Marie de L'incarnation

Conclusion
Introduction 06456 06457 Conclusion
 

Introduction








































Marie de l'incarnation













À la suite de la sortie à Montréal, nous avons choisi un auteur sur qui, nous allons faire la recherche qui suit. Notre personnage historique est Marie de l'incarnation, même si elle n'est pas un auteur de métier, elle a accomplies beaucoup de choses merveilleuses et nous allons essayer de vous faire part de ce que nous connaissons sur elle. Pour commencer, nous allons vous faire une hypothèse sur ce que nous pensions être sa vie. Ensuite nous allons répondre à ces trois questions : qui est l'auteur, quelles étaient ses trois principales préoccupations et quelle influence a-t-il ou a-t-elle eue sur ses

contemporains ?













Hypothèse :



Un peu plus tôt dans l'année, nous avons fait une recherche pour ensuite y écrire une pièce de théâtre dans le cadre de notre cour de français, ce qui fait que nous connaissions déjà plusieurs renseignements sur notre auteur. Donc, il est plus dur pour nous de faire une hypothèse sur notre auteur, sois Marie de l'Incarnation. Premièrement, nous croyons que cette jeune fille serait née entre les années 1550 et 1600 pour ensuite se mariée très jeune, de force. De ce mariage, elle aurait mit au monde un garçon pour l'abandonnée chez sa soeur à son départ pour la Nouvelle-France. Il se peut qu'elle eu un deuxième enfants suite à la mort de son premier mari; cette jeune fille serait née d'un notaire. Suite à cette deuxième rupture, elle décida de ce consacré uniquement à Dieu. Elle se mit donc à lui écrire des lettres de toutes sortes et évangélisa les amérindiens.





















Biographie :







Marie de l'incarnation ayant comme nom de naissance Marie Guyart est née le vingt-huit Octobre 1599 dans la ville de Tours; en France. Elle est née quatrième dans une famille de huit enfants. Son père était un maître boulanger. À l'âge de sept ans, Marie aperçue le Christ dans un songe. Elle voulue alors se consacrer totalement à Dieu mais son père l'empêcha. Il l'obligea part contre à se marier avec Claude Martin et Marie accoucha le deux avril 1619 de Charles Fils. Son mari mourut en octobre 1619 après deux ans de mariage. Comme héritage, il lui laissa son fils de six mois et un commerce en faillite. Une année plus tard, après avoir remboursée toutes les dettes de celui-ci elle se fit encouragée par son père à se remarier ; mais elle vécue en recluse pour s'adonner à la méditation et à la prière. Le 24 mars 1620, elle vit une expérience de « conversion » mystique et affective. Elle réalisa son rêve et entra chez les Ursulines le 25 Janvier 1631. Le premier Août 1639, elle arriva à Québec pour y construire un monastère. Celui-ci prit feu le 30 Décembre 1650. Elle décida donc de le reconstruire et d'en faire une école. Marie de l'Incarnation était en plus d'une religieuse, une enseignante et une très grande mystique. Elle décéda le 30 Avril 1672 à Québec. Elle se fit béatifier par le pape Jean Paul II en 1980.





Cette femme fut un très belle exemple de détermination et de courage lorsqu'elle se mit à dos contre son père pour y choisir la religion catholique et lorsqu'elle bâtie la première école en Amérique.





























Ses 3 préoccupations:





Nous pensons que les préoccupations principales de Marie Guyart de l'incarnation en Nouvelle-France fut, premièrement; Convertir les amérindiens au Christianisme tel fut sa mission originelle ordonnée par le Roi de France comme pour toute ursulines en nouvelle-france. Les Ursulines, cette communauté religieuse s'est établie dans le but de recevoir des jeunes filles amérindiennes et de les éduquer « à la française ».



1. Premièrement, avant d'évangéliser les jeunes Amérindiennes, Marie de l'incarnation fit un changement radical dans leurs vies. À leurs arrivées, Marie les habillent, les lavent et les coiffent à la manière européenne. Suivant cette métamorphose, Marie leurs appris la langue française pour qu'elles puissent mieux communiquées avec les jeunes françaises et comprendre ses courts et ses prières. Elle est fondamentale à l'approche des « sauvages », car les tribus sont nombreuses et les dialectes aussi. Les soeurs sont prêtes à apprendre la langue pour mieux communiquer, mais cela s'avère plus complexe que prévu : « il y a bien des épines à apprendre un langage si contraire au nôtre » dit Marie de l'Incarnation. Elles s'efforcent de parler en amérindien avec les fillettes, mais la communication est plutôt mauvaise. D'ailleurs, à peu près tout ce qu'on leur apprend sur les bancs de l'école est inutile à leur mode de vie. En espérant donner envies aux amérindiennes d'apprendre le français et de s'assimiler Marie de l'incarnation dit : « Certaines n'y sont que comme des oiseaux passagers, et n'y demeurent que jusqu'à ce qu'elles soient tristes, ce que l'humeur sauvage ne peut souffrir : dès qu'elles sont tristes, les parents les retirent de peur qu'elles ne meurent».





2. Deuxièmement, vient l'instruction, nous croyons aussi que Marie de l'incarnation avait pour devoir de faire l'éducation aux jeune filles françaises et amérindiennes, mais le désintéressement des amérindiennes entrainera des écoles en totalitée française. Les préjugés au sujet de l'éducation des filles sont nombreux à l'époque. L'accès à la connaissance, selon les auteurs des traités pédagogiques, surchauffe l'esprit féminin et mène à la dépravation des moeurs. La plus grande prudence était donc recommandée aux éducatrices.Au début du XVIIIe siècle, la baisse constante des jeunes amérindiennes présente amène les Ursulines à se consacrer uniquement à l'éducation des Canadiennes. L'instruction des filles consiste principalement en leçons de catéchisme que complèteront des apprentissages domestiques et, pour très peu, des notions de lecture et d'écriture. Au fil des années, elles ajoutent à leur programme des matières nouvelles, telles l'histoire, la géographie, la musique et les sciences.







3. Troisièmement, elle écrivait beaucoup de lettres à Dieu lui même, certaine lettres étaient même a caractère dit <<érotique>>. Marie rédigea des livres à propos du nouveau-monde et des amérindiens de son point de vue.



-Extrait d'un écrit spirituel destiné à Dieu-

<


Dieu fait expérimenter à l'âme qu'il la veut tirer du soutien de ce qui est corporel, pour la mettre dans un état plus détaché, et dans une pureté par où elle n'a pas encore passé; qu'elle a été soutenue en quelque manière par les sens, qui étaient remplis de l'exubérance qui rejaillissait de l'Humanité sainte de Notre-Seigneur. Et en effet, elle avait, en jouissant de sa présence, l'expérience de sa douceur qui lui faisait dire: Votre nom est comme un onguent répandu; pour ce, les jeunes filles vous ont grandement aimé. Elle ont sauté et tressailli de joie en savourant vos mamelles. Or, ç'ont été les puissances de l'âme et tout ce qui est de la partie sensitive qui, dans ces douces approches, ont été en des jubilations plus suaves que toute suavité, qui lui ont fait couler des larmes immenses qui lui étaient plus précieuses que tous les trésors imaginables, que si elle eût possédés, elle les eût donnés pour les acheter, et après tout, elle eût confessé qu'elle les eût eues à vil prix [...] >>



Impact :







Personnellement, nous croyons que Marie de l'incarnation a changé totalement le cour de l'histoire. Elle a ouvert un monastère et ce n'est pas vraiment bien de sa part d'assimiler les amérindiens à un autre mode de vie, mais si nous avons la culture et les croyances que nous avons aujourd'hui c'est grâce au gens comme elle. De plus, elle a transformée son monastère en école pour que les enfants puissent lire et écrire. Grâce à ce geste, notre peuple d'aujourd'hui est libre de c'est actes, est cultivé et n'est pas réduit à l'esclavage comme d'autre nation. Elle a ouvert la première école en Amérique ; ce qui n'est pas rien, avouons-le. D'après nous, l'impact que Marie de l'incarnation apporta a tous ses contemporains est le seul fais que nous soyons libre et instruit.



Nous pensons que Marie de l'incarnation à eu un impact majeur au près des jeunes filles de la nouvelle-france ainsi qu'auprès des amérindiens. En leur enseignant le Christianisme, elle a changée le cours de leurs vies, leur prodiguant ainsi une citoyenneté française et des droits qu'elles n'aurait jamais pu avoir.



Aire d'interaction :



Nous croyons que l'aire d'interaction que Marie de l'incarnation a aquérit le plus au cour de sa vie était communauté et services car, la plus grosse action quelle a fait dans sa vie était, de construire la première école en Amérique et elle a construit cette école dans le but d'aider les jeunes filles a pouvoir s'instruirent.





Conclusion :



Pour conclure, nous pensons que Marie de l'incarnation fut une femme pleine de courage, de persévérance et de foi comme nous n'en avons jamais vu chez quelqu'un. C'était une "illuminée" qui a su faire bougé les choses et changer la face de la Nouvelle-France. Marie de l'incarnation occupe une grosse partie de notre patrimoine religieux ici au Québec. Aujourd'hui encore beaucoup de gens peuvent lire ses écrits, visiter les Ursulines et étudier sur son cas comme nous l'avons fait, ce qui prouve qu'elle eut été très important.

Bibliographie :







· http://www.thecanadianencyclopedia.com/index.cfm?PgNm=TCE&Params=F1ARTF0005108



· http://www.musee-ursulines.qc.ca/v_musee_marieinc.html



· http://www.mef.qc.ca/marie-incarnation.htm



· http://page.infinit.net/histoire/marie_in.html



· http://www.e-monsite.fr/jaimelefrancais/



· Écrits spirituels et historiques, premier tome, publiés par Dom Claude Martin de la Congrégation de Saint-Maurice, réédités par Dom Albert Jamet de la Congrégation de France avec des annotations critiques, Desclée-de-Brouwer, Paris 1929.