VIEW-8778 | Polisseuse, Smith Granite Company, Montréal, QC, 1908

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Photographie
Polisseuse, Smith Granite Company, Montréal, QC, 1908
Wm. Notman & Son
1908, 20e siècle
Plaque sèche à la gélatine
20 x 25 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
VIEW-8778
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Montréal (314) , Occupation (1110) , occupation (332) , Photographie (77678) , polisseuse (1) , Smith Granite Company (1) , travail (392)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

À San Francisco (États-Unis), Jacob Davis et Levi Strauss fabriquent, en 1874, des bleus de travail pour les mineurs et les cow-boys. Les blue jeans sont nés! Ils sont taillés dans une toile de coton fabriquée à Gênes (Italie) - d'où leur nom - ou dans une toile plus robuste, la serge de Nîmes (France), que les Américains appelleront alors denim. Les jeans sont adoptés par les travailleurs canadiens dès leur arrivée sur le marché du vêtement, au cours des années 1880.

D'un autre côté, en 1862, Alexander Parkes présente à l'Exposition internationale de Londres un moulage en Parkésine - du nitrate de cellulose. En 1869, à Albany (États-Unis), l'imprimeur John Hyatt, cherchant à remplacer l'ivoire pour fabriquer des boules de billard, redécouvre la Parkésine et l'appelle celluloïd. C'est la première matière plastique.

Comme les fibres synthétiques, le plastique envahit la vie quotidienne. En 1883, la soie artificielle, faite de celluloïd, est produite à Newcastel (Angleterre) par Joseph Swan. La même année, le Français Hilaire de Chardonnet met au point le premier tissu artificiel de cellulose. La mode vestimentaire n'en sera toutefois affectée que beaucoup plus tard, dans les années 1930. En attendant, les multiples objets de plastique se retrouvent dans tous les foyers canadiens dès le début du XXe siècle.

Source : circuit web 'Tout nouveau, tout beau, la techno' de Jacques G. Ruelland, Université de Montréal (Voir sous l'onglet Liens)

  • Quoi

    Au XIXe siècle, les vêtements de toile ne sont pas appréciés pour leur élégance, mais pour leur résistance. Ils ne font pas partie de la garde-robe des bourgeois!

  • La Smith Granite Co. de Montréal polit des pierres de taille (granite, marbre, etc.) grâce à une nouveauté : la polisseuse. Ce travail est particulièrement salissant : les travailleurs portent des vêtements appropriés.

  • Quand

    Les jeans deviendront populaires à la fin des années 1960 comme vêtements usuels. Ils étaient jusqu'alors surtout portés comme vêtements de travail.

  • Qui

    « Les nouveaux vêtements [les jeans] expriment des valeurs profondément démocratiques. Ce ne sont pas des signes de richesse, de status [sic] ni d'élitisme; ils ne comportent aucun signe distinctif. » (Charles A. Reich, Le Regain américain)