VIEW-7023.0 | Hommes détruisant un caisson-batardeau, pont Victoria, Montréal, Qc, 1859

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Photographie
Hommes détruisant un caisson-batardeau, pont Victoria, Montréal, Qc, 1859
William Notman (1826-1891)
1971, 20e siècle
Gélatine argentique
10 x 12 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
VIEW-7023.0
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Architecture (8647) , Photographie (77678) , pont (562)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire
Voir les commentaires (1)

Clefs pour l'histoire

Les manufacturiers et les entrepreneurs avaient un grand besoin de main-d'oeuvre urbaine. Les immigrants et les habitants canadiens-français en constituaient deux sources considérables. Tandis que les ouvriers d'origine irlandaise étaient reconnus pour leur esprit rebelle et leur propension à déclencher des grèves, les ouvriers canadiens-français formaient de nouvelles communautés ouvrières dans des quartiers comme Pointe-Saint-Charles. Les hommes politiques devaient soigneusement prendre en compte les besoins de ces clientèles.

Source : circuit web 'La Confédération : Objectif Canada' de Brian J. Young, Université McGill (Voir sous l'onglet Liens)

  • Quoi

    Travailler sur le pont était une tâche dangereuse, en raison du froid et des vents. Alors que les monteurs de charpentes métalliques travaillaient sur le pont lui-même, des centaines d'autres ouvriers travaillaient aux caissons à claire-voie qui devaient le soutenir.

  • La plupart des 26 décès reliés à la construction ont été causés par noyade. Même si presque tous les ouvriers savaient nager, le courant dans le fleuve à la hauteur du chantier est très rapide et éloigne de la rive.

  • Quand

    La construction débuta en 1854 pour se terminer en 1859. Après l'achèvement du pont Victoria, les hommes se sont déplacés vers d'autres chantiers au Canada ou aux États-Unis.

  • Qui

    Les ouvriers du pont étaient des tailleurs de pierres, des maçons, des charpentiers et des monteurs de charpentes métalliques ou des manoeuvres. Un grand nombre de ces hommes étaient accompagnés de leur femme et de leurs enfants, de sorte que des écoles et des clubs se formaient dans les communautés autour des chantiers.