VIEW-18281 | Naufrage, peinture, copie réalisée pour H. Drummond, 1919-1920

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Photographie
Naufrage, peinture, copie réalisée pour H. Drummond, 1919-1920
Wm. Notman & Son
1919-1920, 20e siècle
Plaque sèche à la gélatine
20 x 25 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
VIEW-18281
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Art (2774) , Peinture (2229) , peinture (2227) , Photographie (77678)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Cette image d'un naufrage illustre le sort funeste que connaîtront bien des navires voguant près des côtes canadiennes au fil des ans. Ainsi, le navire Hungarian, de la flotte du Montréalais sir Hugh Allan, fait naufrage à l'extrémité sud-ouest de la Nouvelle-Écosse en février 1860. Le bateau, parti d'Angleterre, se dirige vers le Maine lorsqu'une tempête le fait sombrer. Plus de 100 passagers périssent.

Pendant toute la seconde moitié du 19e siècle, la compagnie de sir Allan détient un quasi-monopole du transport des passagers et des immigrants entre le Royaume-Uni et les ports de l'est du Canada.

Source : circuit web 'Désastres et calamités' de Nathalie Lampron (Voir sous l'onglet Liens)

  • Quoi

    Au 19e siècle, une flotte de voiliers en bois de tailles variées, allant du chaland au navire de 300 tonneaux, assure le transport des marchandises.

  • Les principaux ports de l'Atlantique, au 19e siècle, sont ceux de Halifax (N.-É.) et Saint John (N.B.), auxquels viennent s'ajouter ceux de Pictou, Arichat (N.-É.) et Shediac (N.B.).

  • Quand

    C'est à partir du milieu du 19e siècle que les voiliers sont soumis à la concurrence de plus en plus forte des bateaux à vapeur dans le transport maritime.

  • Qui

    Les personnes vivant le long des côtes ou près du fleuve profitent parfois des cargaisons endommagées par un naufrage en vendant ces marchandises à l'encan.