Mots-clés :
 
 Inclure images des partenaires







Fonds James Murdoch (P589)

1799-1838. - 4.7 cm de documents textuels.

Histoire administrative - Notice biographique :

James Murdoch était un tisserand professionnel originaire d'Écosse qui est arrivé à Shipton (aujourd'hui Richmond), au Québec, en 1821.

Portée et contenu :

Ce fonds porte sur la vie et la carrière de James Murdoch, un tisserand professionnel originaire d'Écosse qui est arrivé à Shipton (aujourd'hui Richmond), au Québec, en 1821. Le fonds comprend un journal dans lequel on peut lire un compte rendu de son travail en Écosse et par la suite au Québec jusque dans les années 1830. On y trouve également des copies de deux lettres qu'il a envoyées à sa famille en Écosse. Mais le plus grand intérêt du fonds réside dans les nombreux croquis de dessins de tissage qui portent des noms.

Pour les historiens spécialisés en textiles, les principaux points d'intérêt de ce fonds sont les suivants :

  • Des relevés indiquant les prix au métrage de différents types de tissus ainsi que le coût de vêtements finis et de produits agricoles.
  • Des relevés permettant de calculer la production quantitative de Murdoch en tissus et vêtements finis.
  • De l'information attestant de la quantité de tissu et des types de vêtements produits par un individu, et indiquant l'étendue de ses compétences. Il semble que Murdoch a également été payé pour de petits travaux agricoles, dont du jardinage et la récolte de pommes de terre.
  • De l'information attestant de l'embauche de personnes de la région (principalement des femmes) pour le filage, etc., et de la consommation de laine utilisée localement.
  • De l'information témoignant de l'établissement de Murdoch comme tisserand en Écosse, incluant l'embauche de deux personnes en même temps, où il tissait principalement des couvertures et vendait à crédit.
  • De l'information sur ce que Murdoch a découvert à son arrivée au Québec : l'absence de tisserand professionnel et d'équipement dans la ville, la constitution de la population locale, le type de terre et d'habitation et le genre d'agriculture pratiquée.
  • De l'information à l'appui de l'hypothèse émise par Dorothy Burnham quant aux origines écossaises du tissage de couvre-lits selon la technique du flotté en Amérique du Nord.
  • De l'information attestant que le tissage de qualité professionnelle existait à une petite échelle dans le Québec rural de l'époque, qu'il dépendait grandement des importations britanniques, et qu'il était complété par une production domestique plus ou moins importante dans les régions rurales.
  • Des croquis de dessins de tissage portant des noms, permettant à un expert-tisserand de déterminer le nom des motifs de textiles existants ou de reproduire un motif.
  • De l'information sur les motifs que Murdoch a réellement utilisés, de la popularité d'un ou deux motifs de couvre-lit et du prix au métrage de chaque motif.

Manuscrit relié comprenant 249 pages (33 x 20 cm).