Mots-clés :
 
 Inclure images des partenaires







Collection Almanachs canadiens (C622)

1807-1903. - 400 cm de documents textuels (202 livres).

Histoire administrative - Notice biographique :

L'apparition de l'imprimé se fit essentiellement à travers deux genres littéraires au sein des sociétés traditionnelles : l'imprimé religieux sous la forme de catéchismes, et l'almanach. Ce dernier est avant tout défini comme un calendrier où sont établis les jours et fêtes de l'année. L'étymologie du mot almanach serait d'origine arabe, le mot étant composé de l'article « al » et de « mana » qui signifie compter. La terminaison de « manach » (calendrier) est dérivée du terme « manaquebu » qui signifie prédire l'avenir. Les premiers almanachs sont d'ailleurs de nature prophétique. Au milieu du 16e siècle, Rabelais publie une série d'almanachs à prédiction burlesque.

L'almanach populaire traditionnel comporte généralement plusieurs parties. La partie calendrier ainsi que la partie pragmatique constituent les éléments de base de l'almanach. Ces ouvrages sont complétés par une partie historique qui relate les événements de l'année écoulée, ainsi que par une partie administrative faisant office de registre civil et religieux. L'éditeur canadien Samuel Neilson décrit ainsi succinctement la composition universelle de l'almanach du 18e siècle :

« Les matieres qui doivent composer un Almanac ont toujours varié dans tous les païs, et semblent en quelque sorte arbitraires; cependant tout le monde convient qu'il doit consister principalement d'un Calendrier pour la mesure du tems, lequel dépendant du mouvement des astres, fait consister un Almanac autant de la science de l'Astronomie qu'il est nécessaire pour régler les affaires humaines.

Mais cette institution semblable à la plupart des autres, a été de tems à autres jugée susceptible d'amélioration, et l'on a cru que l'on pourroit procurer au public un avantage particulier, en rendant son utilité plus étendue, ce qui est depuis devenu l'objet commun des Editeurs et acheteurs.

L'Astronomie, autant qu'elle concerne la mesure du tems, formant le fond d'un Almanac, les objets relatifs à cette science, sous un point de vue plus étendue, et poursuivis par d'autres motifs, en ont très à propos formé le second sujet, qui n'est pas la partie la moins intéressante d'un Almanach.

On a approprié très judicieusement une autre partie à des objets d'une utilité publique, tels que de courtes esquisses de vérités politiques, morales et scientifiques. On a aussi introduit de tems à autres des objets de simple amusement. Dans la plupart des païs les Almanacs ont servi d'une espéce de régistres publics, contenant les noms des fonctionnaires publics de toutes dénominations du païs où l'on se proposoit de les faire circuler.

Et enfin les objets d'une importance locale relatifs principalement aux affaires publiques de ce païs. »

Portée et contenu :

Cette collection porte sur de nombreux volets de l'histoire canadienne au 19e siècle. Elle contient des almanachs publiés à Montréal ou à Toronto. Ces almanachs renferment une foule de renseignements, soit sur le Canada, sur le Québec (ou le Bas-Canada, selon l'époque) ou sur Montréal, selon le cas, et ce, pour une année donnée. Les almanachs canadiens du 19e siècle constituent une source inépuisable d'informations sur les institutions canadiennes de l'époque. En effet, l'almanach canadien est devenu au fil des décennies un véritable registre civil et administratif. Il vise à informer les Canadiens sur leurs institutions publiques (poste, justice, etc.) tout en leur fournissant de l'information sur des sociétés de nature religieuse, charitable, littéraire, nationale et financière.

Ainsi, on y trouve des renseignements comme les anniversaires et les fêtes de l'année en cours, des informations astronomiques (les éclipses, le mouvement des planètes...), une liste des établissements bancaires, une liste des politiciens et des fonctionnaires (fédéraux, provinciaux ou municipaux), les tarifs douaniers, une description des cours de justice, les prévisions météorologiques, une liste des médecins, avocats, arpenteurs et autres professionnels, une liste des ecclésiastiques (protestants et catholiques), des histoires abrégées et des faits marquants de l'histoire du Canada, une description des services postaux canadiens, des équivalences monétaires, la valeur de l'or et de l'argent, des renseignements sur la Grande-Bretagne, ses politiciens et la famille royale, des informations sur la population du Canada, des résumés des finances publiques, une description des importations et exportations, une liste des brevets enregistrés au Canada, des informations littéraires et scientifiques, des informations sur le mouvement maçonnique, des informations et des listes liées à l'armée et à la milice, des informations sur l'éducation, des données sur l'immigration et des statistiques sociales.

Ces almanachs contiennent aussi quelques fois des cartes du Canada ou de certaines autres régions du pays. La plupart d'entre eux contiennent aussi des publicités, souvent illustrées, pour une variété de produits, de services et d'institutions.

La collection est divisée selon les séries suivantes :

  • C622/A : Starke's Pocket Almanac, Advertiser and General Register
  • C622/B : The Quebec Almanack
  • C622/C : The Star Almanac
  • C622/D : The Canadian Almanac
  • C622/E : The Year Book and Almanac of Canada
  • C622/F : Almanacs, Montréal
  • C622/G : The People's Almanac