VIEW-17116 | Intérieur de l'Ecole technique de Montréal, Montréal, QC, 1917

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Photographie
Intérieur de l'Ecole technique de Montréal, Montréal, QC, 1917
Wm. Notman & Son
1917, 20e siècle
Plaque sèche à la gélatine
20 x 25 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
VIEW-17116
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Architecture (8647) , enseignement (709) , Photographie (77678)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

À la Commission des écoles catholiques de Montréal, des réformistes tentent d'améliorer la qualité des programmes, la formation des enseignants et la gestion des écoles publiques. Ils se heurtent à la résistance de l'Église, qui voit l'éducation comme sa chasse gardée.

Les milieux d'affaires veulent aussi des établissements spécialisés qui formeront une main-d'oeuvre adaptée aux besoins du marché du travail. Le gouvernement du Québec leur donne raison en 1907, en créant l'École des hautes études commerciales et l'École technique de Montréal.

  • Quoi

    L'École technique de Montréal a pour mandat de former les techniciens et les ouvriers qualifiés (en particulier des mécaniciens et des électriciens) dont l'industrie montréalaise a besoin.

  • L'École technique de Montréal est située rue Sherbrooke, à l'angle de la rue Jeanne-Mance. Les ateliers sont logés à l'arrière du pavillon principal. L'immeuble fait aujourd'hui partie du campus scientifique de l'Université du Québec à Montréal.

  • Quand

    L'École est créée en 1907 en vertu d'une loi du Québec, sous le gouvernement libéral du premier ministre Lomer Gouin. En raison des délais de construction de l'immeuble, elle n'ouvre ses portes qu'en 1911.

  • Qui

    Il n'existe pas de portrait social des élèves de l'École pendant les premières années. Toutefois, comme ils doivent avoir terminé leurs études primaires, on peut supposer que peu d'entre eux viennent d'un milieu très modeste. En 1916, près du tiers des élèves sont des anglophones, les autres des francophones.