Mots-clés :
 
 Inclure images des partenaires







Le studio de William Notman et les chemins de fer, aux 19e et 20e siècles

Par Stanley G.Triggs


Le chemin de fer connaît un véritable essor au Canada dans les années 1850, alors que plusieurs compagnies construisent des lignes au Canada-Ouest (Ontario) et au Canada-Est (Québec). À la fin de 1858, des voies ferrées partent de Windsor et de Sarnia au Canada-Ouest pour se rendre jusqu'au port libre de glaces de Portland, dans le Maine. Le dernier lien de cette ligne ininterrompue vers l'océan est achevé le 17 décembre 1859, lorsqu'un premier train franchit officiellement le tout nouveau pont Victoria qui enjambe le Saint-Laurent à Montréal. À l'été 1860, le fils de la reine Victoria, Albert Edward, Son Altesse Royale le prince de Galles et héritier du trône britannique, est en visite au Canada pour procéder à l'inauguration officielle du pont. En souvenir de l'événement, le gouvernement canadien remet au prince un portfolio de photographies prises par William Notman.


Le sens des affaires de William Notman

En bon homme d'affaires, Notman flaire le potentiel de ces photographies comme outils de promotion, et il produit donc un double du portfolio qu'il conserve pour lui-même. Il réalise également des stéréogrammes des photographies qu'il inclut dans son catalogue de 1860 où ils sont offerts à 40 cents l'unité ou 4,50 $ la douzaine (par comparaison, en 1882, un ouvrier non qualifié pouvait gagner entre 1 $ et 1,25 $ par semaine). En 1862, Notman envoie son exemplaire du portfolio à l'Exposition universelle de Londres, où on lui décerne la médaille d'« excellence pour une importante série de photographies ». Après l'exposition, le portfolio revient à Montréal où Notman l'expose dans son studio en 1864.


Après sa série de photographies sur la construction du pont Victoria, Notman travailla fréquemment pour la compagnie de chemin de fer du Grand Tronc. En 1878, lorsque le marquis de Lorne, accompagné de sa femme la princesse Louise, vint au Canada à titre de gouverneur général, il fit le trajet Halifax-Montréal à bord d'un train vice-royal spécial. Lorsque le train s'arrêta à l'approche du pont Victoria, Notman en prit plusieurs photographies et réalisa des études détaillées de l'ornementation intérieure du wagon-restaurant et du wagon-salon.


L'influence des voies ferroviaires sur la carrière de Notman est à souligner puisque celles-ci lui ont permis d'étendre son entreprise dans d'autres villes du Canada et des États-Unis et de rester en liaison permanente avec ses succursales. Notman négocia également avec les compagnies de chemins de fer de nombreuses commandes ou autres ententes variées portant sur des photographies de wagons et de locomotives, de gares de voyageurs ou de triage, et bien sûr des paysages qui se déroulaient sous les yeux des passagers.


L'Intercontinental, le Canadian Northern Railway et le Transcontinental

Notman exerça également son métier sur les lignes et les ponts de l'Intercontinental dans l'est du Québec et au Nouveau-Brunswick, et sut saisir la magnificence des paysages que traversait cette ligne. Rien ne permet d'affirmer que ce travail répondait à une commande, mais il se peut que les photos prises ensuite dans la région du lac Saint-Jean pour le Canadian Northern Railway aient été réalisées à la demande de cette compagnie ou du gouvernement provincial. La région s'ouvrait à la colonisation et tant le gouvernement que la compagnie de chemin de fer cherchaient à se procurer des photographies alléchantes de fermes prospères, de vastes granges solides, de bétail respirant la santé, de champs féconds et de villes en plein essor. William McFarlane Notman, un des fils de Notman, effectua dans les années 1890 et en 1906 plusieurs voyages dans cette région pour cette raison. L'un de ses derniers voyages se fit en compagnie d'un assistant, William Haggerty. C'est vers cette époque que fut construit le Transcontinental, chemin de fer reliant Québec au nord de l'Ontario et traversant La Tuque, Parent et Amos. L'entreprise Notman produisit pour cette région une série similaire de photographies de fermes et de villages, qui incluait cette fois-ci des photographies de la ligne en construction et des industries du bois et des pâtes et papiers.

Le Canadien Pacifique

La série de photographies de chemins de fer la plus complète fut cependant réalisée à l'occasion de la construction de la ligne transcontinentale qui partait de Montréal et traversait les plaines de l'Ouest et les Rocheuses avant d'arriver à l'océan Pacifique. Le premier à saisir le parti à tirer de la photographie publicitaire et à l'exploiter au maximum fut William Van Horne qui travaillait pour le Canadien Pacifique, et une entente fut signée entre William Notman et lui. Celle-ci stipulait que le Canadien Pacifique offrait le transport, avec possibilité de descendre à n'importe quelle gare, en échange de quoi Notman produisait des photographies pouvant être utilisées comme matériel promotionnel. Notman conservait tous les droits de reproduction et les négatifs. En 1884 le fils aîné de Notman, William McFarlane Notman, effectuait son premier voyage vers l'Ouest avec le Canadien Pacifique. D'autres voyages allaient suivre en 1887, 1889, 1897, 1901, 1903, 1904 et 1909.


Les populations locales et les touristes prisaient beaucoup les photographies de ces expéditions - majestueuses montagnes, arbres gigantesques, autochtones et tentes - ainsi que d'autres vues prises dans l'est du Canada. On se les procurait dans les hôtels, les papeteries et les gares partout au Canada, un peu comme les cartes postales aujourd'hui, et les ventes compensaient largement l'investissement en temps et en argent. Mais n'oublions pas que cet aspect du travail restait accessoire, quel que soit le prestige qui y était attaché ou sa contribution à la popularité de Notman, qui touchait alors un public de plus en plus important d'admirateurs. Les portraits, comme à l'origine, représentaient toujours les assises solides sur lesquelles reposait l'entreprise.

Source : Catalogue de l'exposition Le studio de William Notman. Objectif Canada
Musée McCord, 1992

 

Voir le sommaire 

Voir tous les artefacts (120)