Mots-clés :
 
 Inclure images des partenaires







Fonds Hugh A. Peck (P416)

Extrait du journal de voyage de Hugh A. Peck (1888-1945) (détail), 4 septembre 1909. Don de Hugh A. Peck, Fonds Hugh A. Peck P416, M2000.113.7 © Musée McCord

Voyage sur la mer des glaces

« 4 sept. Navigué jusqu'à l'embouchure de la rivière. Accosté sur une plage de sable fin. Vu les empreintes de 7 ou 8 renards polaires. Beaucoup de bernaches et canards. Des crânes de phoques + [morses] partout. Découvert la hutte de terre de l'arpenteur qui a passé 8 hivers ici. Depuis, c'est la propriété de H.B. Co. Les Esquimaux n'ont pas touché au four. Plusieurs autres outils dont un étau et une enclume. Sondé le canal + ramé jusqu'à l'embarcation - 5 milles. Cet endroit est un excellent port. »


Dans son journal de voyage, Hugh Peck, fasciné par le Nord canadien, consigne ses observations sur les paysages imposants de l'Arctique, sur sa faune et sur ses habitants. Il note aussi souvent les commentaires de ses compagnons sur la traite des fourrures. La domination de la Compagnie de la Baie d'Hudson (CBH) dans ce commerce est manifeste dans la région.

Dès 1899 au Canada, la compagnie française Revillon Frères, propriétaire du navire sur lequel Peck voyage, connaît une forte période d'expansion. Elle ouvre plus d'une trentaine de postes de traite, comme celui des îles Strutton, que Peck visite en 1909. Par contre, elle n'arrive pas à mettre en place les structures administratives nécessaires à son développement à long terme et est acquise par sa concurrente la Compagnie de la Baie d'Hudson en 1936.

Dans l'extrait cité, Peck utilise le terme péjoratif « huskies » en anglais pour nommer les Nunavimmiuts, peuple inuit dont c'est le territoire ancestral. Le journal et les photos de Peck nous permettent de mieux comprendre les relations entre ce peuple et les marchands de fourrures de l'époque.

Source
Pierrette Désy, Ascension et déclin de Revillon Frères au Canada, communication présentée à la 5e conférence nord-américaine sur la traite des fourrures, Montréal, Québec, 1987.


P416 Fonds Hugh A. Peck. - 1909-1931, surtout 1909. - 1 cm de documents textuels. - 295 photographies.

Notice biographique

Hugh Adderley Peck est né le 5 décembre 1888, à Montréal. Il est le fils de Mary Alice Skelton Peck (1855-1943), co-fondatrice de la Guilde des métiers d'art de Montréal et figure marquante du milieu des arts et de l'artisanat montréalais, et de l'entrepreneur James Henry Peck (1851-1903). Il est le sixième d'une famille de sept enfants, dont Esmond, James Bauman, Hester, Harry, Stuart et Brian Peck.

En 1908, il fonde, avec Owen Dawson et Percy Douglas, le Nazareth Street Boys Club, qui deviendra ensuite le Griffintown Club, un organisme communautaire de loisirs pour la jeunesse.

En 1909, il prend part à un voyage sur le navire à vapeur Adventure de la compagnie Revillon Frères, dans la baie James et la baie d'Ungava.

Il obtient un baccalauréat en architecture de l'université McGill en 1911, métier qu'il exercera tout au cours de sa vie. Avant la Première Guerre mondiale, il travaille avec l'agence de Brown and Vallance, puis de Barott, Blackader et Webster. Il a aussi dressé, pour le compte de son frère James Bauman Peck, les plans qui ont servi à la rénovation de la maison patrimoniale Thomas Brunet en 1928.

Le 4 juin 1913, à Montréal, il épouse Edith Madeleine Kohl (1888-1953). En 1915, il est déployé en Grande-Bretagne en tant que pilote dans le Royal Naval Air Service, puis dans la Royal Air Force. Il y atteint le rang de capitaine et est décoré de la Médaille de guerre britannique. Ses deux fils naissent pendant cette période : Hugh Sands Hamilton Peck en 1916 et George Richard Hamilton Peck en 1918.

Après la guerre, Peck revient à Montréal et ouvre son propre bureau d'architecture. Peintre dans ses temps libres, il sera président de l'Arts Club of Montreal en 1927.

En 1941, Peck devient ingénieur dans la Works and Building Division du No 3 Training Command, pour l'Aviation royale canadienne, jusqu'au déclin de sa santé. Il décède le 3 mai 1945, dans sa résidence de Westmount.

Portée et contenu

Le fonds porte sur le voyage de Hugh A. Peck dans le Grand Nord canadien à bord du navire à vapeur Adventure, en 1909. Il présente le point de vue d'un jeune homme anglophone issu d'un milieu aisé de Montréal sur la navigation dans les zones nordiques, la faune, la vie dans les postes de traite et le mode de vie des Nunavimmiuts. Il fait aussi état des relations entre les Nunavimmiuts et les marchands de fourrures de l'époque. Il contient un journal de voyage et un album photo.

L'Adventure quitte Montréal le 28 juillet 1909 à destination des îles Strutton, dans la Baie-James, et de Fort Chimo (actuellement Kuujjuaq), dans la baie d'Ungava. Il doit ravitailler les postes de traite de la compagnie Revillon Frères qui s'y trouvent. Le périple se termine par le retour du navire à Saint-Jean de Terre-Neuve, puis à Halifax en septembre de la même année.

Outre des notes de voyage, le journal contient des esquisses représentant la géographie du Nord canadien, les paysages de l'Arctique ainsi que les objets et habitations nunavimmiuts observés par Peck. Les dernières pages renferment aussi un court lexique anglais/anishinaabemowin. L'album photographique comprend 295 épreuves noir et blanc, ainsi que quatre coupures de presse. Ces photographies ont été prises par Peck et documentent de manière quotidienne son voyage à bord de l'Adventure et ses rencontres. Les articles de journaux, datant de 1928 à 1931, portent quant à eux sur la navigation dans le Grand Nord, sur la ville de Churchill (Manitoba) et sur une exposition d'objets nunavimmiuts à l'Université McGill qui incluait certaines pièces de la collection de Peck.

Source du titre propre : Basé sur le créateur du fonds.

Source immédiate d'acquisition : Les documents ont été acquis par le Musée McCord en 2000.

Langue des documents : Les documents sont en anglais et en anishinaabemowin, mais surtout en anglais.

Autres formats : Une transcription du journal est disponible.

Groupes de documents reliés : Le Musée McCord conserve aussi le fonds de Mary Alice Skelton Peck (P543), la mère de Hugh Peck. En outre, le Musée conserve plusieurs fonds portant sur l'exploration dans l'Arctique : les fonds Sir George Back (P238), William E. Cormack (P239), R.H.S. et Fred S. Cresswell (P240), Peter W. Dease (P241), Sir John Franklin (P242), John. J. O'Neill (P244), Sir John Ross (P245), Robert McVicar (P103), David Walker (P316) et Samuel Herbert Coward (P363).

Note générale : Des portraits de différents membres de la famille Peck ainsi que plusieurs objets autochtones (M2000.113.X) font partie des collections Photographie et Cultures autochtones du Musée McCord.


Ce fonds est divisé selon les séries suivantes :

  • P416/A Journal de voyage
    • M2000.113.7 Journal de voyage de Hugh A. Peck. - 28 juillet 1909-7 octobre 1909. - 1 document textuel ; 23 x 19,2 cm
    • Document numérisé

  • P416/B Photographies


Auteur : Philippe-Olivier Boulay-Scott
Réviseurs : Eugénie Marcil, Mathieu Lapointe
Dernière modification : 23 octobre 2020