VIEW-17254 | Vue d'ensemble de la Shawinigan Water and Power Co., Shawinigan, QC, 1917

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Photographie
Vue d'ensemble de la Shawinigan Water and Power Co., Shawinigan, QC, 1917
Wm. Notman & Son
1917, 20e siècle
Plaque sèche à la gélatine
20 x 25 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
VIEW-17254
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Architecture (8647) , industrielle (826) , Photographie (77678) , rivière (1484) , Scène urbaine (3948)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire
Voir les commentaires (1)

Clefs pour l'histoire

Une « deuxième révolution industrielle » s'empare de l'Europe et de l'Amérique du Nord à la fin du XIXe siècle. Sous l'impulsion de nouvelles technologies et de nouvelles sources d'énergie, cette révolution entraîne une intensification et un déploiement de l'industrialisation. Comme chaleur et production mécanisée sont essentielles à cette nouvelle industrialisation, il devient impératif de disposer de sources d'énergie hydroélectriques fiables et bon marché. L'invention de l'éclairage électrique et celle du moteur électrique dans les années 1880 par Thomas Edison (1847-1931) et Nikola Tesla (1856-1943) incitent les industriels à rechercher des cours d'eau à fort débit pouvant être harnachés pour la production d'électricité. Au Québec, la vallée qui entoure la rivière Saint-Maurice, laquelle coule du plateau laurentien vers le fleuve Saint-Laurent, semble l'endroit idéal.

En 1898, un consortium d'hommes d'affaires montréalais et américains forment la Shawinigan Water and Power Company afin de harnacher le Saint-Maurice et inciter ainsi les industriels à s'installer à proximité. L'électricité de la Shawinigan alimente bientôt des fonderies d'aluminium et des usines de pâtes et papiers. Par la suite, l'amélioration des modes de transmission du courant permet de faire parvenir l'électricité aux différentes villes du Québec et d'alimenter d'autres usines. La Shawinigan Power, grâce à son monopole sur le Saint-Maurice, devient le pourvoyeur d'énergie le plus important du Canada ; elle le demeure jusqu'en 1963, année où elle est achetée par Hydro-Québec.

  • Quoi

    On produit l'hydroélectricité en faisant passer de l'eau à fort débit dans des conduites forcées ; l'eau passe ensuite par une cheminée d'équilibre et fait tourner des turbines ; ces dernières activent des génératrices qui convertissent l'énergie cinétique de l'eau en impulsions électriques. L'hydroélectricité - « la houille blanche » - génère des profits importants. En 1919, le Canada produit 5 353 millions de kilowatts-heures provenant majoritairement de source hydroélectrique. La Shawinigan Power augmente ses profits en regroupant les usines utilisant une source de chaleur - papier, aluminium et carbure de calcium (pour l'acétylène) - près de ses centrales.

  • Shawinigan, comme Niagara en Ontario, est située près du coeur industriel en formation du Canada. Une source d'énergie à bon prix soutient l'industrialisation du Québec et permet à Montréal d'offrir à ses citadins les commodités de la vie moderne comme les tramways et l'éclairage de rue. Avec l'amélioration des modes de transmission du courant, les centrales hydroélectriques peuvent s'installer dans l'arrière-pays canadien (comme la Baie James, par exemple) ; ainsi l'énergie va vers les usines et non le contraire.

  • Quand

    L'électricité permet la fonderie de l'aluminium, un métal léger et résistant à la corrosion qui transformera rapidement la fabrication, la construction et la production de biens de consommation allant de la peinture aux chaudrons de cuisine. La production d'électricité comme celle de l'aluminium deviennent toutes deux rentables dans les années 1880 ; le Québec se trouve donc à l'avant-garde de ces nouvelles technologies.

  • Qui

    La Shawinigan Power a ses promoteurs locaux, comme le Montréalais Louis-Joseph Forget (1853-1911), mais elle dépend aussi des capitaux et de la technologie fournies par des Américains comme James Buchanan Duke (1857-1925). Ces hommes sont souvent décriés comme des monopolistes qui éreintent la concurrence et demandent des prix trop élevés pour leur produit.