Mots-clés :
 
 Inclure images des partenaires







Fonds Prentice Gilbert Downes (P759)

P759 Fonds Prentice Gilbert Downes. - 1931-1937. - 4,4 cm de documents textuels. - 878 documents iconographiques. - 2 documents cartographiques.

Notice biographique

Prentice Gilbert Downes (1909-1959) est originaire de New Haven, au Connecticut. Détenteur d'un diplôme de l'Université Harvard, celui que l'on surnomme « Spike » est doté d'une rare curiosité intellectuelle, couplée à une passion pour l'activité physique et les sports. Il devient instituteur à la Belmont Hill High School, où il enseigne le latin, la science et l'histoire. Ses intérêts, habiletés et connaissances, jumelés à une conversation déterminante avec l'explorateur William Brooks Cabot, l'incitent à s'embarquer à l'âge de 25 ans pour un premier voyage à bord du Royal Mail Ship (RMS) Nascopie en 1936. Ce navire de ravitaillement pour les postes éloignés de la Compagnie de la Baie d'Hudson avait l'habitude de prendre à son bord quelques passagers qui voyageaient à titre de touristes. Le bateau quitte Montréal le 14 juillet pour atteindre Churchill, au Manitoba, le 17 août. Downes en profite pour compiler des notes, non seulement sur le climat, la géographie et la faune, mais aussi sur les habitudes de vie des habitants qu'il rencontre et sur les langues autochtones. De Churchill, il décide de voler jusqu'à Pelican Narrows, en Saskatchewan, d'où il entreprend un aller-retour en canoë jusqu'au lac Reindeer.

L'année suivante, à l'été 1937, c'est le New England Museum of Natural History qui finance le voyage d'études de Prentice G. Downes. Toujours à bord du RMS Nascopie, il atteint cette fois la terre de Baffin, où il visite les Inuits de l'île d'Ellesmere et de la presqu'île de Boothia dans l'Arctique canadien, avant de se rendre à Brochet, au nord du lac Reindeer, pour y étudier l'histoire, la langue et les moeurs des peuples eeyou (cris) et dénésuline (chipewyan). Downes a une véritable fascination pour les populations autochtones du Nord canadien et s'intéresse tout particulièrement à la notion de rêve dans ces cultures. Ses journaux regorgent donc de détails sur ses activités quotidiennes, mais aussi sur ses rencontres avec les habitants de l'Arctique canadien. Ses voyages se multiplieront dans les années suivantes, tout comme ses écrits et ses publications. Si la passion de Prentice G. Downes était au départ celle d'un amateur, ses connaissances deviennent avec le temps très spécialisées et lui confèrent les compétences d'un ethnologue et d'un naturaliste. Ses services seront d'ailleurs largement sollicités durant de la Seconde Guerre mondiale par l'armée américaine alors qu'il joint le National Research Council (conseil national de la recherche) des États-Unis. Downes est désormais un scientifique éminent, membre professionnel et honorifique de plusieurs sociétés et clubs. Il consacre les dernières années de vie à sa famille, à la réalisation d'autres expéditions dans le Nord canadien -- le plus souvent en solitaire -- ainsi qu'à son travail d'enseignant et de chercheur à l'institut de l'Université Harvard consacré à l'exploration géographique.

À ce jour, Downes est connu pour deux publications traitant principalement de voyages ultérieurs, soit Sleeping Island: The Narrative of a Summer's Travel in Northern Manitoba and the Northwest Territories et Distant Summers: P. G. Downes' Journals of Travels in Northern Canada, 1936-1947.

Portée et contenu

Le fonds Prentice Gilbert Downes témoigne des expéditions dans le Nord canadien liées à l'exploration polaire au début du 20e siècle. Les documents textuels, photographiques et cartographiques qui y sont conservés nous renvoient à un univers de découvertes géographiques, mais aussi à la réalité quotidienne et au rapport humain entre voyageurs et habitants du Nord.

Le fonds contient deux journaux de voyage illustrés de croquis topographiques, datés de 1936 et 1937, faisant état des périples de Prentice G. Downes dans l'est de l'Arctique. Il rassemble également des photographies de paysages, d'animaux (oiseaux, phoques et chiens), de personnes, d'objets et de bateaux, prises à bord du RMS Nascopie en 1937 et accompagnées de légendes détaillées. Un album contient aussi deux documents cartographiques ainsi que plusieurs portraits d'autochtones saisis par l'explorateur au cours de ses voyages, entre 1931 et 1937.

Source du titre : Titre basé sur le créateur du fonds.

Collation : Les documents iconographiques sont composés de 475 photographies et de 403 négatifs.

Langue des documents : Les documents sont en anglais.

Autres formats : Le journal de voyage de 1936 a été retranscrit dans le numéro du mois de septembre 1983 du magazine Arctic, alors que celui de 1937, illustré de croquis topographiques, demeure à ce jour inédit.


Le fonds est divisé selon les séries suivantes :

  • P759/A Journaux de voyage
  • P759/B Photographies

 

Dernière mise à jour : 19 septembre 2017