VIEW-2230 | Vue du port depuis l'entrepôt d'examen, Montréal, QC, vers 1890

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Photographie
Vue du port depuis l'entrepôt d'examen, Montréal, QC, vers 1890
Wm. Notman & Son
Vers 1890, 19e siècle
Plaque sèche à la gélatine
20 x 25 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
VIEW-2230
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Photographie (77678) , port (627) , Scène urbaine (3948)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Sir Hugh Allan avait une vue sur le port et sur les navires de sa compagnie de transport maritime, la Montreal Ocean Steamship, de la tour de sa résidence qui dominait la ville.

Entre 1868 et 1891, cette compagnie utilise 37 navires et établit huit lignes différentes entre l'Amérique du Nord et le Royaume-Uni . Elle détient entre autres l'exclusivité du transport des passagers et des immigrants et effectue le transport du courrier océanique.

La navigation à vapeur sera à l'origine des nombreuses modifications qui transformeront le port de Montréal au XIXe siècle afin de s'adapter aux nouvelles exigences de ces bateaux. Le port de la métropole finira même par déclasser celui de Québec.

La compagnie maritime de sir Allan fera souvent office de pionnière . Les constantes améliorations techniques prônées par son propriétaire assureront une grande part de sa prospérité.

  • Quoi

    La compagnie de sir Allan met en service le premier transatlantique à coque d'acier et les deux premiers paquebots à turbines.

  • De novembre à mai, lorsque le port de Montréal est inaccessible, les navires de la compagnie Allan en provenance de Liverpool (Angleterre) mettent le cap sur Portland (États-Unis).

  • Quand

    Les océaniques à voile seront réellement déclassés par les navires à vapeur en 1872.

  • Qui

    Dans la seconde moitié du XIXe siècle, des milliers de débardeurs, de charretiers, de journaliers et de marins trouvent un emploi au port de Montréal, toujours très actif grâce à l'arrivée des lignes transatlantiques.