VIEW-2520 | Voiture-cuisine du CP, Montréal, QC, vers 1890

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Photographie
Voiture-cuisine du CP, Montréal, QC, vers 1890
Wm. Notman & Son
Vers 1890, 19e siècle
Plaque sèche à la gélatine
20 x 25 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
VIEW-2520
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  ferroviaire (371) , Photographie (77678) , Transport (2518)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

À certains égards, les photographies de Notman qui mettent en scène les activités quotidiennes à bord des trains du Canadien Pacifique sont les documents les plus intéressants de sa production photographique. On peut y découvrir une foule de détails sur la préparation des aliments à l'intention des passagers des luxueuses voitures-restaurants. Remarquez les rails de sécurité, conçus pour empêcher les immenses marmites de tomber de la surface de cuisson lorsque les voitures sont en marche, et les cheminées qui évacuent les émanations de charbon à l'extérieur du train. Le cuisinier est en train de scier une cuisse de boeuf à l'aide d'une scie à métaux. Les planches en bois utilisées comme surface de travail ne semblent pas très hygiéniques; on peut espérer qu'elles étaient désinfectées régulièrement à l'eau de Javel, car à cette époque, l'intoxication alimentaire était plus fréquente qu'aujourd'hui.

Source : circuit web 'Sur les rails du rêve national' de William R. Morrison, University of Northern British Columbia (Voir sous l'onglet Liens)

  • Quoi

    Cette voiture-cuisine du Canadien Pacifique est une véritable cuisine sur roues.

  • La photo a été prise à Montréal, mais elle aurait tout aussi bien pu être faite n'importe où entre Vancouver et ici.

  • Quand

    La photo date des environs de 1890, mais ce type de voiture a été utilisé pendant plusieurs décennies par le Canadien Pacifique.

  • Qui

    Combien étaient payés ces trois hommes? À titre de travailleurs spécialisés, ils pouvaient recevoir jusqu'à 3 $ par jour, un salaire dérisoire aujourd'hui, mais qui suffisait à soutenir une famille en 1890.