VIEW-7657 | Le lieutenant Hayhurst et sa nouvelle épouse, Halifax, N.-É., vers 1905

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Photographie
Le lieutenant Hayhurst et sa nouvelle épouse, Halifax, N.-É., vers 1905
Halifax Notman Studio
1900-1910, 20e siècle
Plaque sèche à la gélatine
20 x 25 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
VIEW-7657
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  informel (1120) , Photographie (77678) , portrait (53879)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Les romans d'amour se terminaient en général par un mariage. Les mariages sont des rituels importants pour les familles de la classe moyenne des Maritimes, surtout pour la mariée. À la fin du XIXe et au début du XXe siècle, la plupart des femmes de la classe moyenne se marient en robe blanche. Habituellement, les nouveaux mariés partent en lune de miel après le mariage. Mme Hayhurst, que l'on voit sur la photo, avait choisi pour époux un officier militaire, ce qui était très bien vu au sein de la société .

References
Peter Ward, Courtship, Love and Marriage in Nineteenth-Century English Canada, Montréal et Kingston, McGill-Queen's University Press, 1999.

  • Quoi

    La robe de mariée blanche fut popularisée par la reine Victoria (1819-1901) qui avait choisi une robe de satin blanc pour son mariage avec le prince Albert (1819-1861) en 1840.

  • Si la reine Victoria et le prince Albert se sont mariés en Angleterre, la mode de la robe de mariée blanche s'est rapidement propagée jusqu'en Amérique du Nord.

  • Quand

    Quelques nouvelles mariées ont commencé à porter des robes blanches à la fin des années 1700, mais c'est le mariage de Victoria et d'Albert, en 1840, qui a donné le coup d'envoi à cette mode.

  • Qui

    Pendant une bonne partie du XXe siècle, la robe de mariée blanche -- conçue pour n'être portée qu'une seule fois -- est demeurée un coûteux symbole de statut social pour les gens de la classe aisée. Les jeunes mariées de milieux plus modestes optaient souvent pour une robe bleue qu'elles auraient l'occasion de reporter plusieurs fois.