VIEW-4030 | Ferme de Wilfred Rotte, Saint-Jérôme, Lac-Saint-Jean, QC, vers 1906

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Photographie
Ferme de Wilfred Rotte, Saint-Jérôme, Lac-Saint-Jean, QC, vers 1906
Wm. Notman & Son
Vers 1906, 20e siècle
Plaque sèche à la gélatine
20 x 25 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
VIEW-4030
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Animal (838) , Photographie (77678)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Description

Cette ferme se trouve à Saint-Jérôme, un village fondé en 1898 dans la région du Lac-Saint-Jean, au Québec. Il s'agit d'une des nombreuses localités qui naissent du mouvement de colonisation dans la province.

Au début du 20e siècle, cinq régions accueillent de nouveaux colons : l'Outaouais, le Témiscamingue, le Bas-Saint-Laurent, la Gaspésie et le Saguenay-Lac-Saint-Jean. Cette dernière région est la plus ancienne. Elle se développe entre le milieu du 19e siècle et les années 1910. Plusieurs Guides du colon sont publiés à l'époque, vantant les mérites des régions à coloniser, parfois sur un ton de propagande. Par exemple, la Compagnie de chemin de fer de Québec et du Lac Saint-Jean publie en 1890 La région du Lac Saint-Jean. Grenier de la Province de Québec. Guide des colons. On y décrit un climat et un sol favorables à l'agriculture et on y parle des avantages de la proximité d'une ligne de chemin de fer :

« [...] La construction du chemin de fer du lac Saint-Jean, lequel atteint Roberval, sur les bords mêmes du lac, ne tardera pas à s'étendre à l'ouest et à l'est , pour donner à la colonisation tous les débouchés qui lui sont nécessaires. Cette région est surtout propre à l'élevage des bestiaux. Le fourrage est tellement riche que le mouton du lac Saint-Jean est déjà renommé pour l'excellente qualité de sa chair, et plusieurs wagons, chargés de ces animaux ainsi que de bêtes à cornes, ont été expédiés cette année sur le marché. »

Dans la seconde moitié du 19e siècle, les premiers colons de la région proviennent surtout de la région de Charlevoix. Avant d'ensemencer leur terre, ces derniers doivent d'abord s'attaquer à une tâche laborieuse, le défrichage (destruction de la végétation pour rendre le sol propre à la culture). Dans les premiers temps, les colons peuvent donc difficilement survivre exclusivement des produits de leur terre, ce qui en force plusieurs à travailler également dans les chantiers forestiers déjà très présents dans ce secteur. Toutefois, l'industrie laitière se développe dès les années 1880 et un réseau commercial de produits transformés, tels le beurre et le fromage, se met en place. Grâce à cette production, les agriculteurs deviendront de moins en moins dépendants de l'industrie forestière.