X10724 | Moli Elizabet Francis, Mme John Alexander, Noel Francis, Makaw et d'autres personnes à Tobique, N.-B.

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Photographie
Moli Elizabet Francis, Mme John Alexander, Noel Francis, Makaw et d'autres personnes à Tobique, N.-B.
Vers 1904, 20e siècle
Sels d'argent
14.6 x 9.4 cm
X10724
Cet artefact appartient au : © Musée du Nouveau-Brunswick
Description
Mots-clés : 
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Au tournant du siècle, tandis que le Nouveau-Brunswick avance sur la route cahoteuse du « progrès », les populations autochtones de la province continuent de lutter pour leur survie. Perçues comme étant à la fois à part et très différentes du reste de la société, les voix autochtones sont condamnées au silence. La plupart du temps, les Wolastoqiyik, les Mi'kmaq et les Passamaquoddy du Nouveau-Brunswick sont exclus des emplois industriels. À cette époque, on leur interdit aussi régulièrement l'entrée dans les restaurants, hôtels et lieux publics. En revanche, ils trouvent des emplois lucratifs à titre de guides de nature pour les touristes à la recherche d'aventure ou en voyage de chasse et pêche dans l'arrière-pays du Nouveau-Brunswick.

  • Quoi

    Au début des années 1900, les styles d'habitation et vestimentaires traditionnels Wolastoqiyik cèdent le pas aux maisons à charpente de bois et aux vêtements à l'européenne.

  • Cette photographie a été prise là où la rivière Tobique rejoint la rivière Saint-Jean, quelque 200 kilomètres au nord-ouest de Fredericton, au Nouveau-Brunswick.

  • Quand

    La Première nation tobique, une communauté Wolastoqiyik, a été fondée en 1801.

  • Qui

    La traduction française du nom Wolastoqiyik est « peuple de la belle rivière » ou « peuple de la bonne rivière ».