Mots-clés :
 
 Inclure images des partenaires







Fonds des familles Chartier de Lotbinière et Harwood (P292)

Extrait de l'ordre de Guy Carleton à Michel-Eustache-Gaspard-Alain Chartier de Lotbinière (1748-1822) (détail), 1775. Don de Mme Carol de Lotbinière Harwood, Fonds Familles Chartier de Lotbinière et Harwood P292, M2008.98.2 © Musée McCord

Chartier de Lotbinière, un Canadien français au service de la cause britannique

« Monsieur De Lotbiniere porteur de la presente est chargé de visiter les Paroisses denommées a la Marge, d'y faire la Revue des Milices, Recevoir les Officiers, qui ont des Commissions, recommander aux Emplois vacants, et dresser les Etats, dont du tout nous fera son Rapport.

Ordonné aux Compagnies des dites Paroisses de tenir dix hommes par Compagnie prêts a marcher au premier Ordre qu'on leur en fera de notre part, à la Defense de St. Jean, ou a tel autre lieu dans les Limites, qu'on leur indiquera, et les Capitaines, a qui on aura signifié cet Ordre, signeront leur nom sur l'autre Coté de cette feuille. »


En cette fin du mois de juin 1775, la guerre de l'Indépendance américaine en est encore à ses débuts, mais déjà la menace d'une invasion de la Province de Québec par les insurgés américains est envisagée. Comme en témoigne cet ordre daté du 29 juin, le gouverneur britannique Guy Carleton peut compter sur l'appui de Michel-Eustache-Gaspard-Alain Chartier de Lotbinière, militaire de carrière et seigneur canadien-français. Celui-ci, contrairement à de nombreux dignitaires d'ascendance française et à son propre père, se montre loyal au nouveau régime. Il s'empresse donc de soutenir l'effort de résistance aux rebelles américains en levant une milice dans les paroisses de Vaudreuil et de Quinchien (aujourd'hui situées dans la municipalité régionale de comté de Vaudreuil-Soulanges).

Chartier de Lotbinière participera à la défense du fort Saint-Jean, lors d'une offensive américaine menée par le général Montgomery qui culminera avec la prise de Montréal à la fin de 1775. Il sera fait prisonnier par les rebelles en novembre de la même année et ne retournera qu'au printemps 1777 dans la Province de Québec, où il mènera une brillante carrière de magistrat.


P292 Fonds Familles Chartier de Lotbinière et Harwood. - [1740-1875, 1933]. - 5 cm de documents textuels.

Notice biographique

Les familles sur lesquelles porte ce fonds ont marqué l'histoire politique et militaire de la Nouvelle-France, de la Province de Québec et du Bas-Canada. Elles ont également joué un rôle significatif dans le développement des secteurs de Lotbinière et de Vaudreuil-Soulanges.

Originaire de France, la famille Chartier s'établit en Nouvelle-France en 1651. Louis-Théandre Chartier (ca 1612-après 1680), sa femme Élisabeth Damours (1622-1690) et son fils René-Louis (1641-1709) débarquent alors à Québec. C'est son fils qui, le premier, assumera à part entière le nom de Chartier de Lotbinière - le surnom de Lotbinière leur étant associé depuis le 15e siècle. La seigneurie de Lotbinière lui est concédée en 1672. Au cours des décennies suivantes, les descendants de cette famille de la noblesse française occuperont des postes prestigieux dans l'administration coloniale, dans l'armée et la milice, de même qu'au sein du clergé.

À la suite de la Conquête, l'officier de marine et ingénieur militaire Michel Chartier de Lotbinière (1723-1798), fils du politicien et homme d'Église Eustache Chartier de Lotbinière (1688-1749) et petit-fils de René-Louis, se porte acquéreur de plusieurs propriétés, dont les seigneuries de Vaudreuil, Rigaud, Rigaud-De Vaudreuil (Beauce) et Saint-François-de-la-Nouvelle-Beauce. Il sera éventuellement contraint de céder ces possessions à son fils en raison de problèmes financiers. Il épouse en 1747 Louise-Madeleine Chaussegros de Léry (1726-1809), fille de Gaspard-Joseph Chaussegros de Léry (1682-1756), célèbre officier et ingénieur du roi en Nouvelle-France. Le couple a huit enfants, dont deux atteignent l'âge adulte.

Sympathique au régime qui se met en place après la Conquête, leur fils Michel-Eustache-Gaspard-Alain Chartier de Lotbinière (1748-1822) administre le patrimoine foncier familial et mène une carrière florissante comme officier dans l'armée et dans la milice, comme juge de paix pour le district de Montréal à partir de 1777, et comme homme politique. Il est élu député d'York à l'Assemblée du Bas-Canada en 1792 et président de la chambre en 1794, puis nommé au Conseil législatif en 1796. Il épouse Marie-Josephte Tonnancour en 1770 puis, après le décès de celle-ci, se remarie avec Mary Charlotte Munro en 1802. De cette deuxième union naissent six enfants, dont trois atteignent l'âge adulte.

En 1823, Marie-Louise-Josephte Chartier de Lotbinière (1803-1869), fille de Michel-Eustache-Gaspard-Alain Chartier de Lotbinière et de Mary Charlotte Munro, épouse Robert Unwin Harwood (1798-1863), commerçant et homme politique. Ce mariage scelle l'alliance des deux familles. Le couple a dix enfants, dont Antoine, Robert William et William Bingham.

Alors que sa sœur Marie-Charlotte de Lotbinière Bingham (1805-1865) hérite de la seigneurie de Rigaud, Marie-Louise-Josephte reçoit, en 1828, celle de Vaudreuil. Elle en confie l'administration à son époux, qui entreprend certaines réformes dans un souci de productivité, mais également dans un esprit progressiste. Si le régime seigneurial est aboli en 1854, les Chartier de Lotbinière-Harwood conservent néanmoins une position enviable dans la région, alors que Robert Unwin Harwood est élu député de Vaudreuil en 1858, puis conseiller législatif de la division de Rigaud en 1860.

Outres les alliances contractées avec les familles Chaussegros de Léry et Harwood, la famille Chartier de Lotbinière s'associe, tout au long des 18e et 19e siècles, à plusieurs familles prestigieuses : les de Beaujeu, les des Méloizes ou encore les MacDonald.

Portée et contenu

Le fonds des familles Chartier de Lotbinière et Harwood porte principalement sur l'administration des finances et des biens familiaux, du milieu du 18e à la fin du 19e siècle. Une partie importante du fonds est consacrée à la gestion et à la transmission du patrimoine foncier de la famille Chartier de Lotbinière. On y trouve divers contrats de concession ou de vente, quittances et lettres de change impliquant Eustache, Michel et Michel-Eustache-Gaspard-Alain Chartier de Lotbinière. Ces documents nous informent, entre autres, sur la concession de terres dans la seigneurie de Lotbinière et sur la vente du Château Vaudreuil de Montréal par Michel Chartier de Lotbinière. Un décret émis en 1776 témoigne des démarches entreprises par Michel Chartier de Lotbinière pour que lui soient restituées les seigneuries d'Alainville et d'Hocquart, qui s'étaient retrouvées en territoire new-yorkais en conséquence de la Proclamation royale de 1763. On recense également un procès-verbal d'arpentage produit à la demande de Charlotte de Lotbinière Bingham, héritière de la seigneurie de Rigaud.

Un certificat d'ordination attestant de la promotion d'Eustache Chartier de Lotbinière, alors clerc, au rang d'acolyte, documente la carrière ecclésiastique de ce dernier. Certaines archives témoignent du rôle joué par Michel-Eustache-Gaspard-Alain Chartier de Lotbinière dans la vie politique et militaire de la Province de Québec et du Bas-Canada, soit un ordre signé par le gouverneur Guy Carleton par lequel Chartier de Lotbinière doit inspecter et recenser les hommes de milice (1775), et deux ordres par lesquels il doit se présenter au Conseil législatif (1796 et 1800).

Le fonds contient en outre plusieurs reçus pour des dépenses faites par Robert Unwin Harwood chez divers marchands montréalais, comme Gibb, Lymans & Savage ou Molson. On trouve aussi des reçus d'assurances, des reçus d'adhésion à diverses organisations et institutions, dont la Montreal Library et la St. George Society, des reçus d'abonnement à des publications, telles que le Montreal Herald, le Daily Pilot, Le Progrès, La Minerve, le New York Albion, de même que des notes bancaires. Ces documents datent principalement du 19e siècle.

Un spicilège (1838-1866) constitué également par Robert Unwin Harwood rassemble des coupures de presse portant, entre autres, sur la politique, la géographie, la santé publique et la littérature.

Enfin, le fonds contient un journal intitulé Infantry Field Exercice (1867), dont le propriétaire n'est pas identifié. L'ouvrage fournit des indications sur la formation donnée aux miliciens et rassemble des notes qui semblent référer à un inventaire de biens, daté de janvier 1875.

Variantes du titre : Anciennement connu sous le nom de Fonds Familles De Lotbinière-Harwood.

Source du titre : Basé sur les créateurs du fonds.

État de conservation : Plusieurs documents sont fragiles et certains sont fissurés.

Source immédiate d'acquisition : Parmi les documents qui constituent ce fonds, certains sont issus de la collection originale de David Ross McCord. D'autres sont le résultat d'acquisitions réalisées en 2002 et en 2008.

Classement : L'ancien fonds P117 a été intégré au fonds P292 en 2003.

Langue des documents : Les documents sont en français, en anglais et en latin.

Documents connexes :

Centre d'archives de Vaudreuil-Soulanges : Fonds Famille Lotbinière-Harwood (P31)

BAnQ (Québec) : Fonds Michel Chartier de Lotbinière (P163) et Fonds Famille Joly de Lotbinière (P351)

Des documents concernant les familles Chartier de Lotbinière et Harwood sont également conservés dans plusieurs fonds et collections d'archives d'individus, de famille et d'institutions, dans différents centres d'archives de BAnQ.

BAC : Fonds de la famille Chartier de Lotbinière (R11500-0-7-F)

Groupes de documents reliés : D'autres documents liés à la famille de Lotbinière sont conservés dans la collection Dossiers thématiques (C069/B,456).

Note générale : Une estampe illustrant les armoiries de Michel Chartier de Lotbinière (M2008.98.6) est conservée dans la collection Peintures, estampes et dessins. D'autres objets liés à la famille de Lotbinière, comprenant des pièces de mobilier, sont conservés dans les collections Costume, mode et textiles, ainsi qu'Arts décoratifs du Musée McCord.


Le fonds est divisé selon les séries, sous-séries et dossiers suivants :

 

Dernière mise à jour : 11 mars 2018