Mots-clés :
 
 Inclure images des partenaires







Le baseball au Québec, aux 19e et 20e siècles

Par Pierre Wilson

Origine du baseball au Québec

Difficile de connaître avec exactitude l'origine du baseball au Québec. Mais c'est en 1871 qu'apparaît le premier club de baseball à Montréal. Au début, il n'y a pas de ligue et on joue pour se divertir entre amis, pour relever un défi lancé par un groupe industriel concurrent, ou entre groupes ethniques, entre quartiers...

Les professionnels arrivent en ville

Fin du 19e siècle, on tente à quelques reprises d'établir une équipe professionnelle à Montréal. Mais ce rêve ne devient réalité que lorsqu'on fait construire des estrades convenables sur le terrain de baseball du parc Atwater, au centre-ville. Et on dit que les temps changent!

C'est ainsi qu'en 1928, Louis Athanase David (avocat et député de Terrebonne) et Ernest J. Savard (courtier en valeurs mobilières), à l'instigation de George Stallings (futur gérant des Royals), rassemblent des investisseurs montréalais pour acheter la concession de Jersey City de la Ligue internationale pour la rondelette somme de 225 000 $

Leur première décision d'importance consiste à faire construire un nouveau stade d'une capacité de 20 142 places. Les travaux débutent en janvier 1928 et la partie inaugurale a lieu le 5 mai de la même année.

Quelques dates :

1890- Les Bisons de Buffalo de la Ligue internationale commencent la saison à Montréal avant de déménager à Grand Rapids. Puis, les Blackbirds de Hamilton terminent la saison à Montréal... et disparaissent.
1897- Les Brownies de Rochester de la Ligue Eastern deviennent les Jingos de Montréal.
1901- L'équipe adopte le nom de Royals.
1902- À la fin de la saison, les Royals sont chassés de la Ligue pour faire place aux Orioles de Baltimore.
1903- L'équipe de Worcester éprouve des difficultés et on déménage la concession à Montréal.
1912- Les Royals changent de ligue pour se joindre à la Ligue internationale.
1917- Montréal perd la concession.
1928- Retour des Royals de Montréal dans la Ligue internationale... jusqu'en 1960.

Des Royals de Montréal à Jackie Robinson

De 1912 à 1917, puis de 1928 à 1960, Montréal possède une équipe de la Ligue internationale (AAA), dernière étape avant les ligues majeures. Plusieurs Montréalais se souviennent encore avec nostalgie de l'époque glorieuse des Royals de Montréal et du stade Delorimier. C'est là que plusieurs grandes stars du baseball des années 1950 et 1960 ont fait leurs débuts. Et, fait historique majeur, c'est là aussi que s'est effectuée la première brèche contre la ségrégation raciale au baseball, en 1946.

Événement marquant du baseball professionnel à Montréal, la venue de Jackie Robinson fut orchestrée par Branch Rickey, directeur général des Dodgers de Brooklyn, afin de mettre un terme à la ségrégation raciale pratiquée ouvertement par le baseball organisé. En plus de gagner le championnat des frappeurs, Robinson inspire l'équipe qui remporte le championnat de la Ligue, la coupe du Gouverneur et la Série mondiale junior de 1946. Jackie Robinson à Montréal, c'est aussi une histoire d'amour entre tout un peuple et un homme remarquable.

Le baseball amateur de plus en plus populaire et organisé

Ainsi donc, au cours de la première moitié du 20e siècle, le baseball se répand et s'organise partout au Québec. On construit des stades, on aménage des parcs, des ligues se forment et, pendant notre trop court été, on joue au baseball.

Jusque dans les années 1970, les structures et organisations reliées au baseball se font et se défont au rythme des saisons. Les clubs et les ligues poussent comme des champignons... mais la plupart sont aussi éphémères que ceux-ci.
Fait remarquable, lorsqu'arrive une équipe professionnelle dans une ville, on note presque toujours un recul du nombre d'organisations semi-professionnelles locales. Les héros locaux cèdent le pas aux « stars » américaines.

Depuis 1969, la plupart des organisations de baseball amateur du Québec sont chapeautées par la Fédération du baseball amateur du Québec inc., aussi appelée Baseball Québec. Elle veille, entre autres, à l'amélioration de la protection des joueurs, au développement des élites, au développement et à la formation des entraîneurs et des arbitres, à la standardisation du marquage, à la préparation des calendriers et des tournois et à la tenue de statistiques.

Les Expos

La présentation de l'Exposition universelle de 1967 fait de Montréal une métropole internationale, et le maire Jean Drapeau mandate Gerry Snyder, membre du comité exécutif, pour faire une demande officielle de concession auprès des ligues majeures. De son côté, la Ligue nationale croit que le temps est venu de prendre de l'expansion. Enfin, tous ont en mémoire les Royals de la Ligue internationale et le rôle de Montréal dans l'intégration des Noirs. Le 27 mai 1968, à l'hôtel Excelsior de Chicago, l'annonce est enfin faite : la Ligue nationale offre une concession à un groupe d'actionnaires montréalais dirigé par Charles Bronfman. L'équipe s'appellera les Expos de Montréal.

À la création des Expos en mai 1968, la Ville de Montréal s'engage à construire un stade de 30 000 places, prêt pour l'ouverture de la saison 1969.
On y travaille jusqu'en hiver et le stade de 28 000 sièges peut accueillir ses premiers visiteurs le 14 avril 1969. Le plus grand nombre de spectateurs enregistré est de 34 331, le 15 septembre 1973. Le 26 septembre 1976, on y joue la dernière partie avant que les Expos déménagent au Stade olympique pour la saison 1977.

Source : Textes de l'exposition Play-ball Montréal! Cent ans de baseball au Québec
Musée McCord, 2000

Voir le sommaire 

Voir tous les artefacts (135)