, coutellerie et argenterie, vaisselle, literie, articles décoratifs, livres et archives familiales forment l'essentiel des effets qui se retrouveront à bord du navire partant de Liverpool. C'est donc dans un certain confort matériel que les Trent pourront se reconstruire une vie au Canada, un privilège non accessible à tous.

La famille Trent élira domicile dans les environs de Drummondville. N'ayant pas complètement rompu les liens avec sa terre natale, George Norris Trent y retournera près de vingt ans plus tard pour vivre ses derniers instants.


P022 Fonds Famille Trent. - [1800-1978]. - 111 cm de documents textuels et autres documents.

Notice biographique

Les membres de la famille Trent, sur lesquels porte ce fonds, ont vécu en Angleterre (Londres, Cambridgeshire), puis dans la région de Drummondville, au cours des 19e et 20e siècles.

Né à Londres, George Norris Trent (1790-1857) s'enrôle dans la Marine royale britannique en 1805, alors que font rage les guerres napoléoniennes. Il est rapidement promu au rang de lieutenant. Démobilisé dès 1815, il vit dès lors d'une demi-solde de retraité. En 1821, il épouse Dorothy Bennington (1782-1830), fille d'un bijoutier londonien. Le couple s'établit dans la région de l'île d'Ely, dans le Cambridgeshire. Trois enfants naissent de leur union : George (1822), Maria Dorothy (1824-1910) et Henry (1826-1906).

En 1836, alors que l'Angleterre vit une importante crise économique et politique, George Norris Trent émigre avec ses enfants vers le Canada. La famille s'établit sur une terre agricole du Canton de Wendover, près de Drummondville, dans le Bas-Canada. Trent y fait construire une maison en pierre en bordure de la rivière Saint-François, de 1837 à 1848, et acquiert également un terrain dans le canton d'Acton. En plus d'exploiter ses terres agricoles, George Norris Trent est actif dans le commerce du bois.

Maria Dorothy et Henry Trent sont instruits à l'école municipale de Drummondville, puis Henry poursuit ses études à l'École Saint-Paul de Montréal et au Séminaire de Nicolet, tandis que Maria Dorothy est éduquée à l'école pour jeunes filles de Miss Easton, à Montréal. En 1852, Maria Dorothy Trent épouse William Skoine Robins (1825-1863). Le couple aura au moins un enfant, Robin Norris Robins (1858-1946?). Formé au Collège Bishop, celui-ci fera carrière comme comptable, trésorier et administrateur dans la région de Sherbrooke.

En 1854, George Norris Trent retourne en Angleterre, accompagné de son fils Henry. C'est dans son pays natal qu'il vit ses dernières années. À son décès, Maria Dorothy et Henry héritent de ses propriétés anglaises et canadiennes.

Henry Trent fait un séjour sur l'île de Vancouver en 1862, comme prospecteur d'or, puis s'établit définitivement sur la ferme familiale de la région de Drummondville, dont il a hérité et qu'il administre avec un certain succès. Il épouse Eliza Caya (1844-1936) en 1864. Le couple a 14 enfants, dont dix atteignent l'âge adulte. En 1906, Henry lègue à son tour le domaine familial à son fils Frederick Trent (1881-1963), qui en assurera la gestion jusqu'à sa mort. Désigné comme « Maison Trent » ou « Manoir Trent », le bâtiment qui a abrité trois générations de la famille Trent est toujours en place aujourd'hui et a été classé immeuble patrimonial en 1964.

Portée et contenu

Le fonds documente la vie personnelle et familiale, les finances et les propriétés, ainsi que les activités professionnelles de membres de la famille Trent. Les documents portent principalement sur George Norris Trent et sur ses enfants, Maria Dorothy Trent Robins et Henry Trent, et couvrent surtout le 19e siècle et le début du 20e siècle.

La vie personnelle de George Norris Trent, l'administration du foyer familial, de ses finances et de ses divers biens en Angleterre et au Canada sont illustrées par une abondante correspondance, des carnets de notes, des plans des propriétés, des journaux domestiques, ainsi que par différents documents financiers et comptables. Des certificats de bonne conduite, des états de service et de la correspondance (dont plusieurs lettres de l'Amirauté) témoignent de sa carrière au sein de la Marine royale britannique.

Les documents relatifs à Maria Dorothy Trent Robins et à sa famille consistent principalement en un journal comptable, de la correspondance personnelle et financière, des factures, ainsi que des bulletins scolaires de son fils Robin Norris Robins.

Une part substantielle des archives de Henry Trent est constituée de journaux personnels rédigés de 1842 à 1863. Ces écrits témoignent de ses intérêts et occupations quotidiennes, de ses finances et activités professionnelles, de voyages et de divers événements ayant marqué sa vie d'adolescent et d'adulte. On y trouve également du matériel scolaire, des lettres échangées notamment avec son père, sa soeur et sa marraine Hannah Dean, ainsi que plusieurs poèmes, dessins et exemplaires du Farmer's Almanac publiés de 1849 à 1906. Des documents financiers et comptables, et de la correspondance portant sur les propriétés de Henry Trent en Angleterre complètent cette série.

On trouve, enfin, de la correspondance et des documents financiers et comptables témoignant des activités de Norris Trent et de Frederick Trent, ainsi que quelques photographies et autres portraits de membres de la famille.

Source du titre : Basé sur les créateurs du fonds.

Collation : Le fonds contient également 66 documents iconographiques, 3 documents cartographiques et 6 dessins d'architecture. Les documents iconographiques consistent en 4 photographies, 1 aquarelle, 14 estampes et 47 dessins.

Classement : Des documents provenant de la collection Canadiana (C002) et portant sur Maria Trent Robins ont été ajoutés à ce fonds en 2007.

Langue des documents : Les documents sont en anglais et en français, mais principalement en anglais.

Instruments de recherche : Un inventaire des documents est disponible.

Note générale : Une silhouette de Frederick Trent (M980X.55) et une photographie du Manoir Trent (MP-1974.133.16) font également partie des collections du Musée McCord.


Le fonds contient les séries, sous-séries, sous-sous-séries et dossiers suivants :

  • P022/A Histoire et généalogie

  • P022/B Norris Trent et Liddy Trent

  • P022/C George Norris Trent
    • P022/C1 Vie personnelle et familiale
      • P022/C1.1 Naissance et baptême
      • P022/C1.2 Études
      • P022/C1.3 Émigration vers le Canada
          • P022/C1.3.1 Carnet de notes de George Norris Trent. - [1836]. - 1 document textuel ; 15 x 10 cm.

          • Document numérisé
          • Portée et contenu : Ce carnet témoigne de l'émigration de la famille Trent vers le Canada en 1836, et en particulier de l'organisation du voyage vers la terre d'accueil. Il contient une liste des articles emportés et des meubles vendus préalablement au départ, mais aussi quelques notes concernant l'embarquement, puis l'arrivée à Québec.

            Source du titre : Basé sur la nature du document.

            Langue des documents : Le document est en anglais.

      • P022/C1.4 Écrits personnels
      • P022/C1.5 Correspondance
      • P022/C1.6 Loisirs et intérêts
    • P022/C2 Finances et avoirs
      • P022/C2.1 Propriétés
        • P022/C2.1,1 Plans
        • P022/C2.1,2 Journaux domestiques. - 1830-1836. - 3 cm de documents textuels.

        • Documents numérisés

          Portée et contenu : Ce dossier documente la comptabilité et certaines activités caractérisant la vie domestique de la famille Trent. Il contient sept journaux tenus par George Norris Trent de 1830 à 1836, couvrant ainsi les dernières années vécues en Angleterre et la première année passée au Canada. Ces journaux, qui s'apparentent à des livres de raison, présentent les principales dépenses domestiques sous forme de tableaux hebdomadaires, ainsi qu'un récit des faits saillants de chaque semaine.

          Source du titre : Basé sur le contenu du dossier.

          Langue des documents : Les documents sont en anglais.

        • P022/C2.1,3 Carnets de quittances de loyer
        • P022/C2.1,4 Polices et reçus d'assurance
        • P022/C2.1,5 Lettres
      • P022/C2.2 Opérations financières et comptables
    • P022/C3 Activités dans la Marine royale britannique
    • P022/C4 Autre correspondance
    • P022/C5 Décès et succession

  • P022/D Dorothy Bennington Trent

  • P022/E Maria Dorothy Trent Robins et William Skoine Robins

  • P022/F Henry Trent
    • P022/F1 Vie personnelle et familiale
      • P022/F1.1 Études
      • P022/F1.2 Écrits personnels
          • P022/F1.2.1 Journal personnel de Henry Trent. - 1842-1843. - 1 document textuel ; 20,5 x 17 cm.

          • Documents numérisé
          • Portée et contenu : Ce document est le premier d'une série de journaux personnels rédigés par Henry Trent au cours de sa vie d'adolescent et d'adulte. Dans ce journal, qui débute le 14 octobre 1842 et se termine le 14 mars 1843, sont consignées les principales activités quotidiennes du jeune homme. Sa passion pour la chasse y est fréquemment abordée, ainsi que certains travaux d'entretien du domaine familial.

            Source du titre : Basé sur la nature du document.

            Langue des documents : Le document est en anglais.

      • P022/F1.3 Correspondance personnelle et familiale
      • P022/F1.4 Loisirs et intérêts
    • P022/F2 Finances et avoirs
    • P022/F3 Autre correspondance

  • P022/G Autres membres de la famille Trent

  • P022/H Divers

  • P022/I Documents iconographiques

 

Dernière mise à jour : 5 juin 2018