VIEW-8305 | Un coin tranquille, parc Victoria, Truro, N.-É., probablement 1915

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Photographie
Un coin tranquille, parc Victoria, Truro, N.-É., probablement 1915
Wm. Notman & Son
Probablement 1915, 20e siècle
Plaque sèche à la gélatine
12 x 10 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
VIEW-8305
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Parc (163) , Paysage (2227) , Personne (1283) , Photographie (77678) , Scène urbaine (3948)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Le choix du mari idéal est un des grands thèmes des romans populaires du XIXe siècle. Dans son roman intitulé Belinda Dalton, or Scenes in the Life of a Halifax Belle, Mary Eliza Herbert (1829-1872) se sert d'une conversation intime de fin de soirée entre Belinda et ses soeurs pour parler des hommes et du mariage. La soeur de Belinda, Alice, se dit prête à épouser un vieux célibataire vaniteux pour sa fortune. L'idée scandalise la vertueuse Belinda, convaincue qu'elle trouvera un homme partageant son amour de la nature et des arts, ainsi que son dévouement pour les oeuvres de charité.

References
Janet Guildford, « Creating the Ideal Man: Middle-Class Women's Constructions of Masculinity in Nova Scotia, 1840-1880 », Acadiensis, vol. XXIV, no 2 (Printemps 1995), p. 5-23.

  • Quoi

    La jeune femme sur cette photographie lit un livre. Il y a de fortes chances qu'il s'agisse d'un roman d'amour, une forme de littérature très populaire à la fin du XIXe et au début du XXe siècle.

  • La jeune femme est assise sur un banc au parc Victoria, un vaste espace public situé près de la gare de Truro, en Nouvelle-Écosse.

  • Quand

    Cette photographie a été prise en 1915 à une époque où les romans d'amour étaient une forme de littérature très populaire.

  • Qui

    On ignore le nom de la jeune fille de la photographie, mais l'éducation des femmes au début du XXe siècle dans les Maritimes permettait à la majorité d'entre elles d'apprendre à lire et à écrire.