Mots-clés :
 
 Inclure images des partenaires







Collection Première Guerre mondiale (C218)

Westmount's War Work at Home and Abroad (détail), 21 avril 1917. Don de David Ross McCord, Collection Première Guerre mondiale C218, M17236 © Musée McCord

Une communauté tissée serrée, au front et à la maison

« Quand on y pense, la contribution des femmes à la Grande Guerre est, sans nul doute, la meilleure illustration de leur indépendance et de la grandeur de la gent féminine. En effet, avec un dévouement sans relâche, les femmes ont non seulement su entretenir la chaleur dans les foyers mais aussi dans les coeurs des soldats partis au front. Sans ce réconfort, les éprouvantes conditions de vie dans lesquelles ils combattaient auraient certainement eu raison de leur courage. »

 

La Westmount Soldiers' Wives League est un organisme charitable créé par des femmes de Westmount et mis sur pied pour soutenir les soldats de la ville partis lutter au front. Entre 1914 et 1918, elle prend part à de nombreuses oeuvres de guerre et initiatives sociales venant en aide aux familles des combattants.

Cet exemplaire de la revue Westmount's War Work at Home and Abroad, publiée le 21 avril 1917 par l'organisme, nous en apprend autant sur les réalisations des militaires déployés en Europe que sur les efforts des civils restés au Canada. On y trouve plusieurs témoignages de solidarité, tels que la formation de groupes de travail mandatés pour confectionner des vêtements, la tenue de bazars recourant à la générosité du public et le soutien aux activités de la Croix-Rouge. Le document est illustré de portraits d'officiers et contient plusieurs articles faisant entre autres le compte rendu de la bataille d'Ypres ou de l'effort médical canadien en France. Il témoigne de la résilience de la communauté de Westmount pendant la Grande Guerre.


C218 Collection Première Guerre mondiale. - 1914-1919. - 34 cm de documents textuels.

Histoire administrative

La Première Guerre mondiale est un conflit qui, du 28 juillet 1914 au 11 novembre 1918, oppose les Alliés (une coalition formée autour de la France, du Royaume-Uni et de la Russie) aux Empires centraux (Allemagne et Autriche-Hongrie) et leurs alliés. C'est la première fois dans l'histoire de l'humanité que des hostilités engagent des pays de toutes les régions de la planète. En tout, trente-deux nations prennent part au conflit. Vingt-huit combattent pour les Alliés, dont l'Italie (1915) et les États-Unis (1917), alors que la Turquie (1914) et la Bulgarie (1915) rejoignent les Empires centraux.

La cause immédiate de la guerre entre l'Autriche-Hongrie et la Serbie est l'assassinat, le 28 juin 1914, à Sarajevo (Bosnie-Herzégovine), de l'archiduc François-Ferdinand d'Autriche par Gavrilo Princip, un étudiant lié aux milieux nationalistes serbes. Cependant, les origines profondes du conflit remontent à la fin du siècle précédent.

La Grande Guerre, telle qu'elle fut baptisée, a pour principaux théâtres d'opérations la France, la Belgique et la Russie, et pour lieux secondaires, l'Italie, les Balkans, le Moyen-Orient, le nord de l'Afrique et l'Océanie, ainsi que la plupart des océans du globe.

Pour le Canada, la Première Guerre mondiale est à la fois un moment de vives tensions internes et une étape importante vers sa reconnaissance internationale. Le pays, en tant que Dominion de l'Empire britannique, entre en guerre au même moment que la Grande-Bretagne, le 4 août 1914. Pendant la durée du conflit, le gouvernement conservateur de sir Robert Borden (1854-1937) s'octroie de vastes pouvoirs par l'adoption de la Loi sur les mesures de guerre, qui permet au Cabinet d'administrer par décret et de suspendre les libertés civiles. Le gouvernement Borden met en place des politiques économiques et sociales drastiques pour promouvoir l'effort de guerre et influencer les élections de 1917 en sa faveur, dont l'emprunt massif de fonds, l'internement de plus de 8 500 personnes, l'adoption de la Loi des élections en temps de guerre et, en janvier 1918, la conscription. Cette dernière mesure attise les tensions entre anglophones et francophones. Le Québec est le théâtre de nombreuses protestations contre l'enrôlement obligatoire en 1917 et en 1918.

En tout, le Corps expéditionnaire canadien (CEC) recrute environ 630 000 Canadiens entre 1914 et 1918, dont près de 61 000 seront tués et 172 000 blessés. Le CEC se distingue durant les batailles de Vimy et de Passchendaele, et participe aux derniers combats de la guerre à Mons. À la suite de la victoire des Alliés et de la signature du Traité de Versailles le 28 juin 1919, le Canada obtient un siège à la nouvelle Société des Nations, ce qui renforce son statut de pays distinct de la Grande-Bretagne à l'international.

Sources
C. P. Stacey, « Corps expéditionnaire canadien », dans L'Encyclopédie canadienne, 2015.
Desmond Morton, « Première Guerre mondiale », dans L'Encyclopédie canadienne, 2015.

Portée et contenu

Cette collection porte sur la Première Guerre mondiale (1914-1918) telle qu'elle a été vécue au Canada et parmi les troupes canadiennes déployées outre-mer, principalement en France et en Grande-Bretagne. Elle fait état des activités d'enrôlement, d'information, de rationnement et de soutien moral qui ont cours pendant les hostilités ainsi que de celles liées à la victoire des Alliés et à sa commémoration. Elle comprend des documents créés par des militaires, des civils, des associations et des médias de l'époque.

La collection contient, entre autres, des lettres et des cartes postales, des rapports, des coupures de presse, des journaux, des affiches, un dictionnaire français-anglais, des périodiques, un programme et deux spicilèges.

Source du titre propre : Basé sur le contenu de la collection.

Source immédiate d'acquisition : Les documents qui constituent cet ensemble sont de provenances diverses. Une partie a été rassemblée par David Ross McCord, mais plusieurs archives ont aussi été offertes au Musée McCord par différents donateurs au courant du 20e siècle, tels Mlle Deirdre Foucauld, M. C. K. Morison, H. M. Chanfat, le colonel Stuart Forbes et le Princess Patricia's Canadian Light Infantry Regimental Museum and Archives.

Langue des documents : Les documents sont en anglais et en français.

Groupes de documents reliés : Le Musée McCord conserve plusieurs fonds d'archives liés à la Première Guerre mondiale, comme le Fonds John Wardrop Ross (P217), le Fonds Nona Molson (P723), le Fonds Victoria Rifles of Canada (P190), le Fonds William Hilliard Snyder (P184), le Fonds Famille Drummond (P015) et le Fonds Frederick George Scott (P229). Le Musée conserve aussi des collections thématiques liées à l'histoire militaire, telles que la Collection Deuxième Guerre mondiale (C311) et la Collection Guerre des Boers (C312).


Cette collection est divisée selon les séries, sous-séries et dossiers suivants :

  • C218/A Enrôlement

  • C218/B Informations et nouvelles du front
    • C218/B1 Combattants et civils. - 1914-1918. - 17 cm de documents textuels.
    • Cette sous-série fait état des réalités quotidiennes de combattants et de civils canadiens impliqués dans la Première Guerre mondiale, de 1914 à 1918. Elle rend compte des perspectives personnelles de certains d'entre eux, dont le lieutenant Raoul de Villeray Terroux, le sergent Louis Philippe Bastien et le capitaine Victor Gordon Tupper, tous déployés alors en France ou en Grande-Bretagne. Les documents nous renseignent sur le quotidien des soldats canadiens, leurs espoirs, leur mal du pays, leurs sentiments à l'approche du combat, leur opinion sur le conflit, mais aussi sur les conditions météorologiques, l'état des troupes et la censure. La sous-série illustre également certains événements marquants de la guerre, dont quelques grandes batailles et la mise en place d'un hôpital.

      On y trouve des lettres et des cartes postales d'officiers canadiens, envoyées de France à leurs proches au Canada, dont un billet du major Talbot Mercer Papineau (1883-1917) à son cousin Henri Bourassa (1868-1952), fondateur et rédacteur en chef du journal Le Devoir. L'ensemble contient par ailleurs une lettre manuscrite du roi George V au soldat canadien J. Slattery. La sous-série rassemble en plus une liste des survivants du Montreal Rifle Regiment, un discours du major Talbot Papineau prononcé en février 1917 à la Canadian Corps School à Pernes (aujourd'hui Pernes-les-Fontaines), ainsi que des rapports concernant la Bataille de la crête de Vimy, la destruction du navire Aragon et l'établissement de l'Hôpital général canadien no 3 (McGill) à Boulogne. À cela s'ajoutent deux spicilèges qui regroupent des photos de soldats et de civils, des cartes postales britanniques, des programmes de services religieux et plusieurs coupures de presse, issues pour la plupart du Montreal Daily Star et du journal The Gazette. Ces dernières fournissent un portrait quasi quotidien des nouvelles sur le conflit, diffusées à Montréal entre août 1914 et mai 1915.

      Source du titre propre : Basé sur le contenu de la sous-série.

      Restauration / Conservation : Les deux spicilèges ont été démontés pour des raisons de conservation. Leurs pages sont friables et fragiles.

      Langue des documents : Les documents sont en français et en anglais.

    • C218/B2 Forces armées
      • C218/B2,1 Notices
      • C218/B2,2 Billet
      • C218/B2,3 Publications périodiques
    • C218/B3 Associations
      • C218/B3,1 Livre
      • C218/B3,2 Publications périodiques
    • C218/B4 Médias
      • C218/B4,1 Journaux quotidiens
      • C218/B4,2 Coupure de presse

  • C218/C Effort de guerre
    • C218/C1 Rationnement
    • C218/C2 Soutien moral

  • C218/D Victoire et commémorations
    • C218/D,1 Programme
      • C218/D,2 Affiche
        • M17678 Proclamation adressée à la population de Mons. - 1918. - 1 document textuel ; 69 × 56,6 cm.
        • Portée et contenu : Produite le 11 novembre 1918, date de l'Armistice, cette proclamation adressée à la population de Mons marque la fin des combats de la Première Guerre mondiale (1914-1918), la victoire des Alliés et la défaite totale de l'Allemagne. Le document a été publié par le Collège des Bourgmestre et Echevins de Mons et souligne l'héroïsme de la 3e division canadienne qui, au prix de lourds sacrifices, délivra la ville belge de « l'occupation inique, impitoyable et insolente de l'armée allemande ». La proclamation est conservée dans un cadre en bois décoré d'une collection de boutons et de médaillons militaires.

          Source du titre propre: Basé sur a nature du document.

          Mentions des responsabilités : Imprimé à Mons, en Belgique, par l'Imprimerie Arthur Princelle, rue de Houdain, 28.

          Signature et inscriptions : En manuscrit au dos original du cadre: Presented by/C.K. Morison. Une traduction en anglais de la proclamation a également été dactylographiée et collée au dos original du cadre.

          Collation : Le document porte le sceau officiel de l'Administration communale de Mons.

          Restauration / Conservation : L'encadrement a été refait; le dos original du cadre a été retiré, mais conservé.

          Langue des documents : Le document est en français.


      • C218/D,3 Journaux quotidiens


Auteur : Philippe-Olivier Boulay-Scott
Réviseurs : Eugénie Marcil, Mathieu Lapointe
Dernière modification : 23 octobre 2020