Mots-clés :
 
 Inclure images des partenaires







Fonds de la famille Meloche (P556)

Certificat de vaccination de Philippe Meloche (1905-1991) (détail), 1919. Don de Mme Monique Meloche, Fonds Famille Meloche P556, M2000.89.35.1 © Musée McCord

14 ans : mineur, mais vacciné (et prêt à travailler)

« À qui de droit :
Ceci est pour certifier que j'ai vacciné avec succès Philippe Meloche.
Pour valoir ce que de droit.
Ernest Poulin
MS »

En 1919, Philippe Meloche, âgé de 14 ans à peine, est sur le point de commencer un emploi au sein du Canadien Pacifique comme porteur de bagages. Au cours de sa carrière qui s'étendra sur plus de 40 ans, il occupera également le poste de serre-freins et de conducteur de train.

De quelle nature est le vaccin administré au jeune homme par le médecin et chirurgien Ernest Poulin - lequel, incidemment, se fera connaître comme député libéral provincial du comté de Montréal-Laurier? Peut-on y voir une exigence médicale du futur employeur du jeune homme, ou est-ce plutôt un signe des temps? Au sortir de la Grande Guerre et de la terrible épidémie de grippe espagnole de 1918, qui a fait 50 000 victimes au Canada et plus de 3 500 à Montréal, la santé publique est plus que jamais à l'ordre du jour. L'année 1919 marque ainsi un tournant dans la lutte aux maladies infectieuses au Canada, notamment par la création d'un ministère fédéral de la Santé. Dès lors, l'immunisation de masse des enfants s'impose progressivement comme une nécessité.

Si les archives de la famille Meloche ne fournissent pas de réponse aux questions posées plus haut, elles offrent, en revanche, une rare incursion dans le quotidien d'un travailleur du transport ferroviaire et d'une famille de la classe moyenne, dans le Montréal de la première moitié du 20e siècle.


P556 Fonds Famille Meloche. - [1867-1966]. - 15 cm de documents textuels. - 1 photographie.

Notices biographiques

Joseph Albert Philippe Meloche est né en 1905, à Morin-Heights. En 1926, il épouse Marie Thérèse Gabrielle Flore Bénard (1902-1989), originaire d'Ottawa. Le couple a une fille, Monique Meloche (1930- ). La famille Meloche habitera à différentes adresses à Montréal, principalement dans les quartiers de La Petite-Patrie et de Villeray.

C'est vers 1920 que Philippe Meloche est engagé par la compagnie de chemin de fer du Canadien Pacifique (Eastern Region, Quebec District), dont le siège social montréalais est situé dans la Gare Windsor. D'abord employé comme porteur de bagages, il occupe ensuite le poste de serre-freins, puis de conducteur de train, jusqu'à sa retraite prématurée en 1963, à la suite d'un accident de travail. Au cours de sa carrière au sein du Canadien Pacifique, il siège notamment au sous-comité à la sécurité pour la région laurentienne, en plus d'être membre de plusieurs associations de travailleurs canadiennes et nord-américaines : Association catholique des employés de chemins de fer du Canada, Brotherhood of Railroad Trainmen, Canadian Railway Labour Executives' Association, United Transportation Union. Il est aussi membre d'organisations et de clubs sociaux tels que les Chevaliers de Colomb et le Canadian Railway Club. Philippe Meloche décède à Montréal en 1991.

Monique Meloche fait des études secondaires à l'académie Saint-Urbain, puis collégiales au collège Marguerite-Bourgeoys, avant d'entreprendre des études supérieures en service social à l'Université de Montréal, en 1950. Elle mène une carrière de travailleuse sociale et de psychanalyste dans le milieu hospitalier pendant plus de 40 ans, soit du début des années 1950 au milieu des années 1990. Elle est également connue pour ses nombreuses publications portant sur la pratique et l'histoire du travail social et de la psychanalyse.

Portée et contenu

Le fonds de la famille Meloche porte sur les activités professionnelles de Philippe Meloche, de même que sur sa vie personnelle, celle de son épouse Thérèse Bénard et celle de sa fille Monique Meloche. Il offre un témoignage documentaire assez rare des réalités professionnelles et de l'intimité de membres d'une famille montréalaise de la classe moyenne, des années 1910 aux années 1960.

Le fonds est principalement constitué de documents témoignant de la carrière de Philippe Meloche au sein de la compagnie du Canadien Pacifique, des fonctions qu'il y a occupées et de sa participation à certaines associations de travailleurs et à certaines revendications syndicales. On y trouve des documents de travail associés principalement à sa fonction de conducteur, tels qu'un carnet de bord, divers formulaires et fiches techniques, et une charte des signaux de chemins de fer. De la correspondance, des bulletins et communiqués, de la documentation produite par la Canadian Railway Labour Executives' Association et par la Brotherhood of Railroad Trainmen, des livrets portant sur le régime de pension du Canadien Pacifique ainsi que des caricatures dénonçant la direction de la compagnie retracent certains enjeux liés aux conditions de travail et à la mobilisation syndicale. Quelques exemplaires du magazine Spanner, publiés par le Canadien Pacifique, sont également recensés.

Le fonds contient des documents personnels de Philippe Meloche, dont des cartes de membership de clubs et d'associations et un certificat de vaccination. Quelques archives, dont des cartes de bonne conduite, témoignent de l'éducation de Thérèse Bénard et de sa mère Flore Vincent, alors que l'enfance et l'adolescence de Monique Meloche sont évoquées par des carnets d'autographes remplis par ses proches. Enfin, on retrouve dans le fonds des bulletins paroissiaux et des exemplaires des Nouvelles soirées canadiennes.

Une photographie, prise lors de la retraite d'Henry Boivin (ami de Philippe Meloche), complète cet ensemble documentaire.

Variante du titre : Anciennement connu sous le nom de Fonds J. A. Philippe Meloche.

Source du titre : Basé sur les créateurs du fonds.

Source immédiate d'acquisition : Le fonds a été offert au Musée McCord par Monique Meloche, en deux versements effectués en 2000.

Classement : Le fonds a fait l'objet d'un premier traitement en 2004, puis un nouveau cadre de classification a été adopté en 2017.

Langue des documents : Les documents sont en français et en anglais.

Documents connexes :

BAC : Canadian Pacific Railway fonds (R4186-0-9-E) et Department of Labour fonds (R224-0-4-E).

Un fonds d'archives du Canadien Pacifique est également conservé à Exporail, le Musée ferroviaire canadien.

Groupes de documents reliés : Le fonds Omer Lavallée (P157) contient de la documentation sur le Canadien Pacifique.


Le fonds est divisé selon les séries, sous-séries et dossiers suivants :

  • P556/A Artistic Production of Members. - 1890-1966. - 44 cm of textual records.
  • Portée et contenu : Cette série témoigne de la carrière de Philippe Meloche en tant qu'employé de la compagnie de chemin de fer du Canadien Pacifique et rend compte, dans une moindre mesure, de sa vie personnelle. Les pièces qui y sont rassemblées documentent notamment ses tâches et les directives encadrant son travail de conducteur de train. On compte, parmi celles-ci, un livret du Canadien Pacifique concernant les capacités de transport pour les routes de la région de l'Est (qui inclut le Québec, l'Ontario et le Nouveau-Brunswick) et un carnet de bord servant à consigner le tonnage transporté par chaque train. On y trouve aussi une charte des signaux de chemins de fer, divers formulaires, des notes manuscrites et dactylographiées et un bulletin décrivant les correspondances entre les trains du Canadien Pacifique et les navires en partance pour l'Europe. Une lettre adressée à Philippe Meloche, conjointement à d'autres de ses collègues, l'identifie en tant que membre du sous-comité de sécurité de l'entreprise, pour la région laurentienne.

    De la correspondance, des bulletins, des cartes de membres et des publications témoignent par ailleurs de ses liens avec différentes associations de travailleurs canadiennes et nord-américaines, dont la United Transportation Union et l'Association catholique des employés de chemins de fer du Canada. Plusieurs de ces pièces - parmi lesquelles figure le texte d'une convention collective conclue avec le Canadien Pacifique pour l'année 1962-1963 - proviennent de la Brotherhood of Railroad Trainmen, de laquelle Philippe Meloche obtient des fonds en 1963 en raison d'une incapacité physique. D'autres documents, incluant un communiqué de la General Chairmen's Association, une coupure de presse intitulée « Rail Strike Hint Over Pensions », des caricatures dénonçant l'attitude de la direction et de la correspondance de la part de la compagnie de chemin de fer et de l'Association of the International Railway Labour Organizations, rendent compte pour leur part de revendications liées au régime de retraite.

    La série comprend par ailleurs un exemplaire de la Loi des accidents du travail de Québec (1963), une publication intitulée Le plan de bénéfices pour les employés des chemins de fer canadiens (1963) et des documents produits par le Canadien Pacifique intitulés Votre régime de pension (1951) et Quelques mots au sujet de votre sécurité future et de la caisse de retraite du Canadien Pacifique (1966). Quatre numéros de la revue Spanner, publiés par l'entreprise entre 1964 et 1965, y figurent également.

    Un certificat de vaccination, des cartes d'identité, une liste d'électeurs, des cartes de membres des Chevaliers de Colomb et du Canadian Railway Club, un carton publicitaire de l'Hôtel Victoria à Trois-Pistoles et un livret souvenir de l'Hôtel du gouvernement du Québec complètent la série en offrant un bref éclairage sur les intérêts et quelques aspects de la vie personnelle de Philippe Meloche.

    Source du titre : Basé sur le contenu de la série.

    Langue des documents : Les documents sont en anglais et en français.

    • P556/A1 Vie personnelle. - [1919-1965]. - 0,5 cm de documents textuels.
      Documents numérisés

      Portée et contenu :
      Cette sous-série témoigne de la santé, des intérêts et de diverses activités personnelles de Philippe Meloche. Elle contient un certificat de vaccination daté de 1919, des cartes de membership des Chevaliers de Colomb et du Canadian Railway Club, des cartes d'identité, une liste électorale et un livret souvenir de l'Hôtel du gouvernement du Québec.

      Source du titre : Basé sur le contenu de la sous-série.

      Langue des documents : Les documents sont en français et en anglais.

    • P556/A2 Vie professionnelle
      • P556/A2,1 Directives et outils de travail. - [1924-1961]. - 2 cm de documents textuels.
        Documents numérisés

        Portée et contenu :
        Ce dossier témoigne des fonctions occupées par Philippe Meloche au sein du Quebec District du Canadien Pacifique, des directives encadrant son travail et de certaines tâches effectuées.
      • Il contient un carnet de bord où est consigné le tonnage transporté par chaque train, des formulaires et fiches techniques (contenant notamment les rapports préliminaires d'accidents ou certaines informations sur les trains à l'attention des agents de triage), une charte des signaux de chemins de fer, ainsi que des notes manuscrites et dactylographiées. Ces documents couvrent une période allant de la décennie 1920 au début de la décennie 1960.

        Source du titre : Basé sur le contenu du dossier.

        Langue des documents : Les documents sont en français et en anglais.

      • P556/A2,2 Conditions de travail
      • P556/A2,3 Revendications liées au régime de retraite
      • P556/A2,4 Association catholique des employés de chemins de fer du Canada
      • P556/A2,5 Brotherhood of Railroad Trainmen
      • P556/A2,6 Publications officielles du Canadien Pacifique

  • P556/B Thérèse Bénard. - [1889-1917]. - 1 cm de documents textuels.
    Documents numérisés
  • Portée et contenu : Cette série porte sur l'éducation de Thérèse Bénard, en particulier sur l'encadrement et l'évaluation de son travail et de sa conduite dans le cadre scolaire.
    Elle est constituée de treize cartes de « Mention honorable », récompensant sa politesse, sa bonne conduite et son travail, remises entre mars 1912 et février 1917. Neuf d'entre elles sont décernées par le pensionnat Saint-Basile de Montréal. Les autres ne portent pas de mention de l'institution. Elles arborent, selon le cas, la signature de soeur Jean l'Évangéliste, de soeur M. de Saint-Stanislas et de soeur Marie de Sainte-Clotilde. Un exemplaire du deuxième numéro de la méthode d'enseignement de l'écriture Payson, Dunton & Scribner's National System of Penmanship in Twelve Numbers, publiée à Montréal, complète la série. Ce cahier d'écriture enrichi de consignes et d'exercices destinés aux enseignants et à leurs élèves témoigne de l'apprentissage des bases de l'écriture cursive par Flore Vincent, la mère de Thérèse Bénard, au Couvent de la rue [Rideau], à Ottawa. Le cahier est daté à la main du 21 janvier 1889.

    Source du titre : Basé sur le contenu de la série.

    Langue des documents : Les documents sont en français et en anglais.

  • P556/C Monique Meloche. - [1939-1947]. - 3,5 cm de documents textuels.
    Documents numérisés

    Portée et contenu :
    Cette série est constituée de trois carnets d'autographes ayant appartenu à Monique Meloche. Ces carnets ont été remplis pendant la période du passage de la jeune fille de l'enfance à l'adolescence. Les inscriptions qui y figurent ne sont pas systématiquement datées. Celles qui le sont permettent de dater approximativement le premier cahier de 1939, le deuxième, de 1940 à 1944, et le troisième, de 1946 à 1947.

    Ces carnets rassemblent des signatures, des mots, des souhaits et des pensées. Ils témoignent des rapports que Monique Meloche entretenait avec son entourage, notamment avec des membres de sa famille, dont ses tantes Alma et Gertrude, son oncle Roland et ses cousines d'Ottawa, Colette et Yvonne. Son grand-père lui fait part de son affection dans un mot attendrissant daté du 20 mars 1940 : « Le bonheur parfait pour un homme se compose de trois bonheurs distincts. Il jouit du premier le jour de son mariage, du second le jour de la naissance de son premier enfant, et du troisième le jour où il devint [sic] grand-père. » Les carnets contiennent aussi de nombreux témoignages d'amitié, dont plusieurs de la part de compagnes de l'académie Saint-Urbain, parmi lesquelles figurent Paulette Lalonde, Pierrette Bouchard, Béatrice Lapointe, Jacqueline Lévesque et une certaine Francyne, qui date son texte du « jour de la graduation », le 17 juin 1946 ou 1947. Taquine, Maryse Gatien, qui se présente comme « membre du trio Gamelord », lui écrit, après avoir retourné le cahier : « Puisses-tu toujours te souvenir d'une vilaine compagne de classe qui, le 18 juin 1946, gaspilla ton autographe en écrivant à l'envers. »

    Certains signataires choisissent de s'exprimer par l'entremise de maximes, comme sa compagne de l'académie Saint-Urbain, Andrée Gervais, qui cite, dans un mot daté du 27 novembre 1946, ces quelques phrases qu'elle attribue à Lamartine : « Le bonheur n'est qu'une heure un peu plus parfumée... Respirons-le bien fort, mais parlons-en bien bas... Car le ciel nous le prête : il ne le donne pas. » D'autres optent pour des croquis, comme sa cousine d'Ottawa, Yvonne Ducharme, qui signe le 8 avril 1943 le dessin d'un enfant en train de prier, ou son amie Lorraine Guérin, qui accompagne son mot d'illustrations de petits oiseaux.

    Les carnets contiennent aussi des pensées de la part de quelques religieuses qui furent sans doute ses enseignantes. Certaines semblent avoir perçu chez la jeune fille un talent ou, à tout le moins, un intérêt pour la musique. C'est le cas de soeur Sainte-Antoinette-de-Notre-Dame, qui lui souhaite de devenir une grande musicienne, et de soeur Saint-Albert-du-Rosère, qui espère qu'un avenir musical lui sourira.

    Source du titre : Basé sur le contenu de la série.

    Langue des documents : Les documents sont en français et en anglais, mais surtout en français.

  • P556/D Collection de publications littéraires et paroissiales

  • P556/E Photographie

 

Dernière mise à jour : 26 février 2019