VIEW-812.1 | Chargement du grain à bord du voilier « Lake Michigan », Montréal, QC, vers 1878

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Photographie
Chargement du grain à bord du voilier « Lake Michigan », Montréal, QC, vers 1878
Notman & Sandham
Probablement 1878, 19e siècle
Sels d'argent sur papier monté sur papier - Papier albuminé
10 x 8 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
VIEW-812.1
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  maritime (666) , Photographie (77678) , port (627) , quai (160) , Transport (2518)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Le commerce
Bien que la quantité de marchandises remontant le fleuve augmente progressivement tout au long du 19e siècle, c'est la circulation en sens inverse qui devient la plus importante. En 1832, le commerce des Grands Lacs vers Montréal représente 66 000 tonnes par année, dont près de 92 000 barils de farine et 300 000 boisseaux de blé. La quantité de produits céréaliers augmentera d'ailleurs au cours du 19e siècle pour devenir, avec le charbon, l'un des principaux produits acheminés vers Montréal. Les produits de l'Ouest sont habituellement transportés par barges ou schooners jusqu'à Montréal ou Québec, où ils sont chargés sur des navires océaniques à destination des marchés européens.

  • Quoi

    Les barges à grains utilisées vers la fin du 19e siècle sont des embarcations en bois et généralement dépourvues de moteur. Il faut donc recourir à un remorqueur qui les traîne jusqu'à destination. Seule une petite voile est utilisée sur ces barges, et seulement pour assister les remorqueurs dans leurs tâches.

  • Le port de Montréal est le principal point de chute des barges à grains provenant du Haut-Saint-Laurent. C'est à cet endroit que leur précieuse cargaison est transbordée sur des navires plus grands, comme des voiliers ou des navires à vapeur, pour ensuite être acheminée vers les marchés extérieurs.

  • Quand

    Dans le dernier quart du 19e siècle, résultat du développement des provinces de l'Ouest canadien, le grain devient l'un des principaux produits transportés sur le fleuve Saint-Laurent . Notons que cette marchandise continue encore aujourd'hui à remplir les cales des navires qui descendent le fleuve.

  • Qui

    Les barges à grains de ce type sont la propriété de grandes entreprises de transport comme la Canada Atlantic Railway. Pour acheminer les produits céréaliers de l'Ouest à des terminaux (comme à Coteau-Landing, sur le lac Saint-François à l'ouest de Montréal), où ses barges prennent la relève, l'entreprise construit des lignes ferroviaires.