X12293 | Bûcherons au travail

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Photographie
Bûcherons au travail
Isaac Erb & Son (1897-1938)
1897-1912, 20e siècle
15.3 x 20.3 cm
X12293
Cet artefact appartient au : © Musée du Nouveau-Brunswick
Description
Mots-clés : 
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

« Il fait jour dans le sentier ! » La journée de l'équipe d'abattage commençait souvent avec ces mots, scandés par le contremaître, mais il n'était pas rare qu'il fasse encore noir quand les hommes arrivaient à l'aire de coupe après le petit déjeuner. Contrairement à la plupart des travailleurs urbains, dont les horaires étaient strictement réglementés, les bûcherons travaillaient en harmonie avec le changement des saisons et la lumière du jour. Le travail des abatteurs et des scieurs commençait à l'automne, après les récoltes, et se poursuivait jusqu'au début de l'hiver. Considérés comme les « troupes de choc de la forêt », les abatteurs ont adopté divers types d'outils au fil des ans et coupé une grande variété d'arbres, selon les fluctuations de l'offre et de la demande.

Source : circuit web 'En bûcher un coup : La vie de bûcheron au Nouveau-Brunswick' de Musée du Nouveau-Brunswick (Voir sous l'onglet Liens)

  • Quoi

    Le majestueux pin blanc, qui atteignait souvent plus de 35 mètres de hauteur, était l'arbre le plus recherché.

  • Peu de métiers employaient une main-d'oeuvre plus migratoire que la coupe du bois. En 1900, par exemple, plus de la moitié des bûcherons du Maine venaient des Maritimes ou du Québec.

  • Quand

    L'automne était la saison des abatteurs et des scieurs, qui arrivaient au camp aussi tôt qu'en septembre.

  • Qui

    Isaac Erb exploitait un studio de photographie bien connu à Saint-Jean à la fin du XIXe et au début du XXe siècle.