Mots-clés :
 
 Inclure images des partenaires







Fonds Murielle Mailloux (P687)

Extrait du recueil de jeux de Murielle Mailloux (1942-) (détail), vers 1963-1966. Don de Mme Murielle Mailloux, Fonds Murielle Mailloux P687, M2006.16.1.1 © Musée McCord

Toujours prêtes... pour le jeu!

« Le tunnel (ballon)

Formation : Les joueurs sont placés comme dans le jeu ci-dess[o]us mais le tronc fléchi et les jambes écartées[.]

Règle : Au signal, le premier joueur fait passer le ballon sous les jambes en arrière et tous les autres joueurs le poussent entre leurs jambes jusqu'à ce qu'il atteigne le bout du tunnel. [...] »


C'est vers 1962 que Murielle Mailloux se joint aux Guides catholiques. Ce mouvement de jeunesse, qui prône le développement de qualités personnelles, du sens civique et d'aptitudes physiques et manuelles, se veut une véritable école de la vie, étroitement encadrée par le clergé catholique cela va de soi. Pour autant qu'ils favorisent la forme et l'esprit d'équipe, les loisirs font partie intégrante du programme physique, intellectuel et spirituel des guides, comme en témoigne ce recueil de jeux.

Au sein de l'Association des guides catholiques du Canada, Murielle Mailloux prendra part, entre 1963 et 1966, à au moins quatre camps à titre d'assistante cheftaine (chargée d'un groupe de jeunes guides), puis d'infirmière. C'est d'ailleurs au sein de cette profession que Murielle Mailloux poursuivra son engagement social, pendant près d'un demi-siècle.

Les cahiers de camps, recueils de chansons, de jeux et de blagues que renferme ce fonds d'archives nous brossent un portrait intime et vivant du guidisme, aventure à laquelle participèrent près de 10 000 membres québécois au début des années 1960.


P687 Fonds Murielle Mailloux. - 1934-1969, surtout 1963-1966. - 16 cm de documents textuels. - 45 photographies. - 1 objet.

Notice biographique

Murielle Mailloux est née le 10 août 1942, dans la paroisse de l'Immaculée-Conception, à Montréal, et a grandi à Ville Saint-Pierre (qui fait maintenant partie de l'arrondissement de Lachine). Elle est l'aînée de cinq filles et a également deux frères.

Au début des années 1960, elle s'implique dans l'Association des guides catholiques du Canada, qui depuis 1961, remplace la Fédération des guides catholiques de la Province de Québec (fondée en 1938 et affiliée à la Canadian Girl Guides Association). Elle y débute comme guide aînée, un titre habituellement conféré à toute fille âgée de plus de 17 ans. Elle y sera assistante cheftaine et commissaire. Elle participe à plusieurs camps avec la 47e compagnie Lachine de la paroisse de Très-Saint-Sacrement. Elle est également commissaire dans la paroisse adjacente de Cœur-Immaculé-de-Marie (Côte-Saint-Paul).

Murielle Mailloux travaille d'abord comme secrétaire pour financer les études qu'elle entreprend, de 1963 à 1966, à l'École des infirmières de l'Hôpital Notre-Dame de l'Espérance (Saint-Laurent, Québec). Cette école, fondée en 1922 par les Soeurs de l'Espérance pour la formation d'infirmières religieuses, s'ouvre aux laïques en 1943.

Après l'obtention de son diplôme, elle exerce la profession d'infirmière dans plusieurs institutions du milieu médical québécois, dont l'Hôpital Saint-Luc de Montréal et l'Hôpital psychiatrique Saint-Jean-de-Dieu (actuel Institut universitaire en santé mentale de Montréal) dans l'est de la ville de Montréal.

Murielle Mailloux poursuit sa formation en réalisant un baccalauréat en sciences infirmières à l'Université de Montréal, à la fin des années 1960. Plus tard, elle obtient une maîtrise en administration publique à l'École nationale d'administration publique (1980). Au cours d'une carrière aussi remplie que diversifiée, elle oeuvre entre autres à rétablir le plein fonctionnement d'un hôpital mis sous tutelle, dans la région de l'Outaouais. Elle s'implique au sein de l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec de 1977 à 1985, notamment comme présidente du Comité d'évaluation pédagogique et conseillère en formation. Elle contribue également à la réorganisation du service des examens d'admission à la profession, puis au développement de l'actualisation professionnelle. Au milieu des années 1980, elle participe à l'implantation du système 911 et ensuite du service Info-Santé de Montréal. Son travail lui vaut plusieurs reconnaissances professionnelles, dont le Grand prix Innovation clinique-Abbott décerné en 1996.

Au cours des années 1990, elle est responsable des soins infirmiers au CLSC de Montréal-Nord. En 1997, à l'âge de 55 ans, elle prend une retraite anticipée. Elle revient toutefois à la pratique des soins infirmiers quelques années plus tard, en travaillant au CHSLD de Vigi Santé à Pierrefonds, puis comme infirmière soignante et assistante infirmière-chef à l'infirmerie de la congrégation des Soeurs de Sainte-Anne à Lachine. Murielle Mailloux prend finalement sa retraite définitive en 2014, à l'âge de 71 ans.

Portée et contenu

En retraçant le parcours personnel, éducatif et professionnel d'une jeune femme au cours des années 1960, le fonds Murielle Mailloux constitue un apport intéressant à l'histoire des femmes au Québec. Il offre également une perspective originale à l'histoire des loisirs et des mouvements de jeunesse catholiques.

Ce fonds porte sur les activités de Murielle Mailloux au sein du mouvement des Guides catholiques. Il nous renseigne sur les camps auxquels elle a participé, sur les diverses activités au programme de ces camps et sur les fonctions qu'elle y occupait. Il témoigne également de l'organisation, de la mission et des valeurs du mouvement guide.

Le fonds contient des documents d'adhésion (carnet personnel, formulaire de demande d'autorisation à « faire fonction de cheftaine ou d'assistante » et invitation à une cérémonie de promesse guide), des manuels à l'usage des guides et guides-aînées, des recueils de chansons, des journaux de camps, des instructions pour des jeux de groupe, des exemplaires de la revue « Vivre », publiée par les Guides catholiques du Canada (secteur français), et quelques documents associés aux activités guides et scouts comme un cherche-étoiles, des badges et un dizainier scout.

Le fonds témoigne aussi des études en soins infirmiers que Murielle Mailloux a réalisées à l'École des infirmières de l'Hôpital Notre-Dame de l'Espérance, par le biais de documents scolaires, administratifs et historiques.

Le fonds est complété par des photographies, qui montrent pour la plupart des scènes de camps guides en nature. On y voit des images de feux de camp, de pique-niques, d'activités sportives ou religieuses. On y trouve aussi quelques photographies de Murielle Mailloux et de sa soeur Angèle.

Source du titre : Le titre est basé sur le créateur du fonds.

Source immédiate d'acquisition : Le fonds a été offert au Musée McCord par Murielle Mailloux en 2006.

Classement : Un cadre de classification a été ébauché peu après l'acquisition du fonds. Ce cadre a été précisé lors d'un traitement effectué en 2017.

Langue des documents : Les documents sont en français.

Documents connexes :

BAnQ (Vieux-Montréal) : Fonds de la Fédération des guides catholiques de la Province de Québec (P197) et Fonds Fédération québécoise du guidisme et du scoutisme. Section de Québec (P480)

BAC : Fonds des Guides francophones du Canada (R9961-0-9-F)

Archives historiques des Guides du Canada, conservées au siège social des Guides du Canada

Archives historiques de l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec

Archives des Soeurs de l'Espérance

Note générale : Murielle Mailloux a offert de nombreux vêtements et objets associés à ses activités de guide, qui sont conservés dans les collections Costume, mode et textiles et Arts décoratifs du Musée McCord.


Le fonds est divisé selon les séries, sous-séries et dossiers suivants :

  • P687/A Activités au sein de l'Association des guides catholiques du Canada
    • P687/A1 Adhésion
    • P687/A2 Animation
      • P687/A2,1 Cahiers de camps. - [1963-1966]. - 3,5 cm de documents textuels.
        Documents numérisés

        Portée et contenu :
        Ce dossier documente l'organisation et le déroulement de camps guides tenus par la 47e compagnie de Lachine et la 53e compagnie de Saint-Jean-de-Matha. Il nous renseigne également sur le travail réalisé par les animateurs et témoigne des valeurs, des qualités et des apprentissages qui y sont mis de l'avant. Le dossier est composé de quatre cahiers de cantonnement et d'un recueil dans lequel sont consignées des notes manuscrites..

        Les trois premiers cahiers concernent le camp d'hiver de Lachute et le camp d'automne de Sainte-Martine en 1963, auxquels Murielle Mailloux a pris part en tant qu'assistante, ainsi que le camp d'été du lac Archambault, à Saint-Donat, en 1964. Le quatrième cahier concerne le camp d'été de 1966 de la 53e compagnie de Saint-Jean-de-Matha au lac Mine, à Rivington, au cours duquel la jeune femme a agi à titre d'infirmière. Les cahiers présentent, selon une structure assez semblable, les renseignements techniques relatifs à la tenue du camp (dates, lieu, participants), l'explication de son thème, le programme de chaque journée, la description des activités, l'organisation des participantes en factions et les responsabilités de chacune, la liste des signaux de service ainsi que l'explication du système d'émulation et la liste des récompenses attribuées. Le cahier du camp de Lachute inclut aussi un menu et celui du lac Archambault, une liste de l'équipement à apporter. Les cahiers contiennent également des paroles de chansons. Chaque cahier s'articule autour d'un thème, dont les déclinaisons servent d'ancrage aux activités proposées pendant le camp. L'explication du thème est l'occasion d'énoncer les valeurs qui lui sont associées et qui sous-tendent les expériences et les apprentissages recherchés, incluant les valeurs catholiques sur lesquelles se fonde l'institution. Le camp d'hiver de Lachute, par exemple, est organisé autour du thème de « La vie dans les sapins ». S'y trouve mise de l'avant l'impression de paix, de pureté et de profondeur que permet la contemplation des sapins dans la neige, véritables « cadeaux du Grand Magicien », face à la vie agitée de la ville. Le camp d'automne de Sainte-Martine, orienté autour du thème de « La découverte » (de ses capacités, de la vie de guide, du métier de chef, etc.) valorise pour sa part la connaissance et l'amélioration de soi, la fraternité et le travail d'équipe.

        Un recueil intitulé « Cahier de camp » dont la couverture est recouverte d'une photo et de bâtonnets de bois, rassemble des paroles de chansons et des « trucs de camp » parfois accompagnés de croquis. Des notes renvoient à des numéros de la revue guide « Vivre » de 1947 et de 1963. On y trouve également des propositions de mimes, une liste de ce que doit contenir la « boîte à feu de camp » et des règles de jeux, dont les classiques « Jean dit », « Loup y es-tu », la chaise musicale et la « tag ». L'album contient en outre des notes sur des sujets tels que l'acceptation de ses limites, le plein air et la foi chrétienne dans l'éducation des enfants.

        Source du titre : Le titre est basé sur le contenu du dossier

        Langue des documents : Les documents sont en français.

      • P687/A2,2 Recueils de chansons
      • P687/A2,3 Recueils de jeux et de blagues
        • M2006.16.1.1 Recueil de jeux de Murielle Mailloux. - [ca 1963-1966]. - 1 document textuel ; 18,5 x 12 cm.
          Document numérisé

          Portée et contenu :
          Ce recueil manuscrit documente certains loisirs pratiqués dans les camps guides, au cours des années 1960. Il contient les règles de divers jeux, tels que le mouchoir volant, colin-maillard, la grande lutte, le ballon relais, le ballon brûlé et le hockey intérieur.

          Source du titre : Le titre est basé sur la nature du document.

          Langue des documents : Le document est en français.

      • P687/A2,4 Autres documents
    • P687/A3 Revue « Vivre »

  • P687/B Formation d'infirmière. - 1964-1966. - 2 cm de documents textuels.
    Documents numérisés

    Portée et contenu :
    Cette série porte sur les études en soins infirmiers que Murielle Mailloux a réalisées à l'Hôpital Notre-Dame de l'Espérance, situé à Ville Saint-Laurent (aujourd'hui l'arrondissement Saint-Laurent de Montréal). Elle est constituée d'un album des finissantes, de deux brochures et d'un recueil de chansons.

    L'album des finissantes de l'École des infirmières de l'Hôpital Notre-Dame de l'Espérance rend compte de l'aboutissement en 1966 de la formation en soins infirmiers de Murielle Mailloux. Il nous renseigne également sur le personnel de l'école et sur les étudiantes de sa promotion. Une brochure nous informe quant à elle sur les conditions d'études et de vie des aspirantes-infirmières fréquentant l'institution. De nombreux détails y sont consignés quant aux conditions d'admission, la durée de la formation, les certifications décernées, les cours offerts, la formation pratique, la discipline exigée, les heures d'études et de travail demandées et les modalités relatives aux vacances, absences et congés de maladie. Le document fournit également des indications sur les frais à débourser, incluant les frais d'inscription, les livres et les uniformes à se procurer et les examens médicaux auxquels les aspirantes-infirmières étaient tenues de se soumettre avant et pendant leur formation. Un appendice à la brochure nous apprend que les aspirantes devaient aussi se soumettre à des tests psychologiques et de personnalité. Le document nous renseigne par ailleurs sur la rémunération offerte pour les heures travaillées et sur les installations et les équipements mis à la disposition des étudiantes, qui devaient demeurer sur place pendant leur formation : chambre meublée, présence de lave-linge et séchoir automatiques, mise à disposition d'une machine à coudre et d'une salle de couture. La brochure nous renseigne en outre sur l'histoire de l'institution, sur sa philosophie chrétienne et les principes de sa mise en application, sur les objectifs de la formation, à la fois religieux, éducationnels et professionnels, ainsi que sur les perspectives professionnelles des futures diplômées.

    La série comprend également un recueil de chansons de l'École des infirmières de l'Hôpital Notre-Dame de l'Espérance pour l'année 1963-1964 qui rassemble des transcriptions dactylographiées ou manuscrites de paroles de chansons populaires composées ou popularisées par Félix Leclerc (Comme Abraham), Gilbert Bécaud (La ballade des baladins, Pilou Pilou eh), Jean-Pierre Ferland (Un côté de la lune, Les immortelles), Jeanne Moreau (Le tourbillon), Gilles Vigneault (J'ai pour toi un lac) et Aimé Duval (Ma p'tite tête). Le recueil consigne aussi les paroles de la chanson Oui, j'ai rêvé liée au monde du scoutisme, la chanson contestataire Le chant des marais, et deux chants de Noël.

    Une brochure de l'Hôpital Saint-Jean-de-Dieu de Montréal (1964) (aujourd'hui l'Institut universitaire en santé mentale de Montréal), au sein duquel Murielle Mailloux a exercé pendant quelque temps sa profession d'infirmière, nous renseigne sur l'origine et les oeuvres de la communauté des Soeurs de Charité de la Providence qui dirigeaient l'institution, son organisation, ses départements, la composition de son personnel et les bénévoles qui rendaient visite aux malades.

    Source du titre : Le titre est basé sur le contenu de la série.

    Langue des documents : Les documents sont en français.

  • P687/C Photographies

 

Dernière mise à jour : 25 février, 2019