Mots-clés :
 
 Inclure images des partenaires







Fonds Charles Irénée Douville (P554)

Extrait d'un inventaire du magasin général de Charles Irénée Douville (1868-1956) (détail), 1911. Don de M. Justin Douville, Fonds Charles Irénée Douville P554, M2000.40.5.1 © Musée McCord

De tout pour tous dans les stocks du magasin général Douville

« 8 pqts..................................... Allumettes 9 [cents].................. .72
8 pots Shellac.......................... 16 [cents................................... 1.08
1 Bouts Eau Javelle................... 4 [cents]................................... .04
1 Reveil Matin........................... [75 cents].................................. .75
4 Pots a Confiture...................... 8 [cents]................................... .32
10/12 Doz Sirop Coderre............ 1 50.......................................... 1.25
1/4 " " A. Gauvin........................ 1 50......................................... .37
1/2 " " Pilules Rouge[s]........ ...... 3.75........................................ 1.88
1 lb Antimoine............................ [15 cents]................................ .15 »


Au magasin général de Charles Irénée Douville, les habitants de Saint-Alban (Portneuf) trouvent de quoi se nourrir, se vêtir, se laver, cuisiner, fumer, se réveiller à l'heure, entretenir leur domicile et plus encore, comme en témoigne cet inventaire de marchandises. Ils trouvent également de quoi se soigner, alors que le « Sirop des Enfants » du Dr J. Emery Coderre et le sirop d'anis Gauvin se veulent des remèdes à une foule de maux, dont les coliques, les douleurs de dentition, les problèmes intestinaux, les problèmes respiratoires et l'insomnie. Les fameuses « Pilules Rouges » sont censées, elles, guérir l'anémie des femmes. Quant à l'antimoine, élément hautement toxique, c'est possiblement comme ingrédient d'un puissant vomitif ou d'un laxatif qu'il est alors utilisé.

Couvrant plus de cinquante ans d'activité commerciale, les archives de Charles Irénée Douville nous replongent à une époque où le magasin général constituait le cœur du village québécois. Centre d'approvisionnement par excellence pour des communautés rurales souvent isolées, il était également un lieu incontournable de rencontres et d'échanges de biens, de services, mais également de... potins!

L'amélioration des systèmes de transport, l'avènement de la vente par catalogue et la multiplication des grands magasins ont entraîné une disparition progressive des magasins généraux québécois, tout au long du 20e siècle. Le magasin Douville n'a pas échappé à cette tendance. C'est finalement en 1970 que Rosaire, fils de Charles Irénée et propriétaire du commerce depuis les années 1940, a mis fin à ses activités.


P554 Fonds Charles Irénée Douville. - [1906-1963]. - 71,5 cm de documents textuels.

Notice biographique

Charles Irénée Douville (1868-1956) est né à Saint-Alban, dans le comté de Portneuf. Il est le fils de Zéphirin Douville, cultivateur, et de Philomène Thibodeau.

Il est d'abord vendeur itinérant, métier qu'il doit abandonner lorsqu'il est atteint de tuberculose. Il ouvre alors un magasin général à Saint-Alban, possiblement vers 1902. Le commerce établi sur rue Principale offre une diversité de produits d'alimentation, de tissus et mercerie, de vêtements et chaussures, d'articles de papeterie, d'outils et d'articles de quincaillerie, de produits de nettoyage, de produits d'hygiène corporelle, de médicaments, d'articles de chasse et pêche et de friandises.

En 1904, Charles Irénée Douville épouse Mérilda Langlois (1882?-1915), fille de Joseph Langlois, cultivateur, et de feu Salomée Picher. Le couple a au moins un fils, Joseph Georges Zéphirin Rosaire (1910-2002). Mérilda Langlois décède moins de cinq ans plus tard, en janvier 1915.

Au cours des années 1920, leur fils Rosaire Douville étudie au Collège commercial du Sacré-Coeur, à Sainte-Anne-de-La-Pérade, et obtient son diplôme en 1926. Il épouse Dolorès Gosselin, fille de feu Wilbrod Gosselin et de Marie Julien, en 1932. Le couple a 7 enfants.

Charles Irénée Douville dirige le magasin général de Saint-Alban jusqu'à ce que son fils lui rachète son commerce dans les années 1940. Le magasin général sera vraisemblablement administré par Rosaire Douville, sous le nom de Douville & Fils Enr., jusqu'en octobre 1970.

Portée et contenu

Le fonds Charles Irénée Douville porte principalement sur l'administration du commerce familial situé dans le village de Saint-Alban, comté de Portneuf. Il documente, sur plus d'un demi-siècle, l'offre, la clientèle et les pratiques commerciales d'un type d'établissement de vente au détail caractéristique du Québec rural de la période pré-1950 : le magasin général. Ce corpus constitue un apport intéressant à l'histoire de la consommation et de la culture matérielle au Québec.

On y trouve divers documents financiers produits entre 1906 et 1963. Les grands livres et autres journaux comptables, les bons de commande, factures et reçus brossent un portrait de la consommation sur une période couvrant presque toute l'existence du magasin Douville. Ils renseignent sur la clientèle de ce commerce, qui regroupait tant des particuliers que des institutions telles que la Commission scolaire de la Paroisse de Saint-Alban. Ils documentent également les produits offerts et les fournisseurs de Québec, de Montréal et même de Toronto, auprès desquels le magasin s'approvisionnait. Ces documents témoignent, en outre, des pratiques administratives, commerciales et comptables du magasin, de leur transformation au fil du temps et d'une génération d'administrateurs à l'autre.

Le fonds contient plusieurs inventaires de marchandises datant des années 1910 à la fin des années 1950, qui témoignent de façon détaillée de l'offre du magasin, des quantités en stock et des prix. Il renferme également un exemplaire de papier à lettres du magasin général (affichant le nom C.-I. Douville & Fils) et une affiche publicitaire des peintures Martin-Senour.

Des carnets de rationnement émis lors de la Seconde Guerre mondiale et identifiés aux noms de Charles, Diana et Rachel Douville, constituent la portion de ce fonds consacrée à la vie personnelle et familiale de Charles Irénée Douville.

Source du titre : Basé sur le créateur du fonds.

Source immédiate d'acquisition : Ces documents ont été offerts au Musée McCord en 2000, par Justin Douville.

Classement : Plusieurs reçus, factures et bons de commande ont été insérés entre les pages des livres comptables.

Langue des documents : Les documents sont en français et en anglais, mais principalement en français.

Documents connexes :

Centre d'archives régional de Portneuf : Fonds Douville (PA06).


Le fonds est divisé selon les séries, sous-séries et dossiers suivants :

  • P554/A Vie personnelle et familiale


  • P554/B Administration du magasin général
    • P554/B1 Comptabilisation
      • P554/B1,1 Bons de commande, factures et reçus
      • P554/B1,2 Livres comptables
        • M2000.20.2.1 Grand livre comptable. - 1906-1910. - 1 document textuel ; 33,5 x 22 cm.
        • Document numérisé : Partie 01 - Partie 02

          Portée et contenu : Ce grand livre comptable témoigne des premières années d'activité commerciale et comptable du magasin général tenu par Charles Irénée Douville. Il offre un bilan des comptes des divers clients du magasin et des transactions leur étant associées. Ces transactions sont consignées en ordre chronologique, sur une période comprise entre 1906 et 1910.

          Source du titre : Basé sur le contenu du document.

          Langue des documents : Le document est en français.

    • P554/B2 Inventaire
        • M2000.40.5.1 Stock 28 janvier 1911. - 1911. - 1 document textuel ; 33 x 20,5 cm.
        • Document numérisé

          Portée et contenu : Cet inventaire manuscrit témoigne de la diversité de l'offre du magasin général de Charles Irénée Douville, tout en présentant un échantillon des prix à la consommation en 1911. Il recense les produits et les quantités disponibles en magasin, les prix unitaires, ainsi que la valeur totale en stock.

          Source du titre : Basé sur le titre du document.

          Langue des documents : Le document est en français.

    • P554/B3 Communication

 

Dernière mise à jour : 11 mars 2018